Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN OCTOBRE

Publié le par Les amis du Chant de la terre

RETROUVEZ DES COMPLEMENTS D'INFORMATIONS ET DES LIENS NOUVEAUX SUR NOTRE PAGE FACEBOOK


EXPOSITION DU 2 AU 30 OCTOBRE : AGATHE AVENE PEINTURES ET PASTELS

VERNISSAGE SAMEDI 6 OCTOBRE à 18 H.


Image 5

 

« Ma grand-mère me disait – en maintes occasions – « Les petites bêtes ne mangent pas les grosses ». Propos qui se voulaient rassurants s’ils n’étaient alors contredits (j’avais 5 ans d’âge), par la contemplation quotidienne, sur le chemin de l’école, de la décomposition du corps d’un petit chien blanc envahi d’une vermine affairée. Donc, les petites bêtes mangeaient les grosses ! Troublant !

Si d’aventure, on me disait que j’étais – à cet âge – mignonne à croquer, vous pouvez imaginer mon état d’âme !

A cette époque, on disait volontiers à certains enfants turbulents qu’ils avaient « le diable dans le ventre », ce barbichu, cornu, saboté… qui, lui, à mon idée d’alors, risquait bien de se faire manger par le Grand Loup.

Enfin, tout ceci est bien compliqué : un jour, je suis la petite bête et, le lendemain, la grosse. Allez vous y retrouver !

Toutes ces bêtes, petites et grosses, viennent défiler sur mes toiles (se faire manger des yeux) selon deux axes de songerie : la faim du monde et la fin dans le monde. Elles sont censées m’apporter quelques éclaircissements sur tous ces mystères, ça oui ; mais la Grande Révélation, point encore. Alors, je peins un nouveau tableau, et un autre, et encore un autre… »

 

Née en 1950 dans le Nord de la France. Dès 1970, elle s’installe à Paris et suit les cours d’Arts plastiques à l’Université de Paris VIII.

Pendant plusieurs années, Agathe Avène s’est consacrée exclusivement au dessin en noir et blanc, à la plume et encre de chine. « Démangée » par la couleur, elle choisit d’abord la technique du pastel puis, aujourd’hui, celle de la peinture à l’huile pour réaliser ses œuvres.

De nombreuses expositions individuelles ou collectives. Parmi celles-ci : Salon de Mai. Cercle des Artistes de Paris. Salon “Art en Capital” au Grand-Palais. Ming Yuan Art Center à Shanghaï. Musée de la Lithographie (Lille). Fresques réalisées pour la Salle des Congrès du Plateau de Gravelles à Vincennes. Prix du jury au Salon de Romainville. Galerie-Librairie Shakespeare & Co. Participation au congrès de l'UNESCO sur le thème "Education through art". Salon de la Jeune Peinture au Musée d'Art Moderne, etc.

 

Depuis 2010, elle vit à Pont-St-Esprit et poursuit son œuvre dont nous pourrons découvrir, à l’occasion de cette exposition, les dernières créations.

 

 

VENDREDI 5 OCTOBRE à 20H30 : RENCONTRE AVEC L'ECRIVAIN PIERRE-AUTIN GRENIER pour une soirée lecture de quelques extraits de ses ouvrages.

 

PAG

Auteur de proses poétiques, récits et nouvelles, Pierre Autin-Grenier est devenu, au fil d’une œuvre à plusieurs facettes, un adepte reconnu de la forme brève – de quelques lignes à quelques pages - au rythme et à l’écriture travaillés.

De ses premiers textes, Jours anciens, Chroniques des faits, Légende de Zahkor, Histoires secrètes, Les radis bleus aux recueils de nouvelles et récits publiés chez Gallimard (Je ne suis pas un héros, Toute une vie bien ratée, L’éternité est inutile…), il s’est construit de livre en livre une voix bien à lui où la révolte reste intacte.

Même si on rit franchement à la lecture des livres de Pierre Autin-Grenier, la rage de vivre dans un monde où la fraternité n’a plus beaucoup de sens pointe souvent derrière l’autodérision, la joyeuse gouaille et les phrases cinglantes avec lesquelles il aborde le quotidien le plus banal.

 

Sa bibliographie :  BIBLIOGRAPHIES D'AUTEURS REÇUS AU CHANT DE LA TERRE

Vous pouvez aussi le retrouver sur Facebook.

 

 

Julotte RocheVENDREDI 19 OCTOBRE à 20H30 : RENCONTRE AVEC JULOTTE ROCHE  qui nous parlera du devenir de son livre "Max et Leonora" (éd. Le Temps qu'il fait), en particulier de l'œuvre de Leonora Carrington,  et de l'actualité du camp des Milles à Aix-en-Provence.

 

« Je m'appelle Julotte Roche, et je suis née un peu tardivement à l'âge de vingt ans en Ardèche.

Après avoir voyagé et parce que j'aimais les livres je suis devenue libraire, passionnée de littérature étrangère et surtout japonaise, peut-être à cause de la cuisine ! j'aime beaucoup retrouver les recettes rencontrées dans mes lectures et lire Murakami, voir un film de Kitano puis « Le goût du saké » d'Ozu, suffisent à mon bonheur.

Mais je suis une ardéchoise consciente et mon romantisme japonisant ne m'empêche pas d'être une vaillante anti-nucléaire.

Bref ! j'avance masquée !

Ce qui m'a conduit au surréalisme et à écrire " Max et Leonora "un récit d'investigation (éd. Le temps qu'il fait – 1997).

Je ne savais pas en écrivant ce livre que je devrais cheminer à ses côtés, que les personnages dont je m'étais épris, seraient mes compagnons de vie ; quinze ans après je suis surprise de gérer « un bureau des recherches » de ces deux surréalistes, Leonora Carrington et Max Ernst.

Je vous parlerai de cette immense Leonora si mal connue en France, et de ma visite au Camp des Milles où Max Ernst a séjourné, le  site mémorial vient d'ouvrir ses portes à barreaux, et nous montre un camp français de transit où l'on enfermait les anti-nazis, puis les juifs.

Le surréalisme n'est pas qu'une aimable accroche pour les designers contemporains, le groupe surréaliste a fui la France de Vichy, c'est un moment d'histoire, mais je ne suis pas une historienne, juste une femme sensible. »

Pour en savoir plus sur le livre de Julotte Roche : link

Pour en savoir déjà plus sur le camp des Milles : link

Un autre lien vert la Galerie Alain Paire à Aix : link

 

MARDI 30 OCTOBRE à 20H30 : SOIREE POESIE AVEC L'ATELIER THEATRE DE BOLLENE SUR LE THEME "ENFANCES" (thème du Printemps des Poètes de cette année),  de Victor Hugo aux poètes contemporains, une lecture théâtralisée avec la participation exceptionnelle d'une jeune lectrice de 9 ans !

      (Entrée : libre participation aux frais)

Jo Méjean et Claudine Kimmerlé 

Claudine Kimmerlé et Jo Méjean lors de leur dernière venue au Chant de la terre pour de très belles lectures sur les femmes…