Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Exposition mois de juillet : Agnès Balaÿ-Mottelet

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

Exposition du 2 au 31 juillet

 

Agnès-Balaÿ Mottelet

"Cartounes et Fariboles"

Vernissage vendredi 5 juillet

à 18h

 

Librairie le Chant de la terre

entrée libre

 

 

CARTOUNES ET FARIBOLES
" Études littéraires classiques qui précèdent une carrière éclectique : éducatrice de jeunes enfants, institutrice en classes maternelles, intervenante en ateliers artistiques (musique et arts plastiques).
Puis, à 39 ans, reprise d’études musicales à la fac d’Aix en Provence (CFMI), je deviens musicienne intervenante en milieu scolaire pour le département de l’Ardèche jusqu’en septembre 2018, date où j’ai pris ma retraite tout en continuant à assurer ponctuellement des séances d’éveil musical en secteur petite enfance. De plus en plus souvent, je rejoins Sète, pour  des performances avec d’autres artistes (Expositions/peinture in situ, Street art/ musique etc.) dans le quartier de la rue de Tunis où la dynamique multi artistique ne cesse de croître. Je peins en autodidacte depuis plus de 35 ans, nourrie du passage pendant deux ans aux cours du soir des Beaux-Arts de Lyon, puis par la fréquentation durant deux ans  d’un atelier collectif de la région Paca. Ma production est alimentée par une imagination sollicitée par mon travail auprès du jeune public, mes lectures, le cinéma, ainsi que par l’écriture de textes courts : nouvelles, poésie, petits récits que je publie depuis 2015, dans « SCRIBULATIONS », revue littéraire  collaborative et annuelle, dirigée par Jean-Marie Dutey.  Mon travail pictural, plutôt figuratif, parfois proche de l’illustration ou de la bande dessinée, se décline en grand ou petit format, sur toiles, panneaux médium, papier, bois ou autres matériaux de hasard. Pour cette nouvelle expo au Chant de la Terre, « Cartounes et Fariboles », j’ai investi principalement des supports cartons de diverses provenances et récup et ai ajouté à ma palette, collages et techniques mixtes, jouant avec matières et reliefs. Je propose  également une sélection  d’autres œuvres récentes,  volontiers empreintes de loufoquerie ! "

                                                                      Agnès Balaÿ-Mottelet  / St Montan / 31 Mai 2019

 

Voir les commentaires

ANNULATION Vendredi 28 juin rencontre avec Jean-Sébastien Steyer

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Un empêchement de Jean Sébastien Steyer nous oblige à reporter la rencontre prévue le 28 juin. 

Merci de votre compréhension.

 

 

 

 

 

 

Vendredi 28 juin à 20h30

Jean-Sébastien Steyer

présente

"La science fait son cinéma"

éditions Le Bélial

 

librairie le Chant de la terre

entrée libre

 

 

J.-Sébastien Steyer est paléontologue au CNRS et Muséum de Paris, spécialiste de la Vie avant les dinosaures. Ancien pigiste pour Charlie Hebdo (rubrique "La science amusante"), ce passionné de vulgarisation travaille aussi avec l'astrophysicien Roland Lehoucq pour décrypter les sciences dans la science-fiction. En plus de "Quand la science fait son cinéma", ils ont également signé ensemble "Combien de doigts a un extraterrestre", recueil de leurs chroniques publiées régulièrement dans la revue "Pour La Science".

 

La science fait son cinéma

Défier les lois de la physique avec Ant-Man, et celles de l’anatomie avec Godzilla. S’aventurer aux abords d’un trou noir… et y plonger avec Interstellar. Communiquer avec les aliens comme dans Premier Contact. Se retrouver seul sur Mars et tenter d’y survivre. Étudier Prometheus et s’interroger sur l’origine et l’évolution des espèces extraterrestres… Ici, Roland Lehoucq, astrophysicien au CEA, et Jean-Sébastien Steyer, paléontologue au Muséum national d'histoire naturelle de Paris et au CNRS, ne cherchent pas à démolir le septième art et son rapport à la science, mais bien à enrichir le regard du lecteur en traitant du contenu scientifique d’une quinzaine de films. Plus que le résultat, c’est la démarche qui importe : mobiliser ses connaissances, s’informer, faire preuve d’esprit critique, développer sa capacité d’analyse, goûter au plaisir de la découverte. Et, surtout, faire de la science en s’amusant !
Sommaire
Introduction : La science fait son cinéma
PREMIÈRE PARTIE : DÉFIER LA PHYSIQUE
Ant-Man, petit mais costaud
Gravity : ça plane pour moi
Interstellar : balade dans un trou noir
DEUXIÈME PARTIE : NOUVEAUX HORIZONS
Des roues dans l’espace
Peut-on vraiment vivre seul sur Mars ?
De la vie sur les planètes de glace ?
Prometheus, le massacre d’Alien ?
TROISIÈME PARTIE : CURIEUX EXTRATERRESTRES
De l’origine des espèces… extraterrestres !
De l’évolution des espèces en SF
Premier contact : communication du 3e type
QUATRIÈME PARTIE : ATTENTION DANGER !
Les menaces invisibles
The Thing : la Chose d’un autre monde
Godzilla : trop de la bombe !
Scientific Rim
 

Voir les commentaires

Mercredi 5 juin Kamishibaï pour les enfants !

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

Mercredi 5 juin à 15h

Béatrice Meysson

raconte

René The Brave

 

une histoire bilingue français/anglais
en kamishibaï
pour les enfants de 5 à 9 ans
entrée libre
 

 

 

 

 

René The Brave - Le Brave

René est un petit rhinocéros qui est élevé par deux parents bien surprenants. René is a small rhinoceros who is being raised by two unlikely parents. 
Il ne réalise pas qu'il a une corne mais pense que c'est un bec. He does not realise that he has a horn but instead thinks it to be a beak. 
Il croît aussi qu'il peut voler ! He also believes he can fly ! 
Petit à petit, alors qu'il découvre ses étonnantes différences, notre héros en herbe commence à comprendre qui il est réellement : un rhinocéros unique et courageux, prêt à venir en aide à toutes les merveilleuses créatures qu'il rencontre sur son chemin... Little by little, as he discovers his amazing differences, our budding hero begins to learn who he really is: a unique and brave rhino, ready to step in to help all the wonderful creatures he encounters along the way... 

René the Brave est le premier livre bilingue français-anglais de Béatrice Meysson qui a souhaité mettre en lumière une des espèces les plus vieilles de notre planète, une espèce qui a aujourd'hui besoin de notre protection : le rhinocéros. Une espèce en danger qu'elle a su rendre altruiste et attachante. 

C'est sous la forme d'un kamishibaï que Béatrice Meysson racontera l'histoire de René The Brave. Cette forme de petit théâtre venu du Japon est constituée d'un butaï, (théâtre portatif en bois ou en carton) et de grandes cartes sur lesquelles sont les illustrations. La lecture sera bilingue, en français par l'auteure et en anglais par Marie-France Zen.

Voir les commentaires

Exposition du 1er au 30 juin : K.Yoô

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

Exposition du 1er au 30 juin

 

K.Yoô

Julie Warnier

 

Vernissage

vendredi 7 juin à 18h

librairie le Chant de la terre

entrée libre

 

 

Julie Warnier dit "K.Yoô" est née en 1983. La passion du dessin lui est transmise par son père toute petite. Originaire de la campagne Picarde, les animaux sont ses modèles de prédilection ; fascinée par la nature elle y puise son inspiration.
Bac littéraire option art plastiques, fac d'art plastiques, elle découvre la gravure, le modèle vivant et la peinture acrylique. Puis une formation qui lie l'art et le bâtiment (artisan matiériste coloriste en décor mural) lui apprend les enduits à la chaux, à la terre ou au plâtre, l'harmonisation des couleurs, leur création à partir de pigment naturels...
Au cours de ses voyages sur différents continents, elle peint des fresques dans des hôtels, boutiques et maisons. Avec la peinture aérosol elle travaille sur différents supports à valoriser : enseignes, façades, portes de garage, portails, véhicules, transformateurs électriques...
Aussi à l'aise sur toiles que sur murs, elle maîtrise la bombe de peinture comme le pinceau.
Elle présente à la librairie une série de peinture acrylique sur toiles, sur carton ou sur bois. Les rapaces, oiseaux et insectes sont mis à l'honneur.
Venez découvrir son univers...

Voir les commentaires

RAPPEL : Vendredi 31 mai rencontre-lecture avec les éditions des Lisières

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Les éditions des Lisières

" Les éditions des Lisières abritent des voie/x poétiques.
Contes, nouvelles, mémoires, peinture, dessin, etc., la poésie est partout. La poésie est une graine à cultiver, c'est l'herbe folle qui défie les « monocultures de l'esprit » (Vandana Shiva), tout en elle tend à proliférer et jamais elle ne se résoudra à n'être qu'un sous-rayon de la littérature.
La poésie est une disposition, une forme d'intelligence, intuitive, généreuse, sensible, qui tire allègrement la langue à l'intelligence de rapt assise sur le monde humain.
La poésie du livre n'est pas uniquement dans le texte édité, mais aussi dans la rencontre, dans le travail partagé, dans la façon de faire qui donnent naissance au livre, puis dans les rencontres, les échanges et l'ouverture que permet le livre.    
Les liens de l’humain avec la nature, avec l'espace qu'il habite, mais aussi bien sûr les liens inter-humains et la façon qu'ont des voi(e)x singulières et d'horizons divers de répondre à la question "Comment habiter le monde en poète ?", voici ce qui inspire et anime les Lisières…


Les choix éditoriaux

Convivialité et bibliodiversité sont deux concepts qui guident le travail des Lisières. 
D'abord parce que l'édition y est conçue comme un outil convivial pour faire des livres, c'est-à-dire un outil à hauteur (et à rythme) d'homme, de femme pour ma part, qui permet un travail rapproché avec les auteurs et les différents acteurs de la chaîne du livre (imprimeurs, papetiers, libraires, bibliothécaires, etc.) et bien sûr avec les lecteurs. Le livre est donc pensé ici plus comme un objet artisanal, fait de plusieurs voix, de plusieurs mains que comme une marchandise standardisée. 
Que le livre incarne pleinement la beauté du contenu me paraît important. Une beauté simple. Proche de ce que les japonais appellent wabi sabi, la beauté brute des choses impermanentes. Que le livre soit à la fois intime et organique, singulier. C'est ce qui m’a amenée (histoire de rencontres aussi) à faire la couverture des livres en typographie au plomb et linogravure - avec le soutien de Pierre Mréjen des éditions Harpo &. Quant à l'impression du corps d'ouvrage en PAO, elles sera assurée par un imprimeur, local. Pour le papier, les Lisières travailleront principalement avec Fedrigoni. "

Maud Leroy.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 > >>