Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN JUILLET ET AOUT

Publié le par Les amis du Chant de la terre

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN JUILLET ET AOUT
  • EXPOSITION DU 2 AU 31 JUILLET : MIZONI - PEINTURES
  • VERNISSAGE SAMEDI 6 JUILLET A PARTIR DE 18 H - Entrée libre

Ancrée dans ses origines catalanes, Mizoni est d’abord une femme au caractère bien trempé. Son art ne pouvait découler que de ses racines profondément rivées auprès de son subconscient. Le talent et le métier ont concrétisé la découverte et l’explosion de son art primitif. Les éloges ne cessent de pleuvoir sur elle, et accompagnés de multiples prix, dont la médaille Paul Cezanne au Festival International d’Aix en Provence, ce qui n’est pas rien.

Ses thèmes sont extrêmement variés : paysages de son Ardèche d’adoption, personnages qui vous interpellent, grands nus évanescents. Mais dit-elle « mon point de départ est spontané, je ne prémédite pas mon tableau ». Sur sa toile le hasard, cher à André Breton, a libre cours, car de cette spontanéité, non encombrée de l’inutile, naissent les formes, les volumes (parfois en réminiscence du cubisme) des rythmes, de la couleur en mouvement. Cette artiste se bat entre douleur de vivre et passion de vivre.

Dans son œuvre le ciel rencontre la terre en un lieu limite où les vibrations de l’âme en fusion se heurtent au dilemme primordial.

Quand d’autres se croiraient au sommet, Mizoni se demande même si elle a commencé. De ce combat, de ses peurs, jaillit le cri, « je peins un cri » dit-elle, comme MUNCK. Mais ce cri d’angoisse sans cesse jeté sur la toile est le chemin de la perfection, même si, lucide, Mizoni la sait inaccessible.

lien vers sont site : http://www.atelier-des-granges.com/Mizoni/index.php

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN JUILLET ET AOUT

VENDREDI 5 JUILLET A 18 H - RENCONTRE AVEC PATRICK DE SAINT EXUPERY ET MARIE-PIERRE SUBTIL

PRESENTATION DES REVUES XXI ET 6 MOIS - entrée libre

LA REVUE XXI

Tous les trimestres, des talents vous entraînent à leurs côtés pour comprendre le monde d’aujourd’hui. Des semaines de travail sur le terrain… Une étonnante récolte d’images et de rencontres par des romanciers, des journalistes, des photoreporters, et des dessinateurs de BD.

La maquette associe des pages d’ouvertures spectaculaires et fortes, pour donner le ton, et des pages à lire, comme dans un livre. Elle est conçue par Quintin Leeds et Sara Deux.

Pour la première fois, la BD est traitée comme un genre à part entière. De grandes signatures ont accepté de fournir 30 planches inédites de récit graphique, après être allées en reportage sur le terrain. Jean-Philippe Stassen, Jacques Ferrandez, Joe Sacco...

XXI rassemble tous les talents du reportage : des romanciers aguerris qui aiment raconter le réel, des journalistes de talent qui savent écrire 20 à 30 feuillets, des photoreporters de terrain, des auteurs majeurs de BD qui ont envie de se confronter au reportage.

Laurent Beccaria est Directeur de publication - Patrick de Saint Exupéry (Grand Reporter) est Rédacteur en chef.

La revue est distribuée par les librairies et les surfaces culturelles (Relay, Virgin, Fnac, Cultura...), en France comme à l’étranger.

Le site : http://www.revue21.fr/

LA REVUE 6 MOIS

6 mois renoue le lien entre le journalisme et la photo. Deux fois par an, l’appétit du public et l’énergie stupéfiante des auteurs se rencontrent. Avec 6 Mois, la photo retrouve son sens.

Ce siècle est jeune. Il se façonne au Brésil, en Indonésie, en Chine, en Egypte. Il se raconte. Les auteurs de 6 mois sont chinois, équatoriens, russes, belges, canadiens, somaliens, américains, français…

Au fil des numéros, d’autres pays, en Europe, en Amérique du Nord, en Amérique Latine et en Asie, vont nous rejoindre. Les textes seront traduits, le contenu sera le même, la parution simultanée.

Laurent Beccaria et Patrick de Saint Exupéry sont à la Direction - Marie-Pierre Subtil est Rédactrice en chef.

Pour vivre et se développer, 6 mois ne compte ni sur la publicité, ni sur le mécénat, mais tout simplement sur ses lecteurs.

6 Mois est distribué, comme la revue XXI, dans les librairies et les surfaces culturelles (Fnac, Relay, Virgin, Cultura), en France comme à l’étranger.

Le site : http://www.6mois.fr/

Marie-Pierre Subtil et Patrick de Saint ExupéryMarie-Pierre Subtil et Patrick de Saint Exupéry

Marie-Pierre Subtil et Patrick de Saint Exupéry

  • VENDREDI 22 JUILLET NUIT DES ETOILES AVEC L'ASSOCIATION VIVRE PONT-ST-ESPRIT A LA BLACHE (RTE DE CARSAN) A PARTIR DE 16 H
  • nombreuses animations proposées pour toute la famille.

A cette occasion un stand de livres sur le ciel, les étoiles, l'astronomie… sera présenté par la librairie le Chant de la terre.

Pour en savoir plus : http://www.vivrepontstesprit.com/

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN JUILLET ET AOUT
  • EXPOSITION DU 1er AU 31 AOÛT - Abraham Hadad - Dessins

VERNISSAGE VENDREDI 2 AOÛT

A PARTIR DE 18 H. Entrée libre

Abraham Hadad vit et travaille à Paris et dans le Gard.

Né en 1937 à Bagdad, c'est en 1951 qu'il arrive en Israël où, de 1956 à 1960, il fait ses études à l’institut Avni de Tel-Aviv. Des études qu'il poursuivra à Paris de 1965 à 1970, à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.

En 1972, il reçoit le 1er Prix de peinture de Vitry, en 1973 le 2e Prix d’art graphique du musée de Tel-Aviv. De 1977 à 2002, il enseigne à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.

En 1990, la Fondation Kikoïne lui remet le Prix Amédée Maratier.

Présentation de l'artiste (extraits du Catalogue du Musée de Tessé au Mans)

François Arné, Directeur des musées du Mans, nous parle du peintre : “ Abandon de l’abstraction, dit-on d’Hadad. Arrivé dans les années 60 à Paris, il découvre dans les musées “ les grands peintres de la figure humaine ” selon ses propres termes. Dès lors, il s’attache à représenter des personnages, ou plutôt à peindre l’homme, essayant de révéler la nature humaine dans ce qu’elle a de caché et de mystérieux. »

« Les modèles d’Abraham Hadad rêvent, les yeux grands ouverts. Ils se laissent regarder, aussi surpris que nous le sommes de ce face à face étrange qui ne nous livrera rien de leur vie. Ils posent, muets et béats, entre innocence et conscience.

Dans un parcours métaphorique, la peinture d’Hadad reste ouverte à toutes les interprétations et suscite les émotions les plus contradictoires. Notre trouble est identique à celui de ses personnages, habillés ou nus, isolés, en couple, en famille, parents et enfants, aïeuls, parfois rejoints par un petit animal de compagnie.

Hadad peint la peau des choses, et des êtres. Il nous les rend sensibles, palpables et discernables.

Là est son expression, directement identifiable, garante de son langage.

Lorsqu’il ne peint pas, il laisse errer la ligne, souple, ductile comme une liane, mais incongrue dans son parcours fantasque pour raconter des histoires qu’il nous propose de poursuivre. Son aventure graphique menée à l’encre de Chine appartient au même ordre harmonique que sa peinture.

La nécessité d’inventer des formes, de repenser le corps humain est pour lui un impératif absolu.

Le dessin ne permet pas de tricher. Ses personnages sont là, surgis en quelques traits. Avant de dessiner, Hadad guette l’élan qui précède, aussi imprévisible que préparé par la levée du geste. La ligne est écrite, comme au sens d’une langue écrite. Rapide, aiguë, souple, cursive, elle est tracée avec un évident plaisir de désirer. »

Lydia Harambourg, Historienne, critique d’art

Membre correspondant de l’Académie des Beaux-Arts

Collections publiques

Fonds National d’Art contemporain - Paris, musée d’art moderne de la ville de Paris - Paris, Bibliothèque nationale de France - Fonds départemental d’Art contemporain de Seine-Saint-Denis - Musée de Dunkerque - Jérusalem, musée d’Israël - Tel-Aviv, musée de Tel-Aviv - Haïfa, musée d’Haïfa - Taïwan, Taïwan Museum of Art - Prague, Galerie nationale - Tokyo, Machida City Museum of Graphic Arts

Très nombreuses participations à des expositions particulières ou collectives en France et à l'étranger.

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN JUILLET ET AOUT
AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN JUILLET ET AOUT

  • SAMEDI 10 AOÛT à 21 h : "Y'en a que ça emmerde, qu'il y a des gens de Courbevoie", d'après Louis Ferdinand Céline, par la Cie 25ter, avec Stanislas de la Touche, mise en scène Géraud Bénech. Libre participation au chapeau.

"Louis-Ferdinand Céline aurait-il ressuscité pour venir en personne partager avec nous ses confidences, ses souvenirs, ses révoltes, à travers le spectacle créé au festival d’Avigon 2011, conçu par Stanislas de la Tousche et Géraud Bénesh, à partir de romans, de lettres et d'entretiens de l'écrivain ?

Résurrection, certes non, mais réincarnation l'espace d'une heure dix, à travers le talentueux comédien Stanislas de la Tousche, habitué aux personnages complexes et aux grands auteurs, véritable copier-coller au plan physique et vocal de Louis Destouches, alias Céline, médecin doublé de l'un des hommes de lettres du XXe siècle, les plus diffusés dans le monde.

Ici, l'ermite de Meudon nous reçoit peu avant sa mort, et au travers d'une sorte de délire verbal, dans un style elliptique teinté d'argot qui lui est propre, nous transporte dans les profondeurs insondables de sa pensée pessimiste qui va parfois jusqu'au nihilisme, à la base de son œuvre très plébiscitée, mais aussi souvent décriée à cause de la virulence de ses pamphlets antisémites.

Géraud Bénech signe une mise en scène sobre qui mêle classicisme et originalité, du meilleur effet, soulignant la facture surréaliste du texte et la personnalité déconcertante de Céline.

À voir, tout d'abord pour la performance de comédien de Stanislas de la Tousche, qui n'incarne pas, mais est Céline, jusqu'à en être troublant. Les inconditionnels de l'écrivain atypique se réjouiront, ceux qui le connaissent peu, trouveront ici une occasion incontournable de l'approcher et chaque spectateur sera interpellé par le discours."

Tanya Drouginska - in "Reg'Arts"

Stanislas de la ToucheStanislas de la Touche

Stanislas de la Touche