Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

En mai à la librairie

Publié le par Les amis du Chant de la terre

LE PROGRAMME EN BREF :

- Exposition Silvia Cabezas Pizarro - vernissage vendredi 8 mai

- Vendredi 15 mai : "Les heures longues" lectures théâtralisées par l'Atelier-Théâtre de Bollène

- Mercredi 20 mai : la littérature engagée avec ATTAC Gard Rhodanien 

- Mardi 26 mai : 5e Café-philo avec Benjamin Orcajada

- Vendredi 29 mai : spectacle "Apollinaire 14-18" par le groupe Ça ira à Vénéjan

La photo de cette affiche est issue d'une exposition à la galerie Martagon, où Silvia Cabezas Pizarro avait prolongé le tableau sur les murs de la galerie…

La photo de cette affiche est issue d'une exposition à la galerie Martagon, où Silvia Cabezas Pizarro avait prolongé le tableau sur les murs de la galerie…

Exposition du 6 au 31 mai : Silvia Cabezas Pizarro

Vernissage vendredi 8 mai à 18h

Entrée libre

"Lorsque je regarde l’œuvre de Silvia Cabezas Pizarro je vois en elle l’influence de la littérature. J’y trouve l’univers de Lewis Carroll et de son Alice aux Pays des Merveilles dans son jeu de cache-cache et dans ce monde où les couleurs éclatent et vous envahissent, dépassant la peinture ou le dessin. J’y trouve également la trace de Kafka et d’Ovide dans ses métamorphoses, de la mythologie classique, comme l’image de Pénélope tissant le jour pour défaire la nuit. Cet univers littéraire nous a nourries depuis toujours. Étant donné que mes connaissances en art sont limitées je ne peux que me reporter à cet autre monde que je connais mieux, le monde de la littérature.

D’autre part, peut-être par les mêmes raisons, devant ces œuvres, que ce soit des peintures, des dessins, des performances, je me laisse porter par ce que les anglais appellent le « feeling ». C’est pour cela que je suis attirée par ces fils qui se dégagent des corps tels des racines qui créent des liens entre les personnes et les lieux, ces fils à peine visibles et pourtant très présents. De même, je suis attirée par ces transformations, ces personnages parfois duels, qui tentent de faire que l’impossible devienne possible, poussant des nuages ou des ballons comme des chimères ; je suis attirée par cette explosion de couleurs, ces mélanges, cette vie qui se dégage de ses dessins, de ses peintures ; par cette douleur, enfin, que l’on sent dans ses robes (celle aux oreilles, celle aux épingles) et la curiosité qui nous envoûte et nous fait oser y toucher pour sentir la caresse du velours douce et inattendue ou la piqûre âpre et douloureuse des épingles, en dépendant du sens dans lequel on la caresse. Je suis touchée également par le plaisir éphémère de la Marelle, de ces bougies que l’on met longtemps à allumer, puis qui s’éteignent petit à petit, capturant ce moment unique qui ne reviendra jamais comme les instants de notre propre vie, ou par cet « air-bag » qui nous protège du coup certain et imminent, comme des mains nous retenant, évitant à la toute dernière minute la tragédie qui semblait inévitable.

Je ne pourrais pas en choisir une seule de ses œuvres, car chacune d’entre elles me paraît unique. Mon intuition me dit que c’est de l’Art, que c’est de la Vie."

Mamen C. Pizarro

Son parcours

1987 - 88    Études sur fusain et autres techniques. Académie Pena. Madrid.
1989 - 94    Maîtrise de Beaux-arts. Spécialité en Peinture. Université Complutense de Madrid
1994 - 95    Une année avec une bourse Erasmus à l’École d’Art  d’Avignon.
1995 - 97   Première et deuxième année de Doctorat. Spécialité en Peinture. Université Complutense. Madrid.
1996 - 97   Certificat d’ Aptitude Pédagogique. Institut des Sciences de l’Université Complutense. Madrid
2000 – 01   Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique. École d’Art Avignon.

La photo de cette affiche est issue d'une exposition à la galerie Martagon, où Silvia Cabezas Pizarro avait prolongé le tableau sur les murs de la galerie…

La photo de cette affiche est issue d'une exposition à la galerie Martagon, où Silvia Cabezas Pizarro avait prolongé le tableau sur les murs de la galerie…

En mai à la librairie

Vendredi 15 mai à 20h30 

 

"Les heures longues, les femmes pendant la guerre de 14-18"

avec Claudine Kimmerlé et Jo Méjean de l'Atelier-Théâtre de Bollène

A la librairie - Entrée au chapeau.

"Mères, épouses, sœurs, filles, elles aussi ont vécu et subi la "Grande Guerre ". Comment ont-elles traversé cette épreuve en l'absence de leurs hommes, dans l'angoisse, avec le souci du quotidien et un courage admirable, il fallait bien, dans la folie du monde.

Notre lecture d'extraits de divers romans, de témoignages, de chansons d'époque, tente de rendre compte de ces " Heures Longues ", si longues de notre histoire."

En mai à la librairie

Mercredi 20 mai à 20H

 

La littérature engagée avec ATTAC Gard Rhodanien

Débat autour de "Place de la République, pour  une spiritualité laïque" d'ABD AL MALIK (éd. Indigènes)

A la librairie - gratuit

« C’est à nous, les éditeurs d’Indignez-vous !, qu’Abd al Malik a confié sa supplique à la République et nous la publions fièrement avec en tête les mots de Stéphane Hessel appelant, à la veille de sa disparition, à ce que « la démocratie se fasse spirituelle ». » 

Sylvie Crossman et Jean-Pierre Barou

Avertissement
« Ma démarche est apolitique, au sens de partisane ou de politique politicienne. Je ne recherche pas le pouvoir et ne briguerai jamais aucun mandat. Voici simplement ma parole, celle d’un citoyen concerné, comme des millions d’autres, par le présent et l’avenir de son pays. Celle d’un artiste qui ne vit pas en périphérie, mais en plein milieu d’une douleur que seule la fraternité véritable pourra guérir. » – Abd al Malik

 

L’auteur : Abd al Malik naît le 14 mars 1975 à Paris et grandit dans la cité du Neuhof à Strasbourg. Rappeur, slameur, il est aussi réalisateur et auteur de plusieurs livres dont Qu’Allah bénisse la France (2004) ; La guerre des banlieues n’aura pas lieu (2009) ; Le Dernier Français (2012) et L’Islam au secours de la République (2013).

"Place de la République pour une spiritualité laïque" par Abd al Malik, février 2015, Editions Indigènes - 3,90€

 

En mai à la librairie
En mai à la librairie

Vendredi 29 mai à 20h30 : Spectacle du Groupe Ça ira

"Apollinaire - Ah Dieu ! que la guerre est jolie !" 1914-1918

Musique Antonio Bastaroli - textes de Guillaume Apollinaire

Domaine Belle Feuille à Vénéjan - entrée au chapeau

Guillaume Apollinaire "Wilheim Albert Wlodzimierz Aleksender Apolinary" est né le 25 avril 1880 à Rome. Apatride, l'obsession de Guillaume Apollinaire était d'être reconnu comme Français à part entière. Cet enfant de l'amour, au nom polonais, se demande au hasard des déclarations de sa mère russe, s'il est Italien Russe ou Polonais.

« Je dois tout à la France, c'est bien le moins que je me batte pour elle ! »

Il s'engage volontaire et reçoit le 5 décembre 1914 avec enthousiasme son billet d'affectation pour le 38ème Régiment d'Artillerie de Nîmes. Deux jours plus tard Louise de Coligny (Lou) qui l'avait éconduit, bouleversée par son enrôlement le rejoint à Nîmes et devient sa maîtresse. Le 15 décembre, elle délaisse son amant au sourire lunaire et repart. Lou est au centre de son séjour nîmois. Les 119 jours passés à Nîmes constituent un tournant symbolique dans l'oeuvre de Guillaume Apollinaire. Dès lors, l'amour et la guerre se confondent dans une même poésie exaltée et inspirée du poète « mal aimé ». Ils répondent chez lui à un même fantasme :

Si je mourrai là-bas sur le front de l'armée / Tu pleurerais un jour ô Lou ma bien-aimée

Blessé à la tête le 17 mars 1916, il meurt à Paris deux jours avant l'Armistice.

Dans les Calligrammes - qui restent encore à analyser - combien de poèmes originaux, lyriques à découvrir et redécouvrir avec un éclairage différent. Alcools révèlera d'autres essences subtiles, d'autres images. L'intimité d'un amour mis à nu, déchiré, aux rythmes de la grenaille et des obus confondus éclatera dans les poèmes à Lou.

Vienne la nuit sonne l'heure / Les jours s'en vont je demeure. 

Le Groupe Ça ira

Création 2014 - Musique : Antonio Bastaroli - Poèmes de Guillaume APOLLINAIRE - Décors Groupe ça ira - Pour ce spectacle, le groupe « ça ira » est composé du guitariste-compositeur-chanteur, Antonio, de quatre diseuses chanteuses, Evelyne, Laurette, Marie et Michèle, d'un chanteur, Jean Vincent et de Jean-Jacques, technicien pour les lumières. 

Le Domaine Belle-Feuille

Le Domaine de Belle-Feuille se trouve quartier Prignan à Vénéjan. 

Pour y aller :http://www.vigneron-gard.fr/plan

Calligramme de Guillaume Apollinaire

Calligramme de Guillaume Apollinaire

Voir les commentaires

"En Mai fais ce qu'il te plaît" demandez le programme !

Publié le par Les amis du Chant de la terre

"En Mai fais ce qu'il te plaît" demandez le programme !

C'est plus de 68 rendez-vous qui vous sont proposés sur le programme publié par l'Agglomération du Gard Rhodanien, des RDV sportifs, culturels ou gourmands, afin de découvrir notre territoire de différentes façons, durant tout le mois de Mai…

A télécharger ci-dessous, voir pages 6 - 13 et 24 pour nos RDV.

Programme complet à télécharger

Voir les commentaires

4e Café philo mardi 21 avril

Publié le par Les amis du Chant de la terre

4e Café philo mardi 21 avril

Voir les commentaires

SAMEDI 25 AVRIL FETE DE LA SAN JORDI

Publié le par Les amis du Chant de la terre

TROIS RENDEZ-VOUS A LA LIBRAIRIE !!

 

A 15 H, rencontre/lecture avec Frédéric Jacques Temple

A 17H, rencontre/lecture avec Jean Joubert

A 20H30, soirée Brassens avec Daniel Vachée accompagné de Philippe Ferré 

 

Frédéric Jacques Temple a reçu en 2013 le prix Apollinaire, considéré comme le prix Goncourt de la poésie.

« La mort, seule immortelle,
je sais qu’un jour elle m’emportera.

Je m’insurge,
maudis le fatal rendez-vous,
insulte l’ignoble bête noire,
mais ne perds de la vie
la moindre goutte de son miel. »

extrait de "Phares, balises & feux brefs" suivi de "Périples" - éd. Bruno Doucey

Sa biographie :
Frédéric-Jacques Temple est né à Montpellier et vit maintenant à Aujargues (Gard). Il a passé son enfance entre les Grands Causses et les lagunes littorales. En 1942, il rencontre à Alger Edmond Charlot, l’éditeur de Camus, qui publie son premier recueil. En 1943, il participe aux derniers combats entre l’Afrika Korps en Tunisie, à la Campagne d’Italie, au débarquement en Provence et termine la guerre en Autriche. En 1946, il se trouve au Maroc où il dirige les pages littéraires d’un hebdomadaire et contribue à créer des jardins maraîchers dans le désert.
C’est le début d’une correspondance avec l’écrivain américain Henry Miller. Revenu à Montpellier en 1947, il collabore à la Radio Régionale et se lie d’amitié avec Joseph Delteil et Blaise Cendrars.
Il est nommé en 1954 directeur de la Radiodiffusion Française pour le Languedoc-Roussillon, poste qu’il occupera jusqu’en 1984.
Ses œuvres en prose autant que ses poèmes doivent l’essentiel à ses racines méditerranéennes, ses voyages, sa passion pour l’histoire naturelle et la conscience aiguë d’une enfance perdue et d’un Sud défiguré.
Ses premiers recueils de poèmes ont été réunis dans une Anthologie personnelle (Actes Sud 1989) plusieurs fois rééditée, qui a obtenu le prix Valery-Larbaud. Parmi les recueils publiés depuis, plusieurs ont fait l'objet d'une collaboration avec un peintre comme À l’ombre du figuier (2003), avec Alain Clément ou Ode à Saint-Pétersbourg (2004) avec Pierre Soulages. Il a également publié cinq récits (chez Actes Sud) ainsi que des traductions et des biographies.

(Gratuit)

Jean Joubert a reçu le prix Kowalski - Prix de la Ville de Lyon 2014, pour son ouvrage "L'alphabet des ombres" (éd. Bruno Doucey), dont extrait ci-après :

« Sur la cendre et le sang
un mage aveugle trace du bout de son bâton
les derniers signes d’un alphabet des ombres.
Saluons, d’une autre trace d’encre et
de ferveur,
cette beauté sauvage,
arrachée à la nuit. »

Jean Joubert est né à Chalette-sur-Loing (Loiret) en 1928. Il a fait ses études à Montargis puis à la Sorbonne. Après de longs séjours en Angleterre, en Allemagne et aux Etats Unis, il s'installe à Montpellier. Il a longtemps enseigné la littérature anglo-américaine dans cette ville. Il habite maintenant dans un petit village de la garrigue languedocienne et se consacre à ses activités d'écrivain. Il participe à de nombreuses rencontres avec ses jeunes lecteurs.
Jean Joubert, écrivain et poète, propose aux jeunes lecteurs des romans très originaux qui ont d'ailleurs été traduits dans plusieurs pays. L'écologie, le rêve et la poésie sont omniprésents dans ses textes.

Son quatrième roman L’Homme de Sable (Grasset) a obtenu le prix Renaudot en 1975, Les Poèmes : 1955-1975 (Grasset) Prix de l’Académie Mallarmé en 1978, et Les enfants de Noé le prix de la Fondation de France en 1988 pour le meilleur roman pour la jeunesse. Les romans sont marqués par l’association de l’autobiographie et de l’imaginaire.

(Gratuit)

Daniel Vachée 

Daniel Vachée nait à Paris en 1953. Orphelin de mère très jeune, il partage sa vie entre Aubervilliers et Coullons, une petite ville de Sologne. Il se forme et travaille dans un garage comme carrossier où il développe une passion : pilote de rallye tout-terrain.

  A la suite d'un accident en 1978, la lumière s'éteint. Pendant quelques années s'engage un combat difficile contre l'adversité qu'il transforme, grâce à la musique, en un formidable vouloir être. La lumière se rallume alors sous forme de sunlights. Son autre passion, la musique, prend forme, il compose à la guitare des chansons très personnelles dont les textes interpellent. Il auto-produit un 33 T accompagné par Roland Romanelli.

 Il se produit dans de nombreux cabarets et salles parisiennes (La Butte aux Cailles, La Folie en Tête, Le Trou Noir, l'Espace Balard, le Théâtre de la Huchette, le Théâtre des 5 Diamants, Chez Georges) et dans de nombreuses salles en province (notamment le Gard où il réside), avec un répertoire original de chansons qui parlent de la vie, des gens, de la nostalgie, et qui évolue doucement vers un rythme plus blues. Il côtoie des grands noms de la Chanson Française tels Léo Ferré et Bernard Lavilliers.

 Malgré sa cécité qui l'avait forcé d'arrêter les courses automobiles, Daniel reprend le volant en décembre 1990 lors d'un rallye-expédition ayant pour but d'acheminer 6500 paires de lunettes au Burkina Faso au bénéfice de dispensaires et hôpitaux. Guidé par un ami co-pilote, il parcoure 1500 km dans le désert du Sahara et renoue avec sa passion des rallyes.

En plus de son propre répertoire, il prend sa guitare pour chanter Brassens, pour lui le plus grand de la Chanson Française, et pour lequel il a, comme beaucoup d'entre nous, une grande admiration.

Passionné par la lutherie, Daniel restaure des guitares et des banjos, travail très méticuleux et technique qu'il maîtrise parfaitement, laissant ses amis bouche bée.

Daniel Vachée est un chanteur de conviction, frondeur et passionné, sensible et humaniste comme il en est peu. Daniel est un chanteur capable d'émouvoir et de remuer notre égoïsme.  

(Entrée au chapeau)

 

Pour tout savoir sur l'origine de la San Jordi

http://unlivreunerose2015.tumblr.com/

Frédéric Jacques Temple

Frédéric Jacques Temple

Jean Joubert

Jean Joubert

Daniel Vachée

Daniel Vachée

Voir les commentaires

Jeudi 9 avril Bruno Doucey à Pont-Saint-Esprit !

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Jeudi 9 avril à 20h30

Rencontre avec l'auteur et éditeur Bruno Doucey

à la librairie - entrée libre

Présentation de ses éditions et des poètes qu'il publie accompagnée de lectures… Il vient pour vous, venez nombreux !

Bruno Doucey en quelques lignes :

Bruno Doucey né en 1961 dans le Jura, est à la fois écrivain et éditeur. Après avoir dirigé les éditions Seghers, il a fondé en 2010 une maison d’édition vouée à la défense des poésies du monde et aux valeurs militantes qui l’animent. Il est l’auteur d’une oeuvre qui mêle l’analyse critique et la poésie, la résistance et le lyrisme, ainsi qu’en témoignent les anthologies qu’il a publiées aux éditions Gallimard et Seghers (La Poésie engagéeLa Poésie lyriqueJe est un autrePoésies de langue française) et deux romans parus aux éditions Actes Sud Junior : Victor Jara, non à la dictature et Federico Garcia Lorca, non au franquisme. Maître d’oeuvre du Livre des déserts (Robert Laffont, 2005) et auteur de L’aventurier du désert (Elytis, 2010), il est, selon René Depestre, préfacier de ses Poèmes au secret (Le Nouvel Athanor, 2007), « un arpenteur des solaires équipées du sable et du vent ». S’il existe un pays est le 50e recueil de sa maison d’édition.

Bruno Doucey présente sa maison d'édition :

"On pourrait penser qu’une maison d’édition qui voit le jour n’a pas de mémoire, qu’elle n’est pas encore entrée dans l’Histoire. Ce n’est pas le cas pour les Éditions Bruno Doucey. À leur manière, ces dernières ont déjà une histoire parce qu’elles entretiennent une filiation avec une maison d’édition que j’ai longtemps dirigée, avant de devoir rendre les armes : les éditions Seghers, nées à la fin de la Seconde Guerre mondiale des valeurs de la Résistance et de la Libération. Leur récente mise en sommeil a renforcé ma détermination à créer une maison indépendante, libre de ses options et de sa politique éditoriale.

"Une poésie vivante et généreuse, ouverte et offerte à tous, une poésie qui ouvre nos horizons et nous rend plus forts ensemble, voilà la poésie que cette nouvelle maison d’édition veut promouvoir.
Poète, éditeur de poètes, j’entends d’abord faire découvrir les richesses insoupçonnées des poésies du monde. Les premiers livres donnent le ton : les poètes que nous publions proviennent de tous les continents : de France bien sûr, mais aussi des États-Unis, d’Irak, du Canada, d’Haïti… Et nous préparons déjà, pour les années à venir, d’autres voyages autour du monde. À l’heure où la France fait valoir les prérogatives de son Identité nationale, nous tenons à rappeler que la langue française ne possède ni cadastre ni titre de propriété. Elle est un espace libéré des frontières où chaque être repousse les limites de l’horizon d’autrui.

"Poésie de combat, en somme ? Oui, dès lors que nous apprenons à métisser nos héritages culturels et humains pour bâtir un nouvel art de vivre ensemble. Et puisque nous avons réédité les poèmes qu’il écrivit pendant la Résistance, laissons à Pierre Seghers le soin de conclure par ces mots :

« Si la poésie ne vous aide pas à vivre faites autre chose.
Je la tiens pour essentielle à l’homme,
autant que les battements de son cœur. » "       

son site : http://www.editions-brunodoucey.com/

Bruno Doucey ira auparavant, à l'invitation des Amis du Chant de la terre, à la rencontre des 3e du Collège Notre-Dame à Pont-St-Esprit.

Bruno Doucey - photo Murielle Szac.

Bruno Doucey - photo Murielle Szac.

Voir les commentaires

RAPPEL : SAMEDI 4 AVRIL à la librairie, ATELIER D'ECRITURE POETIQUE avec

Publié le par Les amis du Chant de la terre

RAPPEL : SAMEDI 4 AVRIL à la librairie, ATELIER D'ECRITURE POETIQUE avec Frédérick Gambin de 14h30 à 17h30 "A l'insurrection poétique offrons nos vers ! " Voir l'article sur les ateliers d'écriture.

Voir les commentaires

Fête de la San Jordi samedi 25 avril

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Voir le programme d'avril pour tous les détails

Voir le programme d'avril pour tous les détails

Voir les commentaires