Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SAMEDI 25 AVRIL FETE DE LA SAN JORDI

Publié le par Les amis du Chant de la terre

TROIS RENDEZ-VOUS A LA LIBRAIRIE !!

 

A 15 H, rencontre/lecture avec Frédéric Jacques Temple

A 17H, rencontre/lecture avec Jean Joubert

A 20H30, soirée Brassens avec Daniel Vachée accompagné de Philippe Ferré 

 

Frédéric Jacques Temple a reçu en 2013 le prix Apollinaire, considéré comme le prix Goncourt de la poésie.

« La mort, seule immortelle,
je sais qu’un jour elle m’emportera.

Je m’insurge,
maudis le fatal rendez-vous,
insulte l’ignoble bête noire,
mais ne perds de la vie
la moindre goutte de son miel. »

extrait de "Phares, balises & feux brefs" suivi de "Périples" - éd. Bruno Doucey

Sa biographie :
Frédéric-Jacques Temple est né à Montpellier et vit maintenant à Aujargues (Gard). Il a passé son enfance entre les Grands Causses et les lagunes littorales. En 1942, il rencontre à Alger Edmond Charlot, l’éditeur de Camus, qui publie son premier recueil. En 1943, il participe aux derniers combats entre l’Afrika Korps en Tunisie, à la Campagne d’Italie, au débarquement en Provence et termine la guerre en Autriche. En 1946, il se trouve au Maroc où il dirige les pages littéraires d’un hebdomadaire et contribue à créer des jardins maraîchers dans le désert.
C’est le début d’une correspondance avec l’écrivain américain Henry Miller. Revenu à Montpellier en 1947, il collabore à la Radio Régionale et se lie d’amitié avec Joseph Delteil et Blaise Cendrars.
Il est nommé en 1954 directeur de la Radiodiffusion Française pour le Languedoc-Roussillon, poste qu’il occupera jusqu’en 1984.
Ses œuvres en prose autant que ses poèmes doivent l’essentiel à ses racines méditerranéennes, ses voyages, sa passion pour l’histoire naturelle et la conscience aiguë d’une enfance perdue et d’un Sud défiguré.
Ses premiers recueils de poèmes ont été réunis dans une Anthologie personnelle (Actes Sud 1989) plusieurs fois rééditée, qui a obtenu le prix Valery-Larbaud. Parmi les recueils publiés depuis, plusieurs ont fait l'objet d'une collaboration avec un peintre comme À l’ombre du figuier (2003), avec Alain Clément ou Ode à Saint-Pétersbourg (2004) avec Pierre Soulages. Il a également publié cinq récits (chez Actes Sud) ainsi que des traductions et des biographies.

(Gratuit)

Jean Joubert a reçu le prix Kowalski - Prix de la Ville de Lyon 2014, pour son ouvrage "L'alphabet des ombres" (éd. Bruno Doucey), dont extrait ci-après :

« Sur la cendre et le sang
un mage aveugle trace du bout de son bâton
les derniers signes d’un alphabet des ombres.
Saluons, d’une autre trace d’encre et
de ferveur,
cette beauté sauvage,
arrachée à la nuit. »

Jean Joubert est né à Chalette-sur-Loing (Loiret) en 1928. Il a fait ses études à Montargis puis à la Sorbonne. Après de longs séjours en Angleterre, en Allemagne et aux Etats Unis, il s'installe à Montpellier. Il a longtemps enseigné la littérature anglo-américaine dans cette ville. Il habite maintenant dans un petit village de la garrigue languedocienne et se consacre à ses activités d'écrivain. Il participe à de nombreuses rencontres avec ses jeunes lecteurs.
Jean Joubert, écrivain et poète, propose aux jeunes lecteurs des romans très originaux qui ont d'ailleurs été traduits dans plusieurs pays. L'écologie, le rêve et la poésie sont omniprésents dans ses textes.

Son quatrième roman L’Homme de Sable (Grasset) a obtenu le prix Renaudot en 1975, Les Poèmes : 1955-1975 (Grasset) Prix de l’Académie Mallarmé en 1978, et Les enfants de Noé le prix de la Fondation de France en 1988 pour le meilleur roman pour la jeunesse. Les romans sont marqués par l’association de l’autobiographie et de l’imaginaire.

(Gratuit)

Daniel Vachée 

Daniel Vachée nait à Paris en 1953. Orphelin de mère très jeune, il partage sa vie entre Aubervilliers et Coullons, une petite ville de Sologne. Il se forme et travaille dans un garage comme carrossier où il développe une passion : pilote de rallye tout-terrain.

  A la suite d'un accident en 1978, la lumière s'éteint. Pendant quelques années s'engage un combat difficile contre l'adversité qu'il transforme, grâce à la musique, en un formidable vouloir être. La lumière se rallume alors sous forme de sunlights. Son autre passion, la musique, prend forme, il compose à la guitare des chansons très personnelles dont les textes interpellent. Il auto-produit un 33 T accompagné par Roland Romanelli.

 Il se produit dans de nombreux cabarets et salles parisiennes (La Butte aux Cailles, La Folie en Tête, Le Trou Noir, l'Espace Balard, le Théâtre de la Huchette, le Théâtre des 5 Diamants, Chez Georges) et dans de nombreuses salles en province (notamment le Gard où il réside), avec un répertoire original de chansons qui parlent de la vie, des gens, de la nostalgie, et qui évolue doucement vers un rythme plus blues. Il côtoie des grands noms de la Chanson Française tels Léo Ferré et Bernard Lavilliers.

 Malgré sa cécité qui l'avait forcé d'arrêter les courses automobiles, Daniel reprend le volant en décembre 1990 lors d'un rallye-expédition ayant pour but d'acheminer 6500 paires de lunettes au Burkina Faso au bénéfice de dispensaires et hôpitaux. Guidé par un ami co-pilote, il parcoure 1500 km dans le désert du Sahara et renoue avec sa passion des rallyes.

En plus de son propre répertoire, il prend sa guitare pour chanter Brassens, pour lui le plus grand de la Chanson Française, et pour lequel il a, comme beaucoup d'entre nous, une grande admiration.

Passionné par la lutherie, Daniel restaure des guitares et des banjos, travail très méticuleux et technique qu'il maîtrise parfaitement, laissant ses amis bouche bée.

Daniel Vachée est un chanteur de conviction, frondeur et passionné, sensible et humaniste comme il en est peu. Daniel est un chanteur capable d'émouvoir et de remuer notre égoïsme.  

(Entrée au chapeau)

 

Pour tout savoir sur l'origine de la San Jordi

http://unlivreunerose2015.tumblr.com/

Frédéric Jacques Temple

Frédéric Jacques Temple

Jean Joubert

Jean Joubert

Daniel Vachée

Daniel Vachée