Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN SEPTEMBRE

Publié le par Les amis du Chant de la terre

      Au programme de ce mois :

  • EXPOSITION THOMAS KLEIN
  • RENCONTRE/LECTURE AVEC ANDRE GACHE le 14 septembre
  • RENCONTRE/CONFERENCE AVEC JACK CHABOUD à propos de la Franc-Maçonnerie le 21 septembre
  • RENCONTRE/LECTURE AVEC AHMED KALOUAZ le 27 septembre

      présentation détaillée ci-après.

 


EXPOSITION THOMAS KLEIN - PEINTURES DU 4 AU 30 SEPTEMBRE.

Vernissage le vendredi 7 septembre à partir de 18 h.


 

L-angemoineguerrier2.jpg  Thomas Klein - Flashy tiered

 

Thomas Klein - Mystic chess child  Thomas Klein - Powerfull meditate woman

 Thomas Klein artiste peintre holographiste


« Les racines de notre enfance nourrissent notre présent »

 

Je suis né à Gap, en anglais et vécut une grande partie de mon enfance dans un petit village des Alpes de Haute Provence nommé Mison. Cette ancienne place forte du Moyen Âge comme un téton émergeant dans la vallée qui possède encore les anciennes ruines de son château fut pour moi le lieu privilégié où mon regard et ma sensibilité se sont confrontés directement à la mesure de la grandeur de cette nature immense où l’espace la lumière la limpidité du ciel et des étoiles ont été comme des œuvres de grâces et d’harmonies qui se sont offertes à mon regard et m’ont définitivement relié à elles.

De mon père j’hérite de cet émerveillement devant les choses, devant la vie, sa palette infinie, ses grains, ses formes, ses sons, ses odeurs, une ouverture au corps sensoriel, une écoute à l’insondable. De ma mère, une spontanéité sauvage et authentique, une force peu commune et un sens profond de la relation humaine.

Dans mon travail s’exprime en filigranes les influences directes de mes parents et certaines activités qui leur étaient propres.

Mon père travailla dans l’architecture, la muséographie, la céramique et la photographie.

Ma mère s’investit dans le service social et l’accompagnement professionnel à la personne, dans le théâtre et la littérature. À la maison mon frère et moi avons pour ainsi dire baigné dans un milieu propice à l’art et à la création.

Je me suis naturellement intéressé à des sujets profonds qui touchent à la compréhension de la nature humaine, à son histoire, à ses fondements. Tout petit je collectionnais les ossements que je trouvais dans la nature comme des choses précieuses.

Entre sept et dix ans je découvris un petit livre sur les samouraïs qui possédait l’inventaire très bien dessiné de l’équipement, des armes, des masques et armures de ces guerriers, ce travail, ces images m’inspirèrent une admiration profonde pour les arts sacrés de l’Asie pour sa culture spirituelle et artistique. Je percevais en ces images une grandeur, une proximité de la Nature et de l’Homme en transcendance qui me reliaient à celle du sentiment de notre infinité, de notre vasteté intérieure.

Le travail, le raffinement à l’œuvre que je rencontrais spécialement dans l’iconographie des thangkas du bouddhisme tibétain, dans l’art des estampes japonaises, dans les dentelles sculptées des palais indiens et l'ornementation des lieux sacrés, ont formé les tendances de mon langage plastique et graphique.

 

Ma formation en art graphique débuta concrètement par un C.A.P de peintre en lettres graphiste décorateur durant laquelle je m’initiais au dessin et à la composition de panneau de publicité peint et décoré.

J’évoluais par la suite vers un brevet de technicien dessinateur maquettiste.

Cet enseignement me permit de m’ouvrir à une étude plus approfondie de l’histoire de l’art et du travail d’analyse des œuvres, ainsi qu’une pratique plus soutenue des différentes disciplines propres au travail créatif.

Le but étant dans ce cadre d’être formé professionellement à l’élaboration puis à la réalisation de documents de communication graphique, texte et image. Mon travail d’étudiant se termina par une formation aux beaux-arts préparant au Diplôme national d’art et technique option design graphique. Cette formation m’enrichit de la pratique des outils liés au travail de l’édition assisté par ordinateur, j’ai pu acquérir par ce biais de réelles compétences dans l’usage des outils infographistes et dans la connaissance des codes de communications liés à la représentation et à la mise en scène de l’information.

Parallèlement depuis l’adolescence et d’une manière autodidacte, j’ai développé une pratique instrumentale de la batterie, des percussions puis plus tard du didgeridoo australien et des bols chantants himalayens.

Cependant, c’est en qualité de travailleur social auprès des personnes souffrant de handicaps que je me suis inscrit dans le monde actif.

Dans cette simple relation d’écoute, de présence et de soutien à l’autre, je rencontrai plus d’humanité qu’auprès d’un ordinateur ou d’un projet d’accroche marketing.

J’éprouvai ce besoin de me sentir utile directement et j’ai découvert qu’une simple présence, une parole vraie et un regard sincère pouvaient faire beaucoup.

Aujourd’hui je livre des tableaux qui sont aussi la traduction de tout ce vécu personnel et de toutes ces disciplines qui travaillent ensemble à l’intérieur de moi. Mon travail prend forme par l’intuition et le ressenti sensible, c’est à mon sens une forme de poésie mystique et visuelle qui parle de l’être et de la condition humaine au delà de tout contexte de temporalité et de culture.

Mes toiles sont des espaces de mutabilité entre différents niveaux d’informations jouant ensembles dans l’improvisation une partition invisible et implicite.

Les personnages qui émergent au fur et à mesure sont les traductions figurées de la représentation du sentiment et de l’attitude humaine face à elle-même, face à son devenir.

 

 

 

VENDREDI 14 SEPTEMBRE — 20H30 — RENCONTRE AVEC ANDRE GACHE pour une "lecture performée" de quelques-unes de ses œuvres.

 

 

Les publications d'André GacheAndré GACHE est né à Saint-Sauveur-en-rue (Loire), dans un lieu où on parlait patois et où on allait à l’école en sabots.

Comme toutes les pommes de terre, il a poussé en ingurgitant pas mal d’engrais (le Français sans faute, bien d’autres choses indispensables bien sûr…) et il a perdu ses feuilles.

C’est pour ça qu’il a écrit un certain nombre de choses à tubercules, et pires encore. Une écriture de pomme de terre.


Il a publié une vingtaine de plantes.

Une dernière tubercule a poussé : http://okibou.blogspot.fr/, blog jubilatoire où AG donne à lire ses avancées récentes et quelques manuscrits complets, , mais aussi invite des auteurs et artistes dont il aime le travail. Il a le projet d’y inclure une anthologie poétique d’auteurs actuels.

AG vit en Ardèche, écrit souvent, lit beaucoup, boit du vin et aime la cuisine épicée.

En somme, il a repris ses feuilles, ça va maintenant. Qui lui reprochera d’éviter les doryphores en vivant là où il vit ?

C’est donc en pleine santé qu’il proposera une lecture performée de quelques-unes de ses œuvres récentes à la librairie Le Chant de la Terre.

Sa bibliographie :   BIBLIOGRAPHIES D'AUTEURS REÇUS AU CHANT DE LA TERRE

 

 

VENDREDI 21 SEPTEMBRE - 20h30 - RENCONTRE AVEC JACK CHABOUD : "Histoire de la Franc-Maçonnerie, des origines à nos jours".

 Jack Chaboud


- la préhistoire de la maçonnerie (influences des questionnements spiritualistes de l'homme, religions, groupes initiatiques anciens, les bâtisseurs...),

- création et personnalité de la maçonnerie,

- histoire, du XVIIIe siècle à nos jours, dans le monde, dans sa diversité,

- pratiques maçonniques,

- actualité du mouvement.

Puis questions et échanges avec l'auteur…


Jack Chaboud est né à Lyon, où il vit actuellement. Il est diplômé de l’Institut d'études politiques de Grenoble (1966) et licencié ès lettres.

Après avoir travaillé dans l’industrie pétrolière, il a été journaliste, rédacteur et enseignant en communication. Directeur de collections de romans pour la jeunesse chez Magnard et actuellement chez Plon, il écrit en littérature générale et pour la jeunesse, aussi bien que des romans policiers ou des ouvrages sur la Franc-Maçonnerie. Cofondateur de Afrane (Amitiés franco-afghanes), il a été membre des CA de La Charte des Auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, de l’ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le livre), et du festival Quais du polar. Il est membre du comité de soutien de Lire et Faire Lire. Rédacteur en chef des Nouvelles de La charte des Auteurs et illustrateurs de jeunesse, de 1996 à 2004. Membre du comité de rédaction de Humanisme, revue publique du Grand Orient de France de 2000 à 2004.

Sa bibliographie :    BIBLIOGRAPHIES D'AUTEURS REÇUS AU CHANT DE LA TERRE

 

 

JEUDI 27 SEPTEMBRE - 20H30 - RENCONTRE AVEC AHMED KALOUAZ pour une lecture d'extraits de "Paroles buissonnières" (éd. Le bruit des autres), et "Une étoile aux cheveux noirs" (éd. du Rouergue), puis échange avec l'auteur.

Ahmed Kalouaz



« J’écris parce qu’il ne me reste que cela à faire, en plus de diverses activités domestiques, dont certaines ont de l’importance. Cette vie avance, et un jour on se dit que l’on écrit. Et puis par hasard, cela intéresse deux ou trois personnes, un cercle d’initiés, ça donne du plaisir ou de l’émotion. On voudrait se contenter de cela, mais on vient vous tirer de votre paresse en vous demandant d’autres lignes, un nouveau titre. Sûr que ça vous étonne encore, quand on ne veut pas se mélanger à ceux qui font métier d’écrire. On écrit, mais il est aussi important de respirer, de courir ou d’aimer. Il paraît que de tant marcher et tant aimer naissent les livres. Ils naissent alors, mais on avait oublié que le plus important pour un livre, c’est de vivre. »

Ahmed Kalouaz

 

 

 

 

Né en 1952 en Algérie, Ahmed Kalouaz vit dans le Gard. Il a publié de nombreux ouvrages pour adultes dans des genres divers (poésie, nouvelles, roman, théâtre) mais également des textes pour la jeunesse.

Sa bibliographie :   BIBLIOGRAPHIES D'AUTEURS REÇUS AU CHANT DE LA TERRE

 

A NOTER DES MAINTENANT : VENDREDI 5 OCTOBRE -20H30 : RENCONTRE LECTURE AVEC L'ECRIVAIN PIERRE AUTIN-GRENIER ! réservez votre soirée…

Voir les commentaires

BIBLIOGRAPHIES D'AUTEURS REÇUS AU CHANT DE LA TERRE

Publié le par Les amis du Chant de la terre

CI-APRES NOTES SUR LES AUTEURS SUIVANTS (auteurs reçus à partir de septembre 2012)


- Eugène Ebodé

- Jean Joubert

- James Sacré

- Claro

- Pierre-Autin Grenier

- Ahmed Kalouaz

- Jack Chaboud

- André Gache

 

eugene-ebode-photo-c-helie-gallimard.jpgEugène Ebodé

 

Eugène Ebodé est né le 11 janvier 1962 à Douala au Cameroun. Études primaires et secondaires à Douala, sa ville natale, et à Yaoundé au lycée bilingue de Yaoundé. Puis à N'djaména, au Tchad, où il s'inscrit en classe de terminale D au lycée Félix Eboué. Avant les épreuves du Bac, les troubles politiques reprennent au Tchad. La guerre civile pousse Ebodé à retraverser le fleuve Chari sous une pluie de balles pour retourner dans son Cameroun natal.

Marqué par son errance "intra" africaine, il a le sentiment d'assister aux convulsions d'un monde qui n'arrête pas d'agoniser. Il envisage alors un exil, cette fois en Occident, d'autant que les années Ahidjo sont marquées par un autoritarisme déprimant. La passion pour le football va reporter de deux ans ce projet. Ses parents sont de conditions modestes et le football représente aussi le moyen de réaliser quelques économies avant le voyage vers la France. En effet, Charles Ondolo Ébodé, son père, est infirmier. Assena Vilarienne, sa mère, est femme au foyer. Elle y a fort à faire avec ses 10 enfants (6 garçons, 4 filles). Eugène Ebodé en est le troisième. La lecture est à la fois pour lui un merveilleux guide et un compagnon.

Ses débuts dans le football, en 1980, sont réussis. Il devient dès la première journée de championnat de football de première division du Cameroun, le gardien de but titulaire du " Dragon de Douala ". Quelques mois plus tard, il est convoqué en équipe nationale junior, les " Lionceaux du Cameroun " pour les éliminatoires de la coupe du monde junior en Australie. Malgré la qualification de l'équipe, il ne fera pas partie du groupe qui s'envole pour Sydney. La saison suivante, il signe dans la " Dynamo de Douala ", club qui deviendra " la dynamite " dans son roman La divine colère.

En 1982, il quitte le Cameroun pour la France. Il reprend les études tout en jouant dans un club amateur à Argenteuil. Après l'obtention du baccalauréat, il est admis au concours d'entrée de L'Institut d'Études Politiques d'Aix-en-provence. Diplômé en 1988, il entre au CELSA (Ecole des Hautes Etudes en sciences de la communication et de l’information) où il obtient l'année suivante le DESS en communication et relations publiques.

Il est d’abord formateur au Centre National de la Fonction Publique Territoriale avant de devenir, à Achères, directeur adjoint du service Jeunesse, puis directeur des affaires culturelles et directeur de cabinet du maire. Conseiller municipal de la commune de Villepreux, ancien chroniqueur littéraire de l’émission Cosmopolitaine, sur France Inter. Il est actuellement chroniqueur du journal Le Courrier de Genève. 
A reçu le prix Yambo Ouologuem décerné à Bamako le 10 février 2012.

Les axes du réalisme magique chez Eugène Ébodé
Le réalisme magique est le courant littéraire auquel il souhaite « adosser ses écrits et ses contes exprimant le retournement des morts. ». Après La transmission, roman inaugural d’une trilogie axée sur la représentation d’une jeunesse africaine, Eugène Ebodé clôt ce cycle romanesque avec Silikani. Il est question dans ce roman cadencé, d’un hommage aux musiciens africains et aux jazzmen. Les thèmes favoris de l’auteur sont la mémoire et la transmission des valeurs de progrès présentes en chaque culture. Eclectique, il aime lire la littérature russe et plus particulièrement son incontestable icône : Alexandre Pouchkine.

(Source site MEL)

 

Bibliographie :

Essais 

  • Tout sur mon maire, éd. Demopolis, 2008
  • La sublime négrité de Pouchkine in Pouchkine et le Monde noir, Présence africaine, 1999.
  • Jacques Rabemananjara, le totem, Lecce, Italie, 2004

Romans 

  • La transmission, éd. Gallimard, 2002
  • La divine colère, éd. Gallimard, 2004
  • Silikani, éd. Gallimard, 2006.
  • Madame L'Afrique, éd. APIC.(ALGER), 2011
  • Métisse Palissade, éd. Gallimard, 2012
  • La Rose dans le bus jaune, éd. Gallimard, 2013

Poésie 

  • Le Fouettateur, éd. Vents d'Ailleurs, 2006

Contes 

  • Grand-père Boni et les contes de la savane, éditions Monde global, 2006

Nouvelles 

  • Le capitaine Messanga – ouvrage collectif – Gallimard jeunesse – 2004
  • Anata et Basilou – ouvrage collectif – Gallimard jeunesse - 2005
  • Le match retour – ouvrage collectif – Gallimard jeunesse - 2006
  • La dame étoile in Dernières nouvelles de la Françafrique - Vents d’Ailleurs - 2004
  • La profanation in Dernières nouvelles du colonialisme – Vents d’Ailleurs - 2006
  • Tout sur mon maire : parité, diversité, férocité, essai (broché, dernier livre d'Eugène Ébodé, paru en février 2008 aux éditions Demopolis ((ISBN 9782354570033))

 


 

 

J-JoubertJean Joubert


 

Jean Joubert est né à Chalette-sur-Loing (Loiret) en 1928. Il a fait ses études à Montargis puis à la Sorbonne. Après de longs séjours en Angleterre, en Allemagne et aux Etats Unis, il s'installe à Montpellier. Il a longtemps enseigné la littérature anglo-américaine dans cette ville. Il habite maintenant dans un petit village de la garrigue languedocienne et se consacre à ses activités d'écrivain. Il participe à de nombreuses rencontres avec ses jeunes lecteurs.

Jean Joubert, écrivain et poète, propose aux jeunes lecteurs des romans très originaux qui ont d'ailleurs été traduits dans plusieurs pays. L'écologie, le rêve et la poésie sont omniprésents dans ses textes.

Son quatrième roman L’Homme de Sable (Grasset) a obtenu le prix Renaudot en 1975, Les Poèmes : 1955-1975 (Grasset) Prix de l’Académie Mallarmé en 1978, et Les enfants de Noé le prix de la Fondation de France en 1988 pour le meilleur roman pour la jeunesse.

Les romans sont marqués par l’association de l’autobiographie et de l’imaginaire.

 

Bibliographie non exhaustive

  • Les lignes de la main, éd. Seghers, 1955, Prix Antonin Artaud.
  • Campagnes secrètes, éd. Les cahiers de la Licorne, 1963.
  • Les neiges de juillet, éd. Julliard, 1963.
  • Oniriques, illustrations Gérard Calvet, éd. Léo, 1965.
  • Neuf poèmes immobiles, illustrations Patrice Vermeille, éd. Léo, 1968.
  • Corps désarmé à la merci des arbres, illustrations Bertholle Chambelland, 1969.
  • La forêt blanche, éd. Grasset, 1969 (roman).
  • Opus 7, éd. Atelier graphique, 1971.
  • Prières levées dans les jardins du Zen, éd. Atelier graphique, 1971.
  • Un Bon sauvage, éd. Grasset, 1972, rééd. Presses du Languedoc, 1987 (roman).
  • La souterraine, illustrations Jacques Michel, éd. Club du Poème, 1972.
  • Pour un chemin de clarté, illustrations Bertholle, éd. Saint Germain des Prés, 1972.
  • Saison d’appel, éd. Grasset, 1973.
  • J’ai vu dans l’eau ta bouche mouillée de larmes, illustrations Anne-Marie Soulcié, éd. Saint Germain des Prés, 1973.
  • Wifredo Lam, La Mata et Agori, 1973.
  • Le Chasseur de Sylans, Campagnes secrètes, éd. Saint Germain des Prés, 1974 (poésie).
  • L’homme de sable, éd. Grasset, 1975 (roman), Prix Renaudot 1975, rééd. Actes Sud, 2001.
  • L’été se clôt, illustrations Léon Zack, éd. Saint Germain des Prés, 1974, rééd. La Fenêtre ardente, 1975.
  • Sept poèmes, commune mesure, 1976.
  • Les Avatars de Pilou, illustrations Alain Gauthier, Jéd. Universitaires, 1977 (album jeunesse).
  • Le Voyage à Poudrenville, illustrations Danièle Bour, éd. Universitaires, 1977, rééd. Des Lires, 2003 (album jeunesse).
  • Le Sablier, éd. Castor astral, 1977.
  • La Séranne, illustrations Raphaël Ségura, éd. Le Mas Aubert, 1977.
  • Hibou blanc et souris bleue, illustrations Michel Gay, éd. Ecole des Loisir, 1978, 1981, 1988 (album jeunesse).
  • Les sabots rouges, éd. Grasset, 1979, rééd. de l'Ecluse, 2007 (roman).
  • Le sphinx et autres récits, éd. Le cherche Midi, 1979 (roman).
  • 12 Poètes sans impatience, éd. Luneau Ascot, 1979.
  • Mystère à Papendroch, illustrations Maurice Garnier, éd. Ecole des Loisirs, 1982, 1990 (album jeunesse).
  • Cinquante toiles pour un espace blanc, Récit Poèmes, éd. Grasset, 1982 (poésie).
  • Le lézard grec, éd. Grasset, 1984 (roman).
  • Histoires de la forêt profonde, illustrations Alain Gauthier, éd. L’Ecole des Loisirs, 1984, 1987 (roman jeunesse).
  • Une maison de miroirs, illustrations Staive, éd. Dominique Bedou, 1984 (anthologie).
  • Rivages du sud, illustrations de Daniel Faure, éd. Presses du Languedoc, 1986 (livre photographie).
  • Les poèmes 1955-1975, éd. Grasset, 1986 (poésie). Prix de l’Académie Mallarmé.
  • Les 25 heures du jour, éd. Grasset, 1987 (poésie).
  • Fabliaux et conte moraux du moyen âge, éd. Jean Claude Aubailly, Librairie générale française, 1987.
  • Les enfants de Noé, éd. L’Ecole des Loisirs, 1987, 1988 (roman jeunesse). Prix de la Fondation de France pour le meilleur roman de la jeunesse.
  • L’assistant français et autres nouvelles, éd. Entailles, 1988 (nouvelles).
  • Black iris, éd. Bilingue de Copper Canyon Press, 1988.
  • Ronsard : La poissonnière, Saint Cosme, éd. Pirot, 1990 (document).
  • Mademoiselle Blanche, éd. Grasset, 1990, rééd. Domens, 2008 (roman).
  • Montpellier plurielle et singulière, photographies Alain Gas, éd. Equinoxe, 1990 (guide tourisme).
  • Le Pays hors du Monde, éd. L’Ecole des Loisirs, 1991, 1992 (roman jeunesse).
  • L’arrière saison, éd. L’arbre à Paroles, 1991.
  • Poèmes de la lune et de quelques étoiles, éd. L'Ecole des Loisirs, 1992 (poésie jeunesse).
  • A la frontière, éd. Encres Vives, 1992.
  • La main de feu, éd. Grasset, 1993 (poésie).
  • D’une graine fendue, éd. Amis de Hors jeu, 1993.
  • A la recherche du rat Trompette, éd. L’Ecole des Loisirs, 1994 (roman jeunesse).
  • Bongrochagri, illustrations Hélène Perdereau, éd. Grandir, 1994.
  • Soleil noir des sept douleurs, éd. Les Dits du Pont, 1994.
  • La Pie Magda, belle brigande, illustrations Bernard Jeunet, éd. L’Ecole des Loisirs, 1995 (album jeunesse).
  • Une embellie, éd. Actes Sud, 1996 (roman).
  • Le chien qui savait lire, illustrations Bernard Jeunet, éd. L’Ecole des Loisirs, 1996 (roman jeunesse).
  • Renard et voleur, illustrations Christine Wattecamps, éd. Grandir, 1996 (album jeunesse).
  • L’amitié des bêtes, éd. L’Ecole des Loisirs, 1997 (poésie jeunesse).
  • Anthologie personnelle, éd. Actes Sud, 1997 (poésie).
  • L’été Américain, éd. L’Ecole des Loisirs, 1998 (roman jeunesse).
  • La Maison de poète, illustrations Christine Wattecamps, éd. Pluie d’Etoiles, 1999 (poésie jeunesse).
  • Fait divers, illustrations Christine Wattecamps, éd. Grandir, 1999 (roman jeunesse).
  • Mademoiselle nuit, éd. L’Ecole des Loisirs, 2000 (nouvelles jeunesse).
  • Blouson bleu, illustrations Sabine Nourrit, éd. Autres Temps, 2000 (roman jeunesse).
  • 20 Poètes pour le temps présent, éd. Gallimard jeunesse, 2000 (collectif).
  • Un peu avant la nuit, éd. Actes Sud, 2001 (roman).
  • Arche de la parole, éd. Cherche Midi, 2001 (poésie).
  • Le roi Jean et son chien, illustrations Elsa Huet, éd. Grandir, 2001 (album jeunesse).
  • Dans le jardin d’Eros, illustrations Pierre Cayol, éd. A. Benoît, 2001.
  • Figuier, illustrations Elbio Mazet, éd. Grandir, 2002 (album jeunesse).
  • Baleine, illustrations Raphaël Segura, éd. Grandir, 2002 (album jeunesse).
  • La jeune femme à la rose, éd. L’Ecole des Loisirs, 2002 (roman jeunesse).
  • Visages miroirs, illustrations Pierre Laroche, éd. l’Envol, 2003 (poésie).
  • Pluie de plumes, Haïkus, illustrations Alain Lacouchie, éd. Friches Poésie Verte, 2003 (poésie).
  • Noces de sable, illustrations Michel Fabre, éd. Atelier Encre et lumière, 2003 (livre d'artiste).
  • Adrien Dragon, illustrations Elsa Huet, éd. Grandir, 2003 (album jeunesse).
  • Le voyage en Afrique, illustrations Valérie Clair, éd. Autre Temps, 2003 (roman jeunesse).
  • Alphabet des ombres, éd. La Porte, 2003.
  • La racine et autre nouvelles, coauteur Françoise Escholier, éd. Domens, 2003.
  • Petite Musique du jour, illustrations Elsa Huet, éd. Pluie d’Etoiles, 2004 (poésie jeunesse).
  • Clair dans le miroir et autres nouvelles, éd. Mélis, 2004 (nouvelles).
  • Jean, il y a des souris dans la cuisine!, illustrations Elsa Huet, éd. L'Ecole des Loisirs, 2005 (roman jeunesse).
  • Chemin de neige, illustrations Elsa Huet, éd. du Rocher jeunesse, 2006 (poésie jeunesse).
  • Mini-contes pour enfants pointus, illustrations Christian Pieroni, éd. Pluie d'étoiles, 2007 (roman jeunesse).
  • Etat d'urgence : poèmes : 1996-2008, éd. Editinter, 2008 (poésie).
  • Arbre, mon ami : récit-poème, illustrations Elsa Huet, éd. Grandir, 2009 (poésie jeunesse).
  • Numéro spécial Jean Joubert, articles, textes, iconographie, biographie in revue Souffles, n°229, 2010 (revue).

 


 

J. Sacré-ph. M. DurigneuxJames Sacré

 

« James Sacré passe son enfance dans la ferme de ses parents en Vendée. Il est d'abord instituteur puis instituteur itinérant agricole, il part, en 1965, vivre aux États-Unis où il poursuit des études de lettres. Il y enseigne à l'université de Smith College dans le Massachusetts. Il fait également de nombreux séjours en France et ailleurs en Europe : l’Italie, la Tunisie, le Maroc.

En 2001, il rentre en France et réside depuis à Montpellier. James Sacré commence à écrire dans les années 1970, en plein littéralisme.

Son premier livre s'intitule néanmoins Cœur élégie rouge. Les sentiments ne seront donc pas absents de cette écriture. L’auteur a par ailleurs consacré sa thèse de doctorat au Sang dans la poésie maniériste. C’est donc d’emblée une poésie charnelle qui s’écrit, associant étroitement le cœur qui aime et celui qui bat, le cœur qui saigne et celui qui nous fait vivre de sa régulière pulsation. James Sacré est très attaché au paysage, et à la géographie. De nombreux textes sont consacrés au terroir de l’enfance. Les motifs centraux en sont la maison, la ferme, le jardin et le village. La mémoire joue un rôle important : tout un travail de remémoration est à l’œuvre afin de rendre le passé aussi vivant que le présent et de les fondre l’un dans l’autre. La poésie de James Sacré n'est pas pour autant égocentrée, elle s’ouvre à l’autre, l’appelle et l’accueille. Les voyages sont l'occasion de repenser l'identité, l'altérité et la relation amicale ou amoureuse. La passion de l'auteur pour le Maghreb, donnant lieu à de nombreux voyages, donne aussi naissance à de nombreux livres. La poésie est alors animée par un désir d'ouverture et de chaleur, de coprésence heureuse avec l'autre. Elle cherche une manière heureuse d'être ensemble, qui laisse s'écouler le temps avec douceur. L'un de ses poèmes favoris est celui où il parle d'un mariage au Maghreb dans "Viens, dit quelqu'un". » (source Wikipédia)

 

Bibliographie (jusqu'en 2012)

  • Le paysage est sans légende, Editions Al Manar / Alain Gorius, avec des dessins de Guy Calamusa, 2012
  • America solitudes, André Dimanche, 2011
  • Tissus mis par terre et dans le vent, Le Castor Astral, 2010
  • Le désir échappe à mon poème, Al Manar, Collection Méditerranées, 2009
  • Paroles du corps à travers ton pays, poème de quatre pages accompagné de deux gravures sur bois de Jacky Essirard, éd. Atelier de Villemorge, 2009
  • Portrait du père en travers du temps, lithographies couleur de Djamel Meskache, éditions La Dragonne, 2009
  • Bernard Pagès : élancées de fêtes, mais tenant au socle du monde, Éditions La Pionnière/Pérégrines, 2009
  • Le poème n’y a vu que des mots, L'Idée Bleue, 2007
  • Un paradis de poussières, André Dimanche, 2007
  • Âneries pour mal braire, éd.Tarabuste, 2006
  • Broussailles de prose et de vers(où se trouve pris le mot paysage), éd. Obsidiane, 2006
  • Trois anciens poèmes mis ensemble pour lui redire je t’aime, Cadex, 2006
  • Sans doute qu'un titre est dans le poème, Wigwam éditions, 2004
  • Les mots longtemps, qu’est-ce que le poème attend ?, Tarabuste, 2004
  • Mouvementé de mots et de couleurs, photographies de Lorand Gaspar, éd. Le temps qu’il fait, 2003
  • Monsieur l’évêque avec ou sans mitre, illustrations de Edwin Apps, éditions Le dé bleu, 2002
  • Une petite fille silencieuse, André Dimanche, 2001
  • Écrire à côté, Éditions Tarabuste, 2000
  • L’Amérique un peu, Trait-d’union, 2000
  • Si peu de terre, tout, éditions Le Dé bleu, 2000
  • Labrego coma (cinco veces), photographies d’Emilio Arauxo, Noitarenga, 1999
  • Relation, essai de deuxième ancrit (1962-63 ; 1996), Océanes, 1999
  • Anacoluptères, illustrations de Pierre-Yves Gervais, Tarabuste, 1998
  • La peinture du poème s’en va, Tarabuste, 1998
  • La nuit vient dans les Yeux, dessins de Jillali Echarradi, Tarabuste, 1997
  • Essais de courts poèmes, dessins de François Mezzapelle, Cahiers de l’Atelier, 1996
  • Viens, dit quelqu'un, André Dimanche, 1996
  • Ma guenille, Obsidiane, 1995
  • Le renard est un mot qui ruse, Tarabuste, 1994
  • Des animaux plus ou moins familiers?, André Dimanche, 1993
  • La poésie, comment dire?, André Dimanche, 1993
  • Écritures courtes, éditions Le Dé bleu, 1992
  • On regarde un âne, Tarabuste, 1992
  • Comme en disant c'est rien, c'est rien, Tarabuste, 1991
  • Je ne prévois jamais ce que je fais quand je dessine, dessins de Jillali Echarradi, Les petits classiques du grand pirate, 1990
  • Le taureau, la rose, un poème, dessins de Denise Guilbert, Cadex, 1990
  • Un oiseau dessiné, sans titre. Et des mots, Tarabuste, 1988
  • Une fin d'après-midi à Marrakech, André Dimanche, 1988 - (prix Guillaume-Apollinaire 1988)
  • La solitude au restaurant, Tarabuste, 1987
  • La petite herbe des mots, Le dé bleu, 1986
  • Bocaux, bonbonnes, carafes et bouteilles (comme), photographies de Bernard Abadie, Le Castor astral et Le Noroît, 1986
  • Écrire pour t’aimer, André Dimanche, 1984
  • Ancrits, Thierry Bouchard, 1983
  • Rougigogne, Obsidiane, 1983
  • Des pronoms mal transparents, Le dé bleu, 1982
  • Quelque chose de mal raconté, André Dimanche, 1981
  • L'amour mine de rien, Encre/Recherches, 1980
  • Figures qui bougent un peu, Gallimard, 1978
  • Un brabant double avec des voiles, Nane Stern, 1977
  • Paysage au fusil (cœur) une fontaine, Gallimard, Cahier de poésie 2 (collectif), 1976
  • Comme un poème encore, Atelier de l'agneau, 1975
  • Cœur élégie rouge, Seuil, 1972
  • La transparence du pronom elle, Chambelland, 1970
  • La femme et le violoncelle, J.C. Valin éditeur, 1966



 

 

Claro byMelaniaAvanzato

 

 

 

 

Claro

 

 

Né en 1962, Claro est l’auteur d’une quinzaine de fictions – dont 

  • Livre XIX (Verticales, 1997), 
  • Madman Bovary (Babel n° 1048), 
  • CosmoZ (Actes Sud, 2010), 
  • Plonger les mains dans l’acide (Inculte, 2011), 
  • Tous les diamants du ciel (Actes Sud, 2012),

ainsi que d’un recueil d’essais, 

  • Le Clavier cannibale (Inculte, 2010).

Également traducteur de l’américain (une centaine d’ouvrages traduits : Vollmann, Gass, Gaddis, Rushdie…), Claro codirige la collection “Lot 49” au Cherche-Midi avec Arnaud Hofmarcher et est membre du collectif Inculte.

Il tient un blog littéraire : “Le Clavier cannibale” link

Claro vit à Paris avec sa femme, la cinéaste Marion Laine, et leurs quatre enfants.

 

"Tous les diamants du ciel" - Actes Sud

"Propulsé dans le siècle du LSD et de la guerre froide après avoir mangé un morceau de “pain maudit” pendant l’été 1951 à Pont-Saint-Esprit, Antoine va découvrir un monde où l’improbable est réel et le réel improbable, et entamer un chaotique chemin de croix, qui le mènera des mirages du désert algérien aux sex-shops du Paris de l’après 1968.Enfant adoptif mal aimé, devenu mitron à Pont-Saint-Esprit, dans le Gard, le jeune Antoine, oscillant entre mysticisme fruste et tourments de la chair, est le premier à ressentir les effets spectaculaires du “pain maudit” issu de la fournée du 16 août 1951. Bientôt, toute la ville sombre dans la démence... On interne précipitamment les victimes les plus atteintes, dont Antoine. Le spectre du “mal des ardents” resurgit…

Au même moment aux Etats-Unis, la CIA s’intéresse elle aussi aux hallucinations provoquées par un alcaloïde de l’ergot de seigle, l’ergotamine, présent dans une nouvelle drogue : le LSD. Censée fournir à l’Agence une arme de guerre d’un genre nouveau, cette substance doit être au préalable testée sur des cobayes humains. Un programme ultra-secret est lancé, auquel participent des prostituées chargées de rabattre des quidams et de les “doser” à leur insu. Parmi elles, Lucy, une adolescente qui a fui le domicile familial pour aller tenter sa chance à New York et prête à présent son concours à l’expérience sous la houlette d’un inquiétant agent, Wenceslas Kroy. Mais on décide bientôt en haut lieu que Lucy en sait trop sur certaines opérations de la CIA. Contrainte de fuir, elle s’installe quelques temps en Californie, mais à la fin des années 60, de nouveau menacée, elle quitte définitivement l’Amérique pour l’Europe. En 1969, elle ouvre à Paris un sex-shop baptisée Les Sept Délices.

À la même époque, après plusieurs années d’errance, Antoine débarque dans la capitale et le hasard le conduit dans l’antre des Sept Délices. Il tombe sous le charme de Lucy tout en se mettant également à éprouver une inexplicable attirance pour les poupées gonflables dont celle-ci fait commerce. Entre Antoine et Lucy s’établit alors une relation platonique, sous-tendue par le secret dont ils sont contraints d’entourer leurs passés respectifs...

Avec ce roman de la transfiguration perpétuelle où Giono aurait rencontré Artaud sur fond de sexe, drogue et rock’n’roll, Claro ausculte dans une langue vertigineuse de talent, d’invention, de poésie et de rigueur, les distorsions du psychisme et les manipulations politiques de l’esprit humain tout en créant, avec le personnage d’Antoine, un impressionnant avatar des grandes figures de “fous” qui hantent la littérature."

 

 

PAGPierre-Autin Grenier

 

Auteur de proses poétiques, récits et nouvelles, Pierre Autin-Grenier est devenu, au fil d’une œuvre à plusieurs facettes, un adepte reconnu de la forme brève – de quelques lignes à quelques pages - au rythme et à l’écriture travaillés.

De ses premiers textes, Jours anciens, Chroniques des faits, Légende de Zahkor, Histoires secrètes, Les radis bleus aux recueils de nouvelles et récits publiés chez Gallimard(Je ne suis pas un héros, Toute une vie bien ratée, L’éternité est inutile…), il s’est construit de livre en livre une voix bien à lui où la révolte reste intacte.

Même si on rit franchement à la lecture des livres de Pierre Autin-Grenier, la rage de vivre dans un monde où la fraternité n’a plus beaucoup de sens pointe souvent derrière l’autodérision, la joyeuse gouaille et les phrases cinglantes avec lesquelles il aborde le quotidien le plus banal.

 

Bibliographie :

Aux Éditions Gallimard

  • "UNE HISTOIRE"
    • I. « Je ne suis pas un héros », récits, éd. L’Arpenteur, 1993 ; Folio, n°3798, 2003.
    • II. « Toute une vie bien ratée », récits, éd. L’Arpenteur, 1997 ; Folio, n° 3195, 1999.
    • III. « L'éternité est inutile », récits, éd. L’Arpenteur, 2002.

Prix du Livre du Département du Rhône 2002 ; Prix Alexandre-Vialatte 2003.

  • « Les radis bleus », journal, Folio n° 4163, 2005.
  • « Friterie-Bar Brunetti » éd. L’Arpenteur, 2005.
  • « L'ange au gilet rouge », nouvelles, éd. L’Arpenteur, 2007.

 

Chez d’autres éditeurs

  • « Jours anciens » 1980, rééditions augmentées 1986 et 2003. L’Arbre/Christine Le Mauve (02370 Aizy-Jouy).
  • « Histoires secrètes », 1982 (épuisé), L.-O. Four, réédition, La Dragonne, 2000.
  • « L'ange au gilet rouge », nouvelles, 1990 (épuisé), Syros.
  • « Les radis bleus », journal, 1991 (épuisé), Le Dé bleu/Louis Dubost.
  • « Chroniques des faits », 1992, L’Arbre/Christine Le Mauve (02370 Aizy-Jouy).
  • « Impressions de Lozère : La Margeride », 1992, Les Presses du Languedoc (ouvrage collectif).
  • « Légende de Zahkor », 1996 (épuisé), L’Arbre à paroles (Bruxelles), réédition Éditions en Forêt/Verlag Im Wald (D—93495 Rimbach), 2002, édition trilingue (français, italien, allemand) sous une couverture de Ibrahim Shahda.
  • « 13, quai de la Pécheresse, 69000 Lyon », 1999, Éditions du Ricochet (roman collectif).
  • « Là-haut », nouvelle, 2005, Éditions du Chemin de fer, accompagnée de 14 peintures de Ronan Barrot.
  • « Un cri », nouvelle, 2006, Cadex Éditions. Préface de Dominique Fabre, illustrations de Laurent Dierick. Prix Léo Ferré-Ville de Grigny 2007.
  • « C'est tous les jours comme ça », les dernières notes d’Anthelme Bonnard, récit, 2010, Éditions Finitude. Prix Loin du marketing 2010, Grand Prix de l’Humour Noir 2011.
  • « Elodie Cordou, la disparition », nouvelle, 2010, Éditions du Chemin de fer, accompagnée par les peintures de Ronan Barrot.
  • « Quand j'étais écrivain », fantaisie, 2011, Éditions Finitude, en collaboration avec Christian Garcin.

 

 

 

Ahmed KalouazAhmed Kalouaz

 

 Né en 1952 en Algérie, Ahmed Kalouaz vit dans le Gard. Il a publié de nombreux ouvrages pour adultes dans des genres diverses (poésie, nouvelles, roman, théâtre) mais également des textes pour la jeunesse.

 

« J’écris parce qu’il ne me reste que cela à faire, en plus de diverses activités domestiques, dont certaines ont de l’importance. Cette vie avance, et un jour on se dit que l’on écrit. Et puis par hasard, cela intéresse deux ou trois personnes, un cercle d’initiés, ça donne du plaisir ou de l’émotion. On voudrait se contenter de cela, mais on vient vous tirer de votre paresse en vous demandant d’autres lignes, un nouveau titre. Sûr que ça vous étonne encore, quand on ne veut pas se mélanger à ceux qui font métier d’écrire. On écrit, mais il est aussi important de respirer, de courir ou d’aimer. Il paraît que de tant marcher et tant aimer naissent les livres. Ils naissent alors, mais on avait oublié que le plus important pour un livre, c’est de vivre. »

Ahmed Kalouaz

Nouvelles

  • Paroles buissonnières, Le Bruit des Autres, 2012
  • La part de l’ange, Le Bruit des Autres, 2009
  • Le retour à Volonne, Le Bruit des Autres, 2007
  • Fugue Bretonne, Le Bruit des Autres, 2007
  • Ce que la vie fera de nous, La Passe du Vent, 2006
  • Je me souviens du paradis, Le Bruit des Autres, 2004

Romans

  • A l’ombre du jasmin, Le Rouergue, (oct 2012)
  • Une étoile aux cheveux noirs, Editions du Rouergue, 2011
  • Avec tes mains, Éditions du Rouergue, 2009
  • Reste dans mon épaule, Le Bruit des Autres, 2003
  • Absentes, Éditions du Rouergue, 1999

Récits

  • Saurais-je me souvenir de tout ? , Créaphis, 2009
  • Geronimo, dans ma poitrine un nuage s’endort, Le Bruit des Autres, 2005

Jeunesse

  • Mon cœur dans les rapides, Le Rouergue, (oct. 2012)
  • Brûler de l'intérieur, Thierry Magnier, (sept 2012)
  • Les chiens de la presqu’île, Le Rouergue, 2012
  • Je préfère qu’ils me croient mort, Le Rouergue, 2011
  • La première fois, on pardonne, Le Rouergue, 2010
  • Jusqu’à la grotte de la Luire, Oskar éditions 2010
  • Au galop sur les vagues, Le Rouergue,   2010
  • Ibrahim. Clandestin de 15 ans, Oskar éditions, 2009
  • Un maquisard dans la cité, Seuil jeunesse, 2009
  • Sortie de route, Éditions d’un monde à l’Autre, 2009
  • Si j’avais des ailes, Actes Sud junior, 2008

Théâtre   (extraits)

  • Tu connais New York, Lansman, 2003
  • Le vol du papillon, Le Bruit des Autres, 2000

 

 

Jack ChaboudJack Chaboud


Jack Chaboud, est un écrivain français né à Lyon le 8 août 1943. Il a suivi ses études secondaires au lycée du Parc à Lyon. Il est diplômé de l’Institut d'études politiques de Grenoble (1966) et licencié ès lettres.

Après avoir travaillé dans l’industrie pétrolière, il a été journaliste, rédacteur et enseignant en communication. Directeur de collections de romans pour la jeunesse chez Magnard et actuellement chez Plon, il écrit en littérature générale et pour la jeunesse, aussi bien que des romans policiers ou des ouvrages sur la Franc-Maçonnerie. Cofondateur de Afrane (Amitiés franco-afghanes), il a été membre des CA de La Charte des Auteurs et illustrateurs pour la jeunesse, de l’ARALD (Agence Rhône-Alpes pour le livre), et du festival Quais du polar. Il est membre du comité de soutien de Lire et Faire Lire. Rédacteur en chef des Nouvelles de La charte des Auteurs et illustrateurs de jeunesse, de 1996 à 2004. Membre du comité de rédaction de Humanisme, revue publique du Grand Orient de France de 2000 à 2004.

Bibliographie

  • Sourire et le bouffon, Ipomée, 1984
  • Quai des bulles, avec Dominique Dupuis. La vie du rail, 1985
  • Illia, Futuropolis, 1988
  • Du balai les sorcières, Nathan, 1991
  • Paroles de francs-maçons, collection "Carnets de Sagesse". Albin Michel,1996
  • Les Francs-maçons,collection "Les Essentiels". Milan, 1996
  • L'Énigme de la forêt d'orient, Magnard, 1997
  • La Diva dans l'abîme, Le Rocher, 1997
  • Les francs-maçons, ces bâtisseurs du temple intérieur, Aubéron, 1997
  • L'Ombre de Guignol, Traboules, 1998
  • Le Chat qui sourit jaune, Epigones, 1999
  • Le Petit Livre de la paresse, Le Rocher, 2000
  • La Sécurité en entreprise, avec Jean-Pierre Mouton, Dunod, 2000
  • Mystères à Morteau, avec Alain Surget, Grasset jeunesse, 2002
  • La Diva dans l'énigme, Le Rocher, 2003
  • Le Tronc de la veuve, Le Passage, 2003
  • Sous les sables d'Afghanistan,Le Jasmin, 2004
  • La Franc-maçonnerie, histoire, mythes et réalité, Librio, 2004
  • Découverte de la franc-maçonnerie, collection "Petite bibliothèque des spiritualités". Plon, 2006
  • La Malédiction de Toutânchaton, Lito, 2006
  • Les Maléfices de Maléfa, Magnard, 2006
  • Vladimir Poltron, vampire de 3{e} classe, Ipomée 1985. Grasset jeunesse, 2007
  • Fabien, le maître des nuages, Le Rocher/Lo Païs, 2007
  • Qui est Léopard Nicolos, Balivernes Éditions, 2007
  • Le Mystère Léopard Nicolos,Balivernes Éditions, 2008
  • L'étrange visiteur du 8 décembre,Oskar, 2008
  • Tout comprendre sur la Franc-Maçonnerie, Hachette/Le Chêne, 2008
  • La Terre des petits rieurs, CPE, 2008
  • Nicolos contre les hommes-léopards, Balivernes Éditions, 2009
  • Petite brocante intime, nouvelles, collectif, avec Philippe et Martine Delerm, Michel Piquemal, Lisette Morival, Christian Robin, Didier et Anne Convard, Le Pré aux Clercs,1999.Pocket. 2000. Flammarion, 2006
  • Petite géographie intime, nouvelles, collectif, avec Philippe et Martine Delerm, Lisette Morival, Christian Robin, Marie-Stéphane Chaboud, Didier et Anne Convard, Le Pré aux Clercs. 2001.Pocket 2002. D'un Noir Si Bleu. 2011
  • "L'homme à tête d'horloge", Balivernes Editions. 2010
  • "Les petites Wimps", Oskar. 2010
  • "La Franc-Maçonnerie, au delà du secret", Editions Chronique. 2010
  • "Sœurs lumineuses", Terre de Brume. 2011
  • "Les francs-maçons", collection "Les archives de l'Histoire". Milan. 2012
  • "La crypte rouge", BD, avec Jacques Armand. Editions Une Idée Bizarre. 2012.

Notes et références

  • "Le manuscrit du templier inconnu", récit paru dans "Mystères et diableries en Champagne-Ardenne". Le Coq à l'Ane. 1999.
  • "Le manuscrit trouvé à Reims", récit paru dans "Mystères, diableries et merveilles en Champagne-Ardenne". Le Coq à l'Ane. 2003.
  • "Inoa", texte paru dans "Un amour d'enfance". Bayard. 2006.
  • Nouvelles parues dans : Le Gué, Brèves, L'ingénu, XX°siècle.

Collaboration à : Le Dauphiné libéré, La Vie du Rail, L’Usine nouvelle, Humanisme et Entreprise, Humanisme, La Chaîne d'Union, Histoire et Patrimoine, Le Monde des religions, Golias. Télérama.

 

 

André Gache

 

André GACHE est né à Saint-Sauveur-en-rue (Loire), dans un lieu où on parlait patois et où on allait à l’école en sabots.

Comme toutes les pommes de terre, il a poussé en ingurgitant pas mal d’engrais (le Français sans faute, bien d’autres choses indispensables bien sûr…) et il a perdu ses feuilles.

C’est pour ça qu’il a écrit un certain nombre de choses à tubercules, et pires encore. Une écriture de pomme de terre.

Quelques titres parmi la vingtaine de plantes publiées :

  • Rêves tus, éditions J.P. Huguet ;
  • Et on les butera dans les chiottes, www.com, Les Solicendristes ; 
  • Bimbo l’existentiel, Plaine Page ; 
  • Bonome, chant de l’épouvantail, Le mot et le reste ; 
  • Les unités ne s’additionnent pas, éd de L’Attente ; 
  • Karaokétêtés par les pieds, éd Voix ; 
  • Cosmencements, éd. Suc&Absynthe ; 
  • Palmer/Murakami, éditions Hapax ; 
  • Futur a/intérieur, éditions Hapax ; 
  • à paraître Emme wobo, nous sommes ensemble, « poème » fondateur de quelques groupes Dogon du Mali.

Une dernière tubercule a poussé : http://okibou.blogspot.fr/, blog jubilatoire où AG donne à lire ses avancées récentes et quelques manuscrits complets, , mais aussi invite des auteurs et artistes dont il aime le travail. Il a le projet d’y inclure une anthologie poétique d’auteurs actuels.

Un auteur dit de lui : AG fabrique de tels dimanches. Il découpe, brouille et colle la terre des signes? Affleure la profondeur? Dieu sait quelles histoires enfouies... Langue de terre qui n’a pas peur de se risquer à la boue, à l’informe. Langue dans laquelle les enfants se salissent à jouer.

Flaque, floc-floc, écriture, cri, brame du cerf, incertitude.

AG vit en Ardèche, écrit souvent, lit beaucoup, boit du vin et aime la cuisine épicée.

En somme, il a repris ses feuilles, ça va maintenant. Qui lui reprochera d’éviter les doryphores en vivant là où il vit ?

C’est donc en pleine santé qu’il proposera une lecture performée de quelques-unes de ses œuvres récentes à la librairie Le Chant de la Terre, 16 rue Frédéric Joliot-Curie, 30130, Pont Saint Esprit, le Vendredi 14 Septembre à 20h30.

Voir les commentaires