Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

A propos de la Fête de la librairie indépendante

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

Extrait du dossier de presse de Marie-Rose Guarniéri – Association Verbes

« Depuis treize ans l’association VERBES a insufflé avec un succès désormais incontournable un mouvement de terrain national très exigeant : La Fête de la Librairie par les libraires indépendants, version française de la Sant Jordi catalane, dans le cadre de la journée mondiale du Livre et du droit d’auteur. Une manifestation qui rassemble plus de 450 libraires indépendants en France et en Belgique francophone, rivalisant de créativité dans l’organisation d’événements littéraires et la redéfinition de leur combat complexe pour protéger la diversité éditoriale, le droit des auteurs et les livres de papier.

 

Réinterprétant librement et depuis treize ans la tradition catalane de la Sant Jordi, les libraires offrent ce jour-là à leurs clients une rose et un livre transmettant ainsi toutes les valeurs de leur métier, aujourd’hui souvent attaquées. Dans chaque ville, pour chaque lecteur, chacun invente selon son point de vente, son savoir-faire, ses goûts culturels, des actions qui donnent à la Librairie sur tout le territoire français ou belge, une visibilité et une unité militante.

Sachez qu’à partir de ce livre fédérateur, "Une saison en librairie", édité par notre association VERBES (en partenariat avec Actes Sud, Thierry Magnier, Flammarion, Le CNL, Le Conseil régional d’Ile-de-France, Livres Hebdo et Arctic Paper), et d’un cahier des charges commun, cette fête parvient, chaque année, à réunir de façon non institutionnelle et mosaïque des librairies très différentes : leur parti-pris est de valoriser auprès du public une littérature en dehors des dix meilleures ventes, demandant des compétences et du temps pour la faire connaître. 

 

Ce livre sera comme une rose des vents, une boussole nous réindiquant le chemin de la littérature et par là même le chemin de la librairie.

Nous désirons, à travers lui, vous dire encore que le lieu de la librairie est unique dans les villes pour vivifier, contenir et vous faire parvenir la profusion de la création littéraire.

Pourquoi nous différencions-nous de la vente en ligne ? Parce que les ouvrages que nous mettons à votre disposition, et que nous choisissons de garder dans notre fonds, ne sont pas là seulement pour décorer ou répondre efficacement aux seules lois de l’offre et de la demande... Leur présence a un sens et pas qu’un seul. Parfois, ils correspondent à des souvenirs de lecture déchirants, parfois ils sont emblématiques de la mémoire de notre patrimoine. Parfois encore d’un territoire, d’un domaine de langue, d’une discipline ou de l’histoire d’un catalogue et de son éditeur.

Parfois, ils font partie de l’histoire de la librairie, parfois l’auteur est notre voisin, parfois ils reflètent le goût du libraire et son engagement farouche. Parfois aussi, perdurent sur nos étagères des livres étonnants qui se dérobent, se cachent, résistent à notre volonté raisonnable de gestionnaire. Heureusement qu’ils nous échappent, d’ailleurs, c’est le côté boiteux et périlleux de notre métier.

Devant l’infini vertigineux et atone des sites de vente en ligne qui vous offrent tout et démultiplient performances et services, nous assumons encore fièrement une idée lente et artisanale de notre métier. Pour nous, le cerveau d’un lecteur n’est pas une oie qu’on gave : nous ne voulons pas massifier la lecture et la création en vous faisant surfer sur une mare indifférenciée.

Une librairie, c’est aussi des oublis, des trous qui ne nous font pas peur car constamment corrigés par un va-et-vient entre l’offre des éditeurs, vos demandes et notre recherche.

 

Pour le dire autrement, l’ensemble des livres qui tapissent les murs de nos librairies constitue une peau vivante, réactive, autoportrait et champ d’exploration du libraire. On peut le vérifier à l’occasion d’un changement de libraire : le paysage, la configuration des livres proposés se modifient. Les libraires qui travaillent et les clients qui nous fréquentent influent sur l’offre. Et le meilleur et le plus beau moyen de transmettre un livre, c’est toujours d’une personne à une autre personne.

Mais ces lieux qui vous sont si familiers et les valeurs qui y sont défendues connaissent aujourd’hui de terribles turbulences. Sans jouer les Cassandre, nous aimerions vous faire entendre l’actualité de ce malaise qui règne dans la chaîne du livre.

Nous partons de ce constat : si de nombreux lecteurs désertent, si certaines librairies périclitent, si certains catalogues de l’édition de création souffrent, cela est bien sûr dû à de nombreux facteurs. Mais ce qui nous préoccupe le plus, c’est que l’idée même de littérature a été dénaturée par le marketing culturel et le déferlement de ses produits. Ceux-ci ont tellement envahi tous les espaces qu’ils ont fini par épuiser ceux-là même qui les consommaient et par ensevelir les écrivains.

Ne se débarrasse-t-on pas trop souvent de l’art, aujourd’hui, dans ce qu’il a de difficile et de non identifiable par le marché ?


Il est urgent, selon nous, de remettre les auteurs au cœur des maisons d’édition et des projets. Car ce système, qui nous a enrichis facilement et divertis à court terme, nous précipite dans un gouffre. Et pourtant ! Je l’affirme, chaque lecteur qui achète un livre a toujours l’espoir de sortir de ses sillons et d’être percuté par ce qu’il ne connaît pas...

C’est ainsi que nous aimerions, à travers Une saison en librairie, poser un acte de plus et redéfinir grâce à la littérature les axes majeurs qui donnent consistance à la librairie. Pour nous, il y a les œuvres qui se contentent de combler les lecteurs, et les autres, qui ouvrent des manques...

Nous vous en proposons donc douze extraits d’œuvres qui sont toujours dans les fonts baptismaux de la librairie.

Elles en constituent les murs porteurs.

Vous pouvez le vérifier, elles sont sur les étagères de toutes les librairies, perpétuellement lues :

 "En attendant Godot", Beckett

"Un barrage contre le pacifique", Marguerite Duras

"La peau de chagrin", Balzac

"L'Ecume des jours", Boris Vian

"Les Fleurs du mal", Baudelaire

"Le Rouge et le Noir", Stendhal

"L'Etranger", Albert Camus

"Un amour de Swann", Proust

"Journal du voleur", Jean Genet

"Madame Bovary", Flaubert

"Une saison en enfer", Rimbaud

"Voyage au bout de la nuit", Céline

 

Jamais ces œuvres-là ne tariront.
Elles transforment le présent en éternité et nous font aller toujours plus loin.
Elles échappent à leur temps, à leur pays, à leurs auteurs même.
Avec elles, le lecteur tisse un roman sous le roman.
Douze extraits d’œuvres correspondant à chaque mois de l’année, comme un merveilleux bréviaire ou un agenda perpétuel conviant les cinq sens des lecteurs à les goûter de nouveau...
 Douze œuvres pour aiguiser l’appétit pour ce qui s’Ecrit.
Douze œuvres pour retrouver le pli de rendez-vous avec l’Art.
Ce sont ces livres-là que l’on appelle des livres de fond en librairie. Des livres « premiers », fondateurs. Et pour nous, praticiens, c’est à partir d’eux que, toujours, tout recommence. Forgeant quotidiennement notre oreille littéraire, ils nous permettent d’accueillir de nouvelles tonalités et nous donnent le la. Ils éduquent notre goût, nous inscrivent dans une filiation.

Notre livre aurait pu s’appeler aussi « Une année en librairie » puisque, comme avec une lanterne magique, nous affilions de janvier à décembre chaque œuvre à un mois de l’année.

En outre, dans ces villes et campagnes qui tendent à s’uniformiser d’un point de vue économique et culturel, il est essentiel aussi pour nous de transmettre une certaine poétique de la littérature. Notre temps ne dérive-t-il pas dans un mouvement aberrant et inhumain ?

Nous espérons que ce livre, emblème du combat qui nous rassemble ce jour-là, suscitera chez vous non seulement le plaisir de recevoir cette création mais aussi et surtout le désir de le défendre avec nous.

Notre livre voudrait répandre sur tout le territoire un antidote.
Tous les jours, en librairie, nous l’expérimentons !
Voilà pourquoi, il est si important de faire ressentir combien la littérature peut être une étonnante « entreprise de santé » !


 

 

Voir les commentaires

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN AVRIL

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

 

Pendant tout le mois exposition THIBEAUX, peintures

Vernissage le vendredi 6 avril à partir de 18hThibeaux Thibeaux

Thibeaux

Thibeaux     Thibeaux


Né à Paris en 1937. Thibeaux entre en atelier dès 9 ans chez le peintre Marcel Caud, y étudie jusqu'en 58. Puis il passe par l'Ecole Bernard Palissy de 1959 à 1960 (en sort premier), ensuite par l'Ecole Boulle de 1961 à 1962. Puis en cours du soir de 1963 à 1965. "Peintre alchimiste, il compose lui-même ses pigments, avec les terres et les roches qui l'entourent, les broyant, les décantant et les séchant au soleil avant de les stocker précieusement dans une myriade de flacons. Il fabique de même ses huiles, ses résines et ses vernis. " 

 

 

mercredi 4 avril – à 16 h. - goûter-lecture pour les enfants – lectures, entre autres, des poésies composées par les enfants sur les affiches du Printemps des Poètes (à rapporter à la librairie). Un joli moment à partager !

Ci-dessous 4 pèmes écrits par Ambre, Maxime, Myriam et Sacha :


Poème-ambre-2    Poème-maxim-4   Poème-myriam-3    Poème-sacha-1

 

 

Mercredi 11 avril – 20h30 –Présentation d'un nouveau producteur de documentaires

Soiree-OPUS avec Mahmoud Chokrollahi Soiree-OPUS avec Mahmoud Chokrollahi


OPUS-photo1  OPUS-photo2

 

Les films de la Collection OPUS offrent une approche différente et un prolongement culturel sur les thématiques suivantes : Architecture, Arts Plastiques, Aventures Humaines, Cinéma Photographie, Cuisine Œnologie, Géographie, Histoire, Littérature, Musique (dont le très beau film de Vincent Bataillon sur Henri Dutilleux, compositeur contemporain le plus joué au monde), Philosophie, Religion, Sciences, Spectacles, Théâtre et Danse http://www.collection-opus.fr

Sera présent ce soir-là Mahmoud Chokrollahi, personnalité du monde artistique Iranien ; il est anthropologue, auteur de nouvelles, d'un roman qui vient de paraître chez L'Harmattan « La Ruche », acteur dans des films de Moshen Makhmalbaf, producteur de 85 documentaires dont « La Bataille de Tchernobyl » et les films d'Atiq Rahimi. Il est aussi réalisateur de plusieurs documentaires dont "Et la création fut" - portraits de femme artistes peintres iraniennes - dont des extraits seront projetés (photos ci-dessus).

 

 

Vendredi 20 avril – 20h30 – Les Libellules et l'Observatoire du Patrimoine Naturel du Gard - diaporama


GARDNATURE-IMG 5240  GARD-NATUREIMG 9258

 

Un peu plus de 60 espèces de libellules peuplent les zones humides du Gard, depuis les tourbières du Lingas, en Cévennes, jusque dans les sansouïres de Petite Camargue... Ces demoiselles ont de multiples atouts pour nous faire chavirer : des yeux bleus si grands qu'on s'y perdrait volontiers, des gambettes fluettes et une taille d'une finesse incomparable... Et si vous avez la chance de devenir leur proie d'un soir, leur sourire vous ravira... à jamais...

Ces quelques images prises au abords d'étangs, fossés ou rivières, sont l'occasion de présenter le guide photographique "Libellules de France", édité en 2011 par Gard Nature et le groupe Sympetrum, et que Charlotte Herry nous présentera ce soir.

Il fera un lien vers l'Observatoire du Patrimoine Naturel du Gard, un projet collaboratif de collecte et diffusion des connaissances naturalistes dans le département. Basé sur un site Internet (www.naturedugard.org), cet Observatoire bénéficie de sorties dans des communes, de prospections naturalistes, d'une lettre d'information mensuelle et bientôt d'actions auprès des scolaires !

Une discussion ouverte est proposée aux participants à l'issue de ces deux présentations.

 

 

Vendredi 27 et samedi 28 avril – FÊTE DE LA SANT JORDI « Un livre, une rose »   San-Jordi-2012 San-Jordi-2012


un-livre-une-rose-800x6001


« Fête de la librairie par les libraires indépendants », pour la première fois à la librairie Le Chant de la terre !

Au programme rencontres avec Sylvie Brès, auteure, des cadeaux pour vous, des roses, des livres, un apéritif musical… une vraie fête à laquelle vous êtes conviés, afin de montrer, vous aussi, votre attachement à Votre librairie indépendante.


Mais pour commencer, qu'est-ce que la Sant Jordi ? petit historique :


georges-medieval

« Sant Jordi – Saint Georges – est connu notamment à travers La Légende dorée de Jacques de Voragine, pour avoir terrassé un dragon. Une légende raconte que du sang du dragon jaillit un rosier, une autre que la princesse sauvée des griffes du dragon offrit en remerciement à Saint Georges… un livre.

Au Moyen-Âge, la Sant Jordi faisait l’objet de joutes chevaleresques en Catalogne durant lesquelles on offrait des roses aux dames.

Le 23 avril, jour de la Sant Jordi, a été désigné en 1926 Jour du Livre par la Chambre des Libraires de Barcelone. Cette date est également la date anniversaire de la mort de Cervantes, de Shakespeare et de l’inca Garcilaso de la Vega, tous les trois disparus le même jour de l’année 1616. Sous le régime de Franco, la Sant Jordi était la seule manifestation où écrivains et intellectuels pouvaient défendre leur liberté d’expression avec un livre et une rose. Enfin, il y a à peine quelques années, le 15 novembre 1995, l’UNESCO proclamait le 23 avril Jour du Livre et du droit d’auteur, contribuant ainsi à la promotion de la lecture, de l’industrie éditoriale et de la protection de la liberté intellectuelle.

Depuis lors, cette journée est célébrée aujourd’hui dans 80 pays. Cette année, tous les pays participeront le même jour. En France, la Librairie indépendante s’est approprié cet espace pour en faire une journée créative et militante, la Fête de la Librairie par les libraires indépendants / Un livre, une rose. »

 

Le programme de votre fête :

 

Invit-laDifférence

vendredi 27 à 20h30 - rencontre avec les éditions La Différence (lien vers leur site link), Colette Lambrichs et Claude Minerod, qui nous présenteront leur nouvelle collection, « Politique », dont le but est "de faire entendre la voix de ceux qui vivent, pensent et travaillent en dehors des cercles de l’oligarchie qui monopolise la parole". Colette Lambrichs a publié dans cette collection un opuscule sur le thème de la défense de l'édition et de la librairie indépendantes :


« Manifeste pour l'édition et la librairie indépendantes », Colette Lambrichs : « À l’heure où les métiers d’éditeur et de libraire indépendants sont menacés par la prolifération folle de publications que les rayons des magasins ne peuvent plus contenir et que le public désorienté délaisse faute d’être en mesure de l’appréhender, à l’heure où la presse, malade, elle aussi, ne joue plus son rôle d’information ni de critique, force est de nous interroger sur le sens de cette profession d’éditeur et sa chance de survie.

Chacun sent que cette situation ne peut plus continuer ainsi et il semble que personne ne soit capable d’enrayer le processus qui conduira nécessairement à la disparition d’un grand nombre d’éditeurs et de libraires. Tout paraît se passer comme si on préparait le terrain engorgé et asphyxié par les allers et retours de nouveautés pour que celui-ci se soumette, contraint et forcé par les impératifs économiques, à promouvoir et à vendre des fichiers numériques consultables sur livre électronique. » éd. La Différence.

 

 

Samedi 28 toute la journée : « Un livre, une rose » Présence de Sylvie Brès, auteure de deux recueils de poésie publiés aux éditions "la rumeur libre" (plus de renseignements sur leur site ici link) qui viendra avec une comédienne pour une lecture de ses textes, des livres et des roses pour vous Madame (que vous recevrez si vous offrez un livre à votre mari, votre compagnon, un ami…) et pour terminer la journée, vers 18h un apéritif musical avec le quartet de jazz Spessymen* ! Nous vous attendons nombreux, venez passer la journée avec nous !


 Un grand merci à l'Association Verbes !

"Depuis treize ans l’association VERBES a insufflé avec un succès désormais incontournable un mouvement de terrain national très exigeant : La Fête de la Librairie par les libraires indépendants, version française de la Sant Jordi catalane, dans le cadre de la journée mondiale du Livre et du droit d’auteur. Une manifestation qui rassemble plus de 500 libraires indépendants en France et en Belgique francophone, rivalisant de créativité dans l’organisation d’événements littéraires et la redéfinition de leur combat complexe pour protéger la diversité éditoriale, le droit des auteurs et les livres de papier.

Réinterprétant librement et depuis treize ans la tradition catalane de la Sant Jordi, les libraires offrent ce jour-là à leurs clients une rose et un livre transmettant ainsi toutes les valeurs de leur métier, aujourd’hui souvent attaquées. Dans chaque ville, pour chaque lecteur, chacun invente selon son point de vente, son savoir-faire, ses goûts culturels, des actions qui donnent à la Librairie sur tout le territoire français ou belge, une visibilité et une unité militante." 

Pour en savoir plus sur la Fête de la librairie indépendante

A propos de la Fête de la librairie indépendante

 

* Le groupe SPESSYMEN en quelques mots…

 

Le quartet de jazz SPESSYMEN (saxo ténor, basse, guitare, batterie) s’est formé en 2005. Composé de musiciens amateurs de divers horizons, il se produit régulièrement lors de festivals, comme celui d’Entraigues sur Sorgues, d’événements culturels, dans des restaurants..

Il mêle des influences diverses : de Wes Montgomery à Herbie Hancock, en passant par Miles Davis, John Coltrane ou Wayne Shorter… Les SPESSYMEN revisitent les standards du jazz avec des accents funky, parfois rock ou reggae… toujours avec respect et passion !

Les musiciens :

Jean-Marc SPESSOTTO : saxophone ténor, clarinette

Jean-Philippe RUIZ : basse, guitare

Vincent GODON : guitare

David VINIT : batterie

 

spessymen

Voir les commentaires

Les Editions du Lampion

Publié le par Les amis du Chant de la terre

    Une rencontre avec Jean-François Durand créateur des Editions du Lampion


Bonjour, pouvez-vous nous présenter les Editions du Lampion ?

JFD : J’ai créé les Editions du Lampion voilà maintenant quatre ans. C’est donc une jeune maison qui propose des livres illustrés pour publics adulte et jeunesse. Nous veillons particulièrement au choix des illustrateurs et bien sûr des textes mais aussi à la mise en page qui donne à l’ensemble une certaine cohésion des deux univers, littéraire et graphique. En cela nous renouons un peu avec la tradition du livre illustré tel que nous le connaissions dans les années 50 et 60. Des livres paraissaient à cette époque, souvent des classiques parfois des auteurs plus confidentiels, et ces livres en collection étaient tous à dominante de texte et augmentés d’illustrations. C’est une tradition qui s’est un peu perdue et que nous souhaitons renouveler par des mises en pages plus contemporaines.

 

N’y a-t-il pas des inconvénients à proposer dans une même collection des titres pour adulte et des titres jeunesse ?

JFD : C’est un problème pour les libraires, ils ont en effet tendance à classer les titres selon les publics… et donc à dépareiller la petite collection Loupiote. En fait, si vous voulez, ce qui a motivé la création de cette petite collection était de proposer des textes connus ou moins connus touchant au merveilleux. J’envisage ce thème comme transgénérationnel, pour employer un terme un peu barbare, qui satisfait à la fois les enfants et les parents. Je souhaitais proposer ce genre pour les adultes comme par exemple le Journal d’Eve et d’Adam de Mark Twain, mais il se trouve que beaucoup de textes et beaucoup de propositions qui me sont faites sont à l’adresse des enfants, par conséquent nos nouveautés qui font connaître de jeunes auteurs et de jeunes illustrateurs sont le plus souvent de la littérature jeunesse. Les deux derniers titres en sont l’illustration : Le Grand Monsieur d’en Haut et Ah, tu crôa ? 

 

Comment se déroule le travail avec l’illustrateur ?

JFD : Très bien, très simplement finalement. Je leur laisse beaucoup de liberté. L’important pour moi est de trouver le plus à même d’illustrer le texte que je leur soumets. Par la suite nous définissons ensemble un « type » d’illustration, une ambiance et je veille simplement à ce qu’elle soit respectée. Le chemin de fer, l’emplacement des illustrations est fonction de l’inspiration de l’artiste, je ne souhaite pas lui imposer cela : il faut avant tout que la personne soit à l’aise avec son sujet tout en gardant une cohérence d’illustration.

 

Avez-vous des projets pour cette année et les années suivantes ?

JFD : Se projeter à long terme demeure un peu aléatoire mais enfin disons que nous continuerons dans notre lancée. Ces petits livres à petits prix retiennent l’attention des lecteurs. Par ailleurs nous proposons parallèlement à l’édition des expositions d’originaux des illustrations qui figurent dans nos titres. Nous comptons aujourd’hui quatre expositions disponibles et bientôt une dizaine que nous proposons aux bibliothèques et à certaines librairies qui disposent d’une salle adaptée. Ces expositions sont toutes accompagnées d’éléments de scénographie et de possibilité de dédicaces de l’illustrateur ou de l’auteur. Les lecteurs ou visiteurs sont ainsi plus proches du parcours d’illustration d’une œuvre publiée et puis c’est une façon originale de faire connaître nos publications.

      Pour visiter le site : http://www.editions-lampion.fr/

 

Quelques titres des Editions du Lampion :


couverture EVE
de Mark Twain

Traduction Berthe Vulliemin

Illustrations Juliet c

Le Journal d’Eve et d’Adam est une œuvre singulière, débordante d’humanité ; d’une humanité qui se construit, de celle définie par le regard croisé d’une Femme et d’un Homme, prototypes incarnés des sentiments les plus communs, vierges de toutes malignités et d’une naïveté touchante.
L’élégance de style et l’humour tranche sur l’absence d’atavisme, le primitivisme originel des deux personnages et leur soif irrépressible de découverte du Monde et de l’Autre. En quelques pages, l’auteur restitue deux psychologies contradictoires, sexuées, qui pourtant, au terme d’errements et de doutes partagés, triomphent de leurs natures et se révèlent être définitivement complémentaires.

 


couverture ah 

 De Catherine Lafaye Latteux

Illustrations Mathilde Magnan

Ah, tu crôa ? C’est la rencontre d'une enfant et d'un gros crapaud.
Au cours de leur conversation, il sera question de baiser enchanté, de mouche avalée, de cuisine, de crapaudine...

Du grand n'importe quoi ?! Ah, tu crôa ? 

 

 


couverture le grand

 

De Lisa Chrétien

Illustrations Marianne Pasquet

C’est un grand monsieur rêveur et solitaire malgré lui qui compte les nuages et passe son temps à contempler la vie plus ou moins belle de sa petite fenêtre de son petit appartement situé tout en haut de son immeuble. Un jour il décide de ne plus y monter et de rester en bas à attendre

on ne sait quoi. À s’imaginer être derrière cette extraordinaire porte du rez-de- chaussée, déjà habitée... jusqu’au jour où...

Le Grand Monsieur d’en Haut est un conte teinté de poésie dans lequel le merveilleux est une échappatoire à la solitude. 

 


kanak 1

Premières chroniques

de THIOSSE

Illustrations Juliet c

Kaavo est le nom d’une jeune popinée partie à l’aurore, pour ramasser à pleines poignées des sauterelles aux ailes lourdes de rosées. Kaavo est gourmande, insouciante, et son chemin croise par malheur celui du redoutable Navaé, guerrier orgueilleux, ennemi de sa tribu.

Le flirt canaque est une chronique du désir, du jeu amoureux...

Georges Baudoux alias Thiosse (prononcia- tion de Georges en canaque) est un conteur habile et merveilleux. Les chroniques présentées en quatre volumes sont extraites de journaux calédoniens parus entre 1919 et 1921 ; elles relatent par le détail les péripéties de différentes tribus canaques avant l’arrivée des colons. Une immersion donc dans la mentalité primitive, atavique, à travers laquelle apparaît, empreinte parfois de cruauté, une certaine logique tribale.

Trois autres recueils de chroniques ont été publiés.

 

Voir les commentaires

Le Printemps des Poètes

Publié le par Les amis du Chant de la terre

PJ85 14ePdP-AFF-10x15-rvb-HD


Le Printemps des Poètes est une association loi 1901. C'est une centre de ressources pour la poésie et le coordonnateur de la manifestation de mars. Le Printemps des Poètes est une initiative de Jack Lang et d'Emmanuel Hoog. 

Ce centre de ressources est là pour : Conseiller et orienter - Développer une activité de formation sur la poésie - Encourager la création - Initier des partenariats à l'année.

La manifestation nationale et internationale est organisée tous les ans au mois de mars, elle réunit de multiples acteurs en France et à l'étranger pour faire connaître la poésie sous toutes les formes et sur tous les supports. Le Printemps des Poètes propose chaque année un thème différent.


 

"L'intitulé du 14e Printemps des Poètes, "Enfances", voudrait inviter à considérer quelle parole les poètes tiennent sur les commencements, apprentissage du monde entre blessures et émerveillements, appétit de vivre et affrontement à la « réalité rugueuse », comment leur écriture aussi garde mémoire du rapport premier, libre et créatif, à la langue.

 Ce sera aussi l'occasion de mettre en lumière cette poésie qui tient l'enfant pour un interlocuteur sinon exclusif, du moins premier, une « poésie pour la jeunesse » qui, fuyant tout didactisme, s'est profondément renouvelée au cours des dernières décennies.

Ce 14e Printemps des Poètes sera l'occasion de mettre en avant dans le répertoire de poésie pour la jeunesse le travail novateur de quatre éditeurs : Cheyne (Poèmes pour grandir), L'Idée Bleue (Le farfadet bleu), Møtus (Pommes Pirates Papillons) et Rue du Monde. " Jean-Pierre Sinéon, directeur artistique

En savoir plus http://www.printempsdespoetes.com


Les amis du Chant de la terre ont voulu s'associer à ce Printemps, en proposant aux enfants de composer un poème sur les affiches créées par Le Printemps des Poètes et de les apporter à la librairie, où certaines seront affichées, toutes conservées dans un classeur afin que chacun puisse venir les lire. Un goûter-lecture de ces poèmes (et d'autres…) sera aussi organisé pour les enfants le mercredi 4 avril à 16 h.

Poème-ambre-2  Poème-maxim-4  Poème-myriam-3  Poème-sacha-1

L'affiche en N/B sur laquelle on peut écrire peut se télécharger depuis le site du Printemps des Poètes ou être obtenue par mail auprès de notre association amisduchantdelaterre@free.fr .


Un rendez-vous poétique est aussi proposé le vendredi 30 mars à 20h30 avec Domingo Cuevas. Voir le programme de mars pour plus de détails.

Voir les commentaires