Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Jeudi 1er août : Requiem pour Gaza, lecture à plusieurs voix

Publié le par Les amis du Chant de la terre

JEUDI 1er AOÛT - 20H30

REQUIEM POUR GAZA

éd. Color Gang

lecture à plusieurs voix

avec

Vincent Calvet

Aymen Hacen

Sabine Venaruzzo

Julien Blaine

André Robèr

 

Librairie

le Chant de la terre

entrée libre

 

" Ce livre est né de notre volonté commune de ne pas rester sans voix face au massacre de Gaza de mai 2018. Projet né au début de l’été 2018, il s’est concrétisé au cours du Festival Voix Vives de Sète. Nous avons sollicité un certain nombre de poètes israéliens, arabes (Tunisie, Palestine, Syrie, Lybie), et français. D’autres se sont joints à nous spontanément. L’appel a été entendu, à de rares exceptions près. Plus d’une trentaine de voix parmi les plus profondes, de la France au Moyen-Orient, d’est en ouest, font entendre leur indignation face à l’épuration ethnique subie par les Palestiniens aujourd’hui. Le sort réservé aux habitants de Gaza, après Plomb durci, Opération Rempart, et le massacre de mai 2018, oblige à opposer à la violence et au racisme une parole de paix, un grand OUI à la vie, un grand NON à la mort. Sous l’égide du grand poète arabe et universel Adonis, qui préface ce recueil, les poètes s’unissent pour opposer leur poésie aux paroles et actes mortifères du gouvernement israélien actuel. Il est probable que cette initiative ne plaira pas à tout le monde, mais il est temps, en France, que nous redonnions la parole à ceux qui vont dans le sens du droit, de la justice, de la paix. Nous devons bien cela à nos camarades palestiniens. Nous ne savons pas si la poésie « sauvera le monde », comme l’écrit le poète Jean-Pierre Siméon, mais du moins elle peut opposer son refus à la Barbarie. "

Vincent Calvet et Aymen Hacen


« Être solidaire avec les opprimés et dire la vérité : voilà ce que ces différents témoignages regroupés dans ce livre tentent d’illustrer. Ce sont des témoignages qui insistent sur le rôle des créateurs d’être solidaires avec ceux dont la vie est menacée, avec ceux dont l’existence est incertaine partout dans le monde. »

Extrait de la préface d’Adonis

 

Textes de :

Adonis, Khaled Jbour, Ronny Someck, Nathalie Quintane, Serge Pey, Olivia Elias, Fady Noun, Aymen Hacen, Sabine Venaruzzo, Madeleine Lenoble, Vincent Calvet, Michel Cassir, Julien Blaine, Josyane de Jésus-Bergey, Adam Fethi, Bruno Geneste, Anat Zécharia, Nadine Agostini, Najwan Darwish, Paul Sanda, André Robèr, Anne Letoré, David Barabi, Maram al-Masri, Mati Shemoelof, Aïcha Moghrabi, Didier Manyach, Monia Boulila, Bernard Noël, Julien Boutonnier, Annie Salager, Nicole Peyrafitte, Patrick Quillier, Janine Gdalia, Sylvie Ringard.

 

LES PARTICIPANTS À LA LECTURE

Sabine Venaruzzo, poète, performeuse, chanteuse lyrique et comédienne. Depuis 2009, elle se forme à l’Action Theater de Berlin et travaille la création spontanée en temps réel. En 2012, « La Demoiselle et cætera » devient la forme spectaculaire de sa poésie dans le sens où elle fait appel au théâtre, au chant, au mouvement, à la musique et à la mise en scène. En 2016, elle lance un vaste chantier poétique, « Sur les routes », avec l’ambition de poétiser le monde. Elle pose ainsi son P.P.F (Projet Poétique Fondamental) en prise directe avec la réalité. Elle participe à des anthologies poétiques de la Maison de la Poésie de la Drôme, prépare un premier recueil chez Pleine Page, organise depuis 12 ans le festival « Les journées Poët Poët, la poësie dans tous ses états d’art », dans les Alpes Maritimes.

André Robèr est un peintre, poète, et éditeur français né en 1955 à La Plaine-des-Palmistes, sur l’île de La Réunion. Il animera régulièrement des émissions sur les arts contemporains et les avant-gardes à Radio-Libertaire. Il déménagera ensuite à Marseille où il continuera son apprentissage notamment grâce aux activités du CIPM et à ses relations suivies avec les milieux artistiques. Ses poésies sont, pour la plupart, rédigées en créole réunionnais. André Robèr peint et expose en France, Italie, Corse et à la Réunion depuis 1986. Tout en poursuivant son œuvre artistique, il commence à écrire des ouvrages de poésie (une trilogie autobiographique publiée aux éditions K’A constituée de : Carnets du retour au pays natal, Un ours sous les tropiques, D’île en Ille), des poèmes visuels. Il fonde les éditions K’A en 2009 où il édite les textes fondamentaux du créole réunionnais. Depuis 2010 il anime la galerie (13) TREIZE dans son atelier à Ille-sur-Têt dans les PO. 2015 : CIBLE, livre d’artiste avec 4 poèmes concrets et 4 dessins à l’encre d’André Robèr, Fonnkèr pou lo zié, Comme un requin dans les mers chaudes,éditions K’A. Sa réputation dans les milieux d’avant-garde s’est faite principalement à travers la poésie visuelle et le mail-art.

Né en 1981 à Hammam-Sousse en Tunisie, Aymen Hacen est poète, prosateur, essayiste, traducteur et chroniqueur littéraire. Enseignant de langue, civilisation et littérature françaises à l’École normale supérieure de Tunis, il considère que l’enseignement et l’engagement politique sont indissociables de l’écriture. Son dernier livre de poésie, Tunisité suivi de Chroniques du sang calciné et autres polèmes (éditions Fédérop, 2015), a reçu en mars 2017 le Prix Kowalski des Lycéens de la ville de Lyon.

Vincent Calvet est né en 1980 à Carcassonne. Il exerce actuellement comme instituteur spécialisé à Toulouse. Prix de la ville de Béziers en 2005 pour Solitude des rivages (Encre et Lumière, 2006) et Prix de la Vocation en 2007 pour La Haute Folie des mers (Cheyne, 2007). Prix Marc Sabathier-Lévêque en 2018 pourContinuum amoureux (Rafael de Surtis, 2011). Il fonde en 2010 avec Paul Sanda la revue « Mange Monde » (quatorze numéros parus, Rafaël de Surtis) qui défend la pluralité des voix poétiques contemporaines. Il donne des lectures publiques en France et à l’étranger. Il rencontre Aymen Hacen en 2016 au Festival « Voix Vives » de Sète avec qui il noue une amitié et qui sera son traducteur en arabe. Traduit également en russe par Ekaterina Belavina.

Julien Blaine est né en 1954 à Rognac, Bouches-du-Rhône. Il a été un des créateurs de la « poésie-action » et a participé à la vie de la « poésie-performance » en France comme à l’étranger. Il créé sa première revue, les « Carnets de l’Octéor », à l’âge de 20 ans. En 1988, Blaine crée, après celles de Cogolin, les « Rencontres internationales de poésie de Tarascon », puis, en 1989-1990, un lieu de diffusion et de création poétique au cœur de la vieille ville de Marseille, le Centre international de poésie Marseille (cipM). Il occupera également une place importante dans le festival « Voix de la Méditerranée » de Lodève, peu après sa création en 1998. Blaine crée en 1976 la revue internationale « Doc(k)s ». En 2005, Blaine décide, à l’occasion de ses 60 ans, d’arrêter la performance. Depuis l’abandon de celle-ci, il s’expose et expose souvent dans des « démonstr’actions » et intervient régulièrement sous forme de « déclar’actions » en solo ou avec différents partenaires, poètes ou musiciens.