Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les notes de lecture du libraire

Publié le par André Zaradzki

Homer & Langley - Edgar Lawrence Doctorow - Actes Sud

Deux frères, un amour filial indéfectible, une demeure bourgeoise vouée lentement au chaos par l'amoncellement maniaque de milliers d'objets et tonnes de journaux, soixante ans d'histoire étasunienne, ce roman au ton volontiers sarcastique décrit avec fraîcheur et drôlerie, mais aussi beaucoup d'émotion, le lent et inexorable étouffement d'une fratrie par la folie compulsive de l'un et la double infirmité de l'autre ; tous deux doivent faire face à une société matérialiste qui ne peut les comprendre et les conforte dans la conviction qu'ils ont de ne pouvoir composer avec elle ; aussi excentriques soient ces personnages inspirés d'un fait divers, on éprouve une telle empathie envers eux qu'on sort bouleversé de ce roman.


Les trois lumières   - Claire Keegan  - éd. Sabine Wespieser éditeur

Il en faut si peu pour provoquer l'enchantement quand on s'appelle Claire Keegan ! ce tout petit livre est un trésor d'émotions, il dit si simplement et si justement les sentiments nés d'une rencontre entre un couple d'adultes et une fillette, le chagrin, l'attente, l'apprivoisement, le désarroi, l'amour filial pour un enfant qui n'est pas à soi ; c'est tout simplement beau et bouleversant.


Les enfants de Vienne  - Robert Neumann – éd. Liana Levi
Ces enfants de Vienne n'ont de l'enfance que l'âge ; ils ont connu la déportation, les camps, les brigades des Jeunesses hitlériennes, ils ont échappé au pire pour se retrouver, démunis de tout, affamés, dans les caves de la ville en ruines; livrés à eux-mêmes et à la merci d'un monde adulte en pleine confusion et volontiers pervers, ils s'inventent une vie de château et sont prêts à tout pour défendre leurs "privilèges", ces choses, ces objets que "même Staline" ne possède pas !
Ils sont six, pick-pocket, prostituée, trafiquants en tous genres; lorsqu'un aumônier de l'armée d'occupation américaine les découvre, il doit faire preuve de beaucoup de talent et d'obstination pour gagner leur confiance.
Il faut lire ce livre pour sa prose unique, une langue que seuls parlaient ces enfants d'origines diverses et qui donne au récit une saveur piquante et des couleurs (presque) gaies.



Le cirque chaviré - Milena Magnani – éd. Liana Levi
le livre refermé, on reste sans voix, l'émotion est trop forte ; histoire d'exil, de trahison, de renaissance, servie par une langue sobre, retenue ; aux confins de la ville, dans un campement tsigane où cohabitent Roms et migrants d'Europe centrale, un Hongrois s'installe avec ce qu'il reste d'un cirque ayant appartenu à son grand-père, déporté et assassiné par les nazis ; un cirque réduit à une dizaine de cartons desquels les enfants du campement, excités par l'histoire que leur raconte cet homme dans l'urgence d'une mort annoncée, vont extraire la part de rêve qui fera d'eux les héritiers du grand-père trahi.



La grand-mère de Jade - Fredérique Deghelt – éd. Actes Sud
On lit ce livre avec gourmandise ; l'auteur nous embarque dans une histoire improbable (que confirme l'épilogue) de grand-mère campagnarde recueillie à Paris par sa petite-fille apprentie écrivain et dont elle devient la lectrice talentueuse et critique éprouvée ; réflexion sur les âges de la vie, sur l'engagement amoureux, sur les rapports filiaux, d'une prose fluide et sans affectation, ce roman nous offre aussi de belles pages sur le travail de l'écrivain et de son lecteur.



Gombo - Gérard Delteil – éd. Liana Levi
Voilà un polar "françafricain" qui ne manque pas de sel ! quant aux épices, ils viennent directement du grand marché de New Bell, qui jouxte la prison du même nom à Douala ; de cette prison va s'évader un petit journaliste poursuivi pour outrage à la Première Dame du pays et surtout menacé de mort pour avoir découvert les pratiques criminelles d'un laboratoire pharmaceutique parisien ; une chasse à l'homme s'engage, dans laquelle le "gombo" (la motivation, le bakchich) tient la toute première place ; l'affaire est menée rondement et l'auteur nous donne à goûter la langue et les coutumes d'une Afrique urbaine tout droit sortie de la période coloniale.

La Couleur de l'aube - Yannick Lahens – éd. Sabine Wespieser éditeur
Haïti des tontons macoutes : la boue, le sang, la honte, le désir, la colère, la peur et le cortège quotidien des humiliations, tout cela dans un court roman à deux voix, un chant dont les accents font remonter du plus profond de l'âme humaine le goût amer du renoncement à toute idée de bonheur ; deux soeurs, deux voix - et l'absent, le frère aimé qui frotte sa vie à la mort, la provoque ; deux soeurs qui chacune à sa manière tente de conjurer une malédiction vieille de deux siècles, l'une en prenant le masque de la frivolité, l'autre en s'abandonnant à un dieu improbable ; la langue poétique de Yanick Lahens a les couleurs et le feu de la Caraïbe mais elle garde le ton juste et sobre, mezzo voce, de la confidence.

Les Bains de Kiraly - Jean Mattern – éd. Sabine Wespieser éditeur
Un premier roman lumineux, d'une écriture fluide, élégante sans apprêt, qui parle de silence, d'incommunicabilité, de culpabilité ; mais aussi d'amour ; un traducteur incapable de mettre des mots sur les traumatismes de son enfance et qui trahit deux fois (sa femme enceinte et son ami); mais un rendez-vous avec ses origines lui ouvre une porte et lui laisse espérer "trouver un autre chemin". Bravo encore une fois à l'éditrice Sabine Wespieser pour la qualité de son catalogue.

L'origine de la tristesse  - Pablo Ramos – éd. Métailié
Un bidonville à Buenos Aires, des enfants confrontés aux réalités chaotiques de la vie : un roman vigoureux, une plume alerte, c'est du meilleur néo-réalisme, touchant, drôle... et triste aussi bien sûr ; bref, c'est un régal.

J'étais une petite fille de sept ans - César Aira – éd. Bourgois
Pour échapper à la tyrannie de son épouse, un homme (ordinaire) vend son âme au diable et choisit de devenir roi ; la narratrice est la "petite fille de sept ans", sa fille, qui lui voue une admiration sans égal et qui va entreprendre avec lui un voyage à travers son royaume magique, à la recherche... de son âme de petite fille, subtilisée lors d'un rapt. Dans ce pays de contes de fées, l'art poétique de César Aira se déploie comme un ciel aux millions de lunes.

La preuve  - César Aira - Bourgois
Un roman qui n'en est pas un ; une fable plutôt, qui a pour cadre un quartier très animé de Buenos Aires; deux punkettes abordent une jeune fille d'apparence très ordinaire ; ici commence un colloque sentimental qui renverse toutes les valeurs communément admises, jusqu'à la scène finale, potlatch hallucinatoire dont la violence extrême ne cache pas le sens "philosophique".

Les ailes   - Jimmy Liao  - éd. Bayard Jeunesse
Une surprise de taille dans cette belle collection d'histoires illustrées ; des images somptueuses, pleine page, des contrastes saisissants, à la mesure de l'incroyable aventure de ce Pdg à qui poussent...des ailes ; des ailes qui lui mènent la vie dure, jusqu'à l'issue grandiose et pas forcément confortable ! au bout du compte, il est dit que seul justement compte le courage de suivre son chemin ! c'est tout simplement admirable et j'attends sa prochaine création avec confiance.

Battement d'ailes - Milena Agus – éd. Liana Levi
Après "Mal de pierres" voici un autre grand petit livre, au ton si juste, sans apprêt, sans bavardage, un pur bijou ; inutile d'en dire plus, le charme opère dès la première page.

La porte  - Magda Szabo – éd. Viviane Hamy
Sans commentaire ! lisez et goûtez ; Emerence, le personnage central, vous mettra dans tous vos états; la radicalité de son amour sans concession vous désemparera et vous séduira ; on est loin, loin, loin des auto-fictions étiques à la parisienne.