Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #animations tag

Les Mélancolies de Sade

Publié le par Les amis du Chant de la terre

La Librairie Le Chant de la Terre et Collection Opus

vous invitent le
jeudi 5 octobre 
à 20 h 30

pour une soirée d'échange

et de soutien au film
"Les Mélancolies de Sade"

​​
en présence du réalisateur Guy Marignane, et de l'un des comédiens Didier Sauvegrain


Lecture d'extraits du scénario - Rencontre-Débat
autour de la Création cinématographique indépendante, du Financement participatif et du Marquis de Sade cet inconnu !
Pour tout savoir :  site du film

Synopsis

Sade, vivant ou mort ne laisse pas indifférent ! Mais loin des clichés scabreux, connait-on vraiment le Marquis de Sade ? 
Vingt sept ans d’enfermement, ce qui représente un tiers de sa vie, où il y cultive un imaginaire débordant pour s’évader de son univers carcéral. Pendant toutes ces années, il est rempli de doutes nombreux et d’angoisses à répétition. 
C’est de ce visage de Sade dont le film témoignera autour de rencontres improbables: de la visite de ses héroïnes dans sa cellule de prison, jusqu’à Jean Jacques Rousseau en son île.
Dans l'intimité de sa condition de prisonnier, le film dévoile un Sade jaloux, amoureux, moderne, précurseur, mais aussi hanté par la mort, un homme fragile, terriblement humain.

Origine du projet
Il y a trois ans, le réalisateur Guy Marignane rencontre Thibault de Sade, descendant direct du Marquis de Sade. Il l’invite ensuite à un entretien durant lequel il sera enregistré et filmé. La rencontre se déroule dans une des demeures familiales aux environs de Paris. L’entretien dure trois heures.
Le film est lancé... Quelques proches se réunissent, techniciens, acteurs, amis. Ils décident de commencer à tourner avec leurs fonds propres, dans une configuration très réduite, et suivant leurs disponibilités. Commencé il y a trois ans, les dernières séquences du film seront tournées à la fin de l'été en Provence.

Le contenu
Le film Les Mélancolies de Sade est avant tout un long-métrage de fiction avec quelques passages documentaires.
La partie documentaire est constituée d’un entretien réalisé avec Thibault de Sade. Cette partie, une fois montée représentera environ quinze minutes sur la durée globale du film (90 minutes).
La partie fiction du film s’est construite autour des thématiques abordées dans l’entretien. Elle exploite en particulier de nombreuses correspondances échangées entre Sade et Renée Pélagie, sa femme, mais aussi avec sa maîtresse, Melle de Launay, ainsi que des passages dédiés à Juliette, héroïne de l'archétype sadien. On découvre également comment Laure de Sade, son ancêtre et compagne de Pétrarque, hante ses nuits. 
A noter enfin la place du Geôlier, auquel Sade peut confier ses doutes, sa révolte et sa fragilité.

Voir les commentaires

Concert "Les récupercussions" avec Bernard Boudet

Publié le par Les amis du Chant de la terre

CONCERT 

LES RÉCUPERCUSSIONS

VENDREDI 29 SEPT.

20H30

entrée au chapeau

 

Musicien, découvreur, créateur ingénieux d’instruments, Bernard Boudet explore inlassablement les univers de la musique.
De la Normandie à l’Allemagne et au Sud de la France, accompagné de ses amis musiciens et conteurs, il enchante et étonne par son talent et ses trouvailles.
Depuis de nombreuses années, sans délaisser son violon, il crée de surprenants lamellophones pour lesquels il n’hésite pas à utiliser des matériaux récupérés tels des tubes en carton ou des lattes de sommier.
Ces instruments sont régulièrement joués en public, seuls ou en formation, en concert ou lors d’animations diverses, notamment dans des ateliers proposés au public scolaire.

"Le travail de recherche sur le son est effectué sans le support ni de l'électronique ni de l'électricité. Ceci pour obtenir des sons les plus vivants possibles. Ce sont toutes les petites imperfections, toutes les variations d'intensité des attaques et des harmoniques, tous les bruits de glissements et de souffles d'air qui donnent vie à un instrument acoustique."

 

 

 

Voir les commentaires

RAPPEL : Dernière soirée philo avec Arnaud Villani le 13 juin !

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Mardi 13 juin à 20h30

"Les tournures de l'esprit"

soirée philo

avec Arnaud Villani

 

Venez nombreux à ce dernier RDV de la saison afin de remercier Arnaud Villani de toutes ces soirées de réflexion philosophique qu'il nous a gracieusement proposées tout au long de l'année… 

Elle annoncera et introduira le colloque Art et philosophie de Cornillon, qui se tiendra sur deux jours, les 10 et 11 juillet prochains, dans le jardin Fontanille à Cornillon (à droite en descendant  vers le lavoir), avec de très bons spécialistes.

"Je terminerai ce cycle de conférences en revenant sur l’idée de ruptures suffisantes, dans le domaine de la noétique, pour en incurver le cours et entamer des virages décisifs. La littérature n’a pas le monopole des « figures de style », dites encore « tropes » (d’un verbe grec signifiant « tourner »). La pensée tourne et vire. On donnera quelques exemples de ces « tournures » de la pensée dont certaines ont influencé profondément et durablement notre façon contemporaine de voir les hommes et le monde et d’agir avec ou contre eux."

 

Voir les commentaires

Vendredi 9 juin Lecture musicale de L'homme semence

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Lecture musicale

vendredi 9 juin 

à 20h30

L'homme semence

par L'Impromptu Théâtre

entrée au chapeau

L’homme semence est l’un de ces écrits au destin extraordinaire. Ecrit par une mystérieuse Violette Ailhaud en 1919, il a été transmis de générations en générations jusqu’à l’une des descendantes de la fameuse Violette… en 1952. A cette date, comme le stipulait le testament de l’auteure, le texte a été lu, les mots ont été découverts pour la première fois et, un jour, le livre a été édité (en 2002 aux Editions Parole).

Mais le mystère perdure autour de l’écrivaine. Qui était-elle vraiment ? Et dans quel village de Provence s’est réellement déroulée cette histoire ? Où est la vérité, où est le mythe ?

Violette Ailhaud y raconte comment son village a été privé de tous ses hommes en 1851. A cette date, Louis Napoléon Bonaparte rétablit l’Empire après avoir pris goût au pouvoir en tant que Président.

Dans les Alpes-de-Haute-Provence, les hommes hurlent contre le vote truqué qui leur est imposé (seuls des bulletins « oui » ont été imprimés), mais la révolte est matée et les hommes sont emmenés, jugés, emprisonnés ou déportés à Cayenne ou en Algérie. Les femmes, elles, restent seules avec les enfants à nourrir, les bêtes à soigner et les champs à cultiver. Elles s’organisent et passent un pacte au cas-où un représentant de la gente masculine viendrait.

Et un homme vient…

L’Impromptu Théâtre propose l’interprétation théâtralisée de cette oeuvre. Dans une mise en scène de Valérie Béal, le texte intégral dit par la comédienne Joelle Omont est ponctué de pauses musicales.

Bernard Boudet, musicien qui construit lui-même ses instruments accompagne ce récit lumineux à la contrebasse ou au violon. Le spectacle est mis en lumière par Stéphane Sergent.

rens. librairie 04 66 50 27 44

site de Bernard Boudet ici

L'homme semence

Voir les commentaires

Lectures par l'atelier d'écriture de Marie Durnez

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Jeudi 8 juin à 18h

l'atelier d'écriture de Marie Durnez vous donne RDV à la librairie afin de partager avec vous la lecture de leurs écrits… un agréable moment que nous vous conseillons ! Cet atelier travaille régulièrement à la librairie de l'automne à l'été.

Voir les commentaires

Atelier d'écriture avec l'auteur Guillaume Cayet

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Guillaume CayetSamedi 3 juin

de 15h à 18h

Atelier d'écriture avec

Guillaume Cayet

au Chant de la terre

présentation de sa résidence sur le site de la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon

RÉSIDENCE D'ÉCRITURE "HORS LES MURS" AUTOUR DE LA TRANSFORMATION DU SITE DE L’HÔTEL-DIEU DE PONT-SAINT-ESPRIT (GARD)

"La Chartreuse, en lien avec l’équipe municipale de Pont-Saint-Esprit, a demandé à un auteur de récolter la parole des habitants au sujet du site de l’Hôtel-Dieu, qui a joué un rôle central dans l’histoire de leur cité, et qui est aujourd’hui l’enjeu d’un important projet de réhabilitation comprenant des logements, des commerces et un hôtel de grand standing et visant au développement touristique et  économique de la ville.

"Il s’agit de garder la mémoire des usagers de ce site majeur - 18 000 m2 en plein centre-ville, sur lequel se trouve entre autres le bâtiment de l’ancien hôpital – et d’écrire en résidence in situ sur un territoire en mutation, un texte théâtral qui sera nourri des témoignages et des rapports entre patrimoine architectural et rénovation urbaine, lien social et devoir de mémoire, création artistique et parole documentaire. À plus long terme et à travers la rencontre avec Guillaume Cayet, cette initiative a aussi pour ambition de faire émerger un lien prégnant et durable entre les habitants de ce territoire et la Chartreuse.

"Le choix de Guillaume Cayet – jeune auteur de vingt-six ans issu de l’Ensatt - est motivé par la résonnance de ce projet « hors les murs » avec les recherches artistiques qui animent l’oeuvre de l’artiste et notamment son intérêt pour les « silencieux » ou les territoires en marge, sa réflexion sur la forme documentaire, son engagement pour un théâtre politique et populaire, ses questionnements sur les notions de transmission et d’héritage. La Chartreuse suit avec intérêt son parcours qui lui vaut d’avoir déjà été édité (Lansman, Théâtrales) primé (Journées de Lyon des Auteurs de Théâtre, Prix Jamais Lu) ou diffusé (France Culture) et créé (Cie Le Désorde des Choses, Julia Vidit). Il vient de recevoir l’aide à la création d’ARTCENA pour Une Commune (Retourner l'effondrement tentative 1), texte en partie écrit à la Chartreuse et paru chez Théâtrales.

Une commande de la Chartreuse-CNES, avec le soutien de la Drac Occitanie."

Inscription à la librairie au 04 66 50 27 44

L'Hôtel-Dieu de Pont-St-Esprit…

L'Hôtel-Dieu de Pont-St-Esprit…

Voir les commentaires

RAPPEL : samedi 22 avril Sant Jordi ! fête des librairies indépendantes - cadeaux et RDV au programme !

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Samedi 22 avril Le Chant de la terre fête avec vous la Sant Jordi !!

Des cadeaux attendent les clients de la librairie toute cette journée et deux événements vous sont proposés, à 17 h et à 20h30.

Voir tous les détails ici La Sant Jordi

Nous comptons sur votre présence !

Voir les commentaires

Rappel : lecture et musique vendredi 14 avril

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Voir les commentaires

"Des lettres et des mots" - lecture et musique

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Voir les commentaires

22 avril fête de la Sant Jordi au Chant de la terre !

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Samedi 22 avril : Sant Jordi !

Des roses, des livres, deux rendez-vous

17 h - Bernard Zitzermann lit Jean Tardieu : "Les Tours de Trébizonde" - à propos de la fresque de Pisanello sur St Georges terrassant le dragon… (légende à l’origine de la San Jordi) - Entrée libre.

20h30 - « Madame la vie » - lecture-spectacle poétique et musicale / textes, Frédérick Gambin / clavier et chant, Françoise Carret. Entrée au chapeau.

Détails ci-dessous 

17 h - Bernard Zitzermann* lit Jean Tardieu : 

"En 1983 Jean Tardieu voit par sa fenêtre les tours du quartier Italie.
Et il glisse de la contemplation de ce paysage parisien vers "l'imagerie ensorcelée, évoquant la légende de saint Georges et de la princesse de Trébizonde telle que l'a conçue Pisanello à Vérone, pour l'église Sant'Anastasia.
La lecture de ce court texte s'impose en ce jour de San Jorge." Bernard Zitzermann

Les tours de Trébizonde et autres textes - Gallimard

« Ce petit livre, constitué de quatre nouvelles (ou poèmes?) symboliques, mérite de figurer au premier rang des bibliothèques, auprès de Nerval ou de Borges. On ne sait trop ce qu’il a de plus admirable : la splendide énergie de ses phrases labyrinthiques, enveloppantes comme des phrases de rêve, ou l’éclat d’une imagination jamais à court de formes imprévues et inquiétantes, ou encore une réflexion sur l’envers et l’endroit, le possible et l’impossible, le clair et le sombre, dont l’identité s’affirme tout naturellement. “Ce qui est contradictoire devient le même”, dit Jean Tardieu dont les monstres mentaux recèlent des secrets de faste, d’humour et d’énormité. »  Lionel Ray.

A propos de Jean Tardieu

Grand prix de Poésie de la Ville de Paris (1981) / Prix de la Langue de France (1986) / Prix de la Société des Gens de Lettres (1983)

Né à Saint-Germain-de-Joux (Ain) le 1er novembre 1903, Jean Tardieu fait ses études à Paris. Il devient rédacteur aux Musées Nationaux, puis chez Hachette jusqu'en 1939. Après la guerre il entre à la Radiodiffusion française. Traducteur de Goethe et de Hölderlin, il a reçu le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres en 1986. Il meurt le 27 janvier 1995 à Créteil.

*Bernard Zitzermann est chef opérateur, sa filmographie est impressionnante. Il nous a offert dernièrement à la librairie, une magnifique soirée Pérec, avec film et lectures.

 

20h30 - « Madame la vie » - lecture-spectacle musicale - textes, Frédérick Gambin / clavier et chant, Françoise Carret

La poésie passe par nos corps. Le poème sort de ses pages.

C’est pourquoi, plus que de « lecture », il s’agit de mettre en avant la dimension orale du Dire poétique. Ainsi, le souffle, le rythme, le chant, participent pleinement de cette présentation originale des poèmes de Frédérick Gambin, accompagné au piano par Françoise Carret.

Les thèmes de la guerre, l’amour, le père, revisités, seront-là en hommage à

« Madame la vie » !

Frédérick Gambin anime régulièrement des ateliers d'écriture poétique à la librairie le Chant de la terre.

Pourquoi une fête de la librairie pour la St Georges (Sant ou San Jordi)

 

 

San Jordi - Saint Georges - est connu notamment à travers La Légende dorée
de Jacques de Voragine, pour avoir terrassé un dragon. Une légende raconte que du sang du dragon jaillit un rosier, une autre que la princesse sauvée des griffes du dragon offrit en remerciement à Saint Georges… un livre.
Célébré aujourd'hui dans près de quatre-vingts pays, San Jordi faisait au Moyen-Âge l'objet de joutes chevaleresques en Catalogne lors desquelles les dames se voyaient offrir des roses.

En 1926, la Chambre des Libraires de Barcelone désignait le 23 avril comme Jour du Livre. Cette date est également la date anniversaire de la mort de Cervantes, de Shakespeare et de l'Inca Garcilaso de la Vega tous les trois disparus, le même jour de la même année, en 1616. Sous le régime de Franco, c'était la seule manifestation où écrivains et intellectuels pouvaient défendre leur liberté d'expression avec un livre et une rose.

Il y a à peine quelques années, le 15 novembre 1995, l'UNESCO proclamait le 23 avril, Jour du livre et du droit d'auteur, contribuant ainsi à la promotion de la lecture, de l'industrie éditoriale et de la protection de la propriété intellectuelle.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 > >>