Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Programme des soirées philo avec Arnaud Villani

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Mardi 17 janvier Que serait le cosmopolitique ?

Mardi 14 février Une redéfinition du symbolisme

Mardi 14 mars - L’existentialité trans-humaine et la philosophie

 

  • Mardi 17 janvier Que serait le cosmopolitique ?

Si le terme cosmos est ici associé au terme politique, ce n’est pas seulement pour faire droit à une évidente urgence écologique. Le choix du masculin (le cosmopolitique) répond à un refus déterminé de se laisser embringuer dans une politique, visiblement fondée sur une série de croyances, que je détaillerai dans une prochaine conférence, et qui la forcent à ne présenter que des solutions décevantes ou éculées. On essaiera, comme d’habitude, d’entrer dans un concept et d’établir quelques règles pour penser le politique élargi au monde dans son ensemble, en veillant à ne pas oublier la diversité étourdissante de ses différences singulières.

  • Mardi 14 février Une redéfinition du symbolisme

Le symbolisme, tel que je l’entends ici et m’efforce d’en retravailler la notion, est bâti sur l’usage grec du terme symbolon, indiquant une structure noétique (une disposition de pensée) oubliée. Le symbolon est un modèle, ou mieux, une petite machine où les opposés, considérés par couples, loin de tenter de se rabaisser l’un l’autre ou de se détruire, montent en puissance leurs différences et leur différend, en libérant une intense énergie, à la manière des micro-contrastes de couleurs chez Cézanne. J’essaierai, à la lumière de ce modèle qui sous-tend les travaux des Romantiques et de Nietzsche, d’analyser et de comprendre diverses acceptions courantes du mot « symbolisme ». Ce qui me permettra de poser une définition générale de la « pensée symbolique ».

  • Mardi 14 mars - L’existentialité trans-humaine et la philosophie

Dans la construction du système que j’essaie patiemment de mener à bien, l’existence, comme fait vécu et question énigmatique, tient une place prépondérante : elle est ce qui, consciemment ou non, accompagne tous les moments d’une vie. La présence instante et constante de l’existentialité me semble de nature à ouvrir la notion d’homme, penchant souvent vers le « trop humain » ou l’ « inhumain ». « L’homme » pourrait se faire plus accueillant (il semble qu’il l’ait été dans les sociétés ancestrales) aux éléments de l’univers et aux entités des règnes, de l’animal au minéral, que nous avons jusqu’à présent tenus pour secondaires, voire négligeables.

Tous les RDV sont à 20h30 - entrée libre.