Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lecture de Boulevard des orangers de Mireille Piris

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

VENDREDI 13 AVRIL

à 20h30

 

BOULEVARD DES ORANGERS

LECTURE

PAR MIREILLE PIRIS

accompagnée
de Julotte Roche
 
 
 
 
 
 
 
 
Boulevard des orangers - Éditions N&B
Avec ses fragments autobiographiques, Mireille Piris nous plonge dans le monde coloré de ses jeunes années à Blida et de ses étés provençaux. Elle a 16 ans lorsqu’elle quitte l’Algérie en 1962, comment faire entendre sa chanson ­singulière quand elle est traversée par la grande Histoire, ponctuée de violence et de guerre ? Elle réussit ce pari dans un récit poétique plein de fraîcheur, sans occulter pour ­autant les soucis inhérents à toute famille ni les drames de ces années de braise. Les deux rives de la Méditerranée permettent à la petite fille puis à l’adolescente de se construire une personnalité attachante – à l’adulte qu’elle est devenue de ­recréer un univers émouvant.
 
Entre deux rives, entre deux rages,
je nage
Entre deux villes, deux ports, deux passeports,
je porte bagages
Entre deux familles, entre deux famines, deux manques,
je bancale
Entre deux figures, entre deux blessures, entre deux histoires,
je fugue
Entre père et mère, entre deux voix, entre deux guerres,
je ne veux pas choisir, grandir,
mourir.
 
Mireille Piris
Mireille Piris est née en 1946 à Blida en Algérie. De nombreux écrits jalonnent sa vie professionnelle de comédienne, chanteuse, animatrice culturelle, psychodramatiste, formatrice-conseil. Elle pratique une écriture privilégiant les formes courtes, fragments, prose poétique, nouvelles.
Elle vit aujourd'hui en Drôme provençale.
 

« Blida est le lieu où se sont baladées mon enfance et mon adolescence. Seize ans dont huit de ce que l’on a mis longtemps à appeler Guerre d’Algérie. Seize ans ponctués d’étés dans la Drôme et le Vaucluse. La gamine a grandi dans ces allers-retours.
Il y a plusieurs années que j’ai commencé à écrire ces fragments. J’aime cette forme littéraire, qui raconte beaucoup très brièvement, où il faut être à la fois précis et allusif. Et j’ajouterai impressionniste et poétique. Chaque fragment évoque un paysage, une personne, un moment de vie. Et puis il a bien fallu rassembler tous ces feuillets !  Le lien évident a été l’eau. L’eau, la mer, le paquebot, la nage… »
 

extrait de propos recueillis par Frank PREVOT - LE DAUPHINÉ LIBÉRÉ – 26 décembre 2017

Lire l'interview complète 

Rens. 04 66 50 27 44 - Entrée libre.

Lecture de Boulevard des orangers de Mireille Piris