Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une soirée avec les éditions la Boucherie littéraire et Jean Azarel

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

 

Vendredi 19 janvier

à 20h30

 

 

Soirée avec Antoine Gallardo,

éditions la Boucherie littéraire

et Jean Azarel, auteur

animée par Frédérick Gambin.

 

La Boucherie littéraire

"Les éditions la Boucherie littéraire ont été créées en 2015 dans le Lubéron.
Elles publient des textes d'auteurs contemporains offrant exclusivement à lire de la poésie.
Les publications relèvent forcément de ma sensibilité. Je recherche une poésie à fleur de peau... Celle de l'intime, celle de la respiration.
Mais celle qui sait aussi être incisive, avec du poignant, du saisissant, qui nous remue, qui nous fouille...
La forme poétique privilégiée est le retour à la ligne.
Les éditions sont menées avec  exigence que ce soit dans l'accompagnement de l'auteur et son texte ou encore dans les choix  de papiers de création que de l'impression des livres.
Par ailleurs, elles accompagnent le livre pour qu'il puisse rencontrer son lecteur. Aussi dans un souci constant de diffusion du livre, la Boucherie littéraire privilégie la vente en librairie.
Les éditions la Boucherie littéraire ont le désir d'offrir au lecteur une poésie qui les accompagnera tout au long de leur vie.
Éditer est un acte de création à part entière.
Je souhaite des destinations où je pourrai partager avec vous de nouvelles sensibilités et de belles rencontres humaines et littéraires.  Je ferai escale là où les mots et les blancs de la page distillent l'essence de poésie qui nous irrigue."

Antoine Gallardo

Site

Jean Azarel

Jean Azarel est né en 1954 « dans l’octobre bJean Azarel est né en 1954 « dans l’octobre blond du Saint Laurent » (Montréal / Canada). Il réside près d’Uzès. Il a deux enfants, sa compagne est peintre et céramiste.
Dans la filiation d’un père journaliste, poète et écrivain, il gribouille des petits romans policiers et des histoires de cowboys et indiens dès l’âge de 8 ans. 
Après un long silence, retour à l’écriture en 1997 dans une veine poétique. Il puise son inspiration dans la comédie spectacle du quotidien, la musique pop-rock et le cinéma d’auteur, la baie d’Audierne, les pentes granitiques du Mont Lozère, pour fabriquer des œuvres initiatiques et éclectiques (poésie, récit, nouvelles, biographie) où se côtoient humour acide, témoignages de vie et romantisme quasi mystique. L’écriture est pour lui un mode de survie où, comme dans le patinage artistique, les figures imposées alternent avec les figures libres.

 

Dans Le ciel du dessous, Jean Azarel donne à boire un foisonnement de matière mâtinée de cruauté où l’amour et le sexe, le végétal et l’animal, la sidération et la fatalité, se débauchent à tout va pendant qu’il est encore temps.

Trois ciels au lieu d’un, l’affaire est tentante dira le profane avide de posséder le secret du sacré comme s’il s’agissait d’un produit en promotion.

Sans doute ne sait-il pas que le chiffre trois est celui de l’apprenti.

 

 

 

 

 

 

 

Extrait

Au plus haut le vent 
froisse l’échappée
du cœur déchu.
Entends-tu 
le murmure du ciel 
blister la buée 
à gorge rendre 
dans les nuits sourdes ?


L’horizon écaille les voix
jusqu’à l’indolore.
Le couchant est rouge 
d’un crime inédit.
Prisonnière,
la somme des ombres
pâture à ton poignet.

Errer au firmament, 
déchiré et brûlant
sur les plages d’absence 
où la mésopause 
rafraîchit la blessure.


Lourde enclume
portée sur tes épaules.
Voyageur sans boussole.
Le poison de la providence
s’enfonce lointain 
dans l’onanisme
de novas singulières.

Être croix de lumière.
Danser à la cime
dans le sillage 
de la mort marraine.
Être récitation 
de patience.
Faire du silence 
ta respiration.

Qui mérite le ciel 
de plaisir las
occlus la lune.
Ange sonne, sonne 
la parole perdue
dont subsistent 
les doigts mouillés.

Combien de Te Deum,
combien de parjures. 
Au creux de ta bouche,
les plaintes s’assoiffent
de sexes ruisselants,
où les cirrus déposent
leur gelée blanche.