Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #expositions tag

Exposition d'octobre : Catherine Choffat

Publié le par Les amis du Chant de la terre

EXPOSITION

DU 3 AU 31 OCTOBRE

CATHERINE CHOFFAT

VERNISSAGE

VENDREDI 6 OCTOBRE

à 18H

entrée libre

 

" Depuis une quinzaine d’années, la peinture occupe une place importante dans mes activités . Je découvre avec un émerveillement toujours renouvelé, la féérie des couleurs et les effets magiques qu’elles suscitent une fois mises en relation les unes avec les autres. Et si pour contenir un peu mon exubérance, j’essaie de limiter ma palette,  c’est plus fort que moi, je me retrouve devant une explosion de couleurs que je n’avais pas prévue. C’est comme ça !
Autodidacte, je ne me réclame d’aucune école, ni technique particulière mais privilégie actuellement la peinture à l’huile. J’ai beaucoup d’admiration pour les techniques anciennes, et dans la mesure du possible je prépare mes supports selon les recettes classiques. Je nourris mon inspiration au travers du quotidien et plutôt que de reproduire une vision du réel, j’essaie de traduire mon ressenti avec l’espoir de susciter un écho ou une résonance auprès ceux qui passent devant mes tableaux.
Pour cette seconde exposition à la Librairie du Chant de la Terre, je présente un ensemble de toiles abstraites, certaines de grand format. Portant un regard sur ma vie, j’ai cherché à traduire les multiples imbrications qui peuvent façonner le cours de l’existence, à la recherche d’une ligne directrice, d’une verticale. "

 Catherine Choffat
 Catherine Choffat

Catherine Choffat

Voir les commentaires

SEPTEMBRE EXPOSITION JACQUES DIEZI

Publié le par Les amis du Chant de la terre

 

EXPOSITION

DU 1er AU 30 SEPT.

JACQUES DIEZI

GRAVURES

Vernissage

vendredi 1er sept.

à partir de 18h

entrée libre

 

 

 

 

"Si l’intérêt, la passion pour la gravure sont anciens chez moi, le passage à la pratique est arrivé bien tardivement. Après une activité professionnelle consacrée à l’enseignement et la recherche universitaires au sein d’une faculté de médecine en Suisse, et sans autre formation particulière dans l’exercice artistique, j’ai progressivement appris et pratiqué, depuis près de dix ans, la plupart des techniques de gravure, au sein de l’atelier Aquaforte dirigé par Monique Lazega à Lausanne. Amateur donc, mais au sens étymologique le plus ancien certainement !

Les gravures de cette exposition ont des sources d’inspiration et des prétextes divers : paysages imaginaires ou entrevus, rencontre, complémentarité et dialogue de plusieurs techniques (eau-forte, aquatinte, manière noire, pointe sèche,…), et jeu des plaques de cuivre (découpage) et du papier (gaufrage). Quelques images constituent des gravures d’interprétation inspirées par les héliogravures de Fred Boissonnas, datant de 1912 et illustrant l’ouvrage de Victor Bérard « Dans le sillage d’Ulysse », publié chez Armand Colin en 1933. Une manière de rappeler que réaliser ou contempler des gravures, c’est aussi voyager dans son imaginaire."

Jacques Diezi

Gravures Jacques Diezi
Gravures Jacques Diezi
Gravures Jacques Diezi

Gravures Jacques Diezi

Voir les commentaires

Invitation vernissage exposition Abraham Hadad

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Invitation vernissage exposition Abraham Hadad

Voir les commentaires

Août 2017 - Exposition Abraham Hadad

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Exposition

du 2 au 30 août

Abraham Hadad 

Encres de Chine

 

Vernissage

vendredi 11 août à 18h

entrée libre

 

 

 

 


Abraham Hadad vit et travaille à Paris et dans le Gard.
Né en 1937 à Bagdad, c'est en 1951 qu'il arrive en Israël où, de 1956 à 1960, il fait ses études à l’institut Avni de Tel-Aviv. Des études qu'il poursuivra à Paris de 1965 à 1970, à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.
En 1972, il reçoit le 1er Prix de peinture de Vitry, en 1973 le 2e Prix d’art graphique du musée de Tel-Aviv. De 1977 à 2002, il enseigne à l’Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts.
En 1990, la Fondation Kikoïne lui remet le Prix Amédée Maratier.

Présentation de l'artiste (extraits du Catalogue du Musée de Tessé au Mans)
François Arné, Directeur des musées du Mans, nous parle du peintre : “ Abandon de l’abstraction, dit-on d’Hadad. Arrivé dans les années 60 à Paris, il découvre dans les musées “ les grands peintres de la figure humaine ” selon ses propres termes. Dès lors, il s’attache à représenter des personnages, ou plutôt à peindre l’homme, essayant de révéler la nature humaine dans ce qu’elle a de caché et de mystérieux. »

« Les modèles d’Abraham Hadad rêvent, les yeux grands ouverts. Ils se laissent regarder, aussi surpris que nous le sommes de ce face à face étrange qui ne nous livrera rien de leur vie. Ils posent, muets et béats, entre innocence et conscience.
Dans un parcours métaphorique, la peinture d’Hadad reste ouverte à toutes les interprétations et suscite les émotions les plus contradictoires. Notre trouble est identique à celui de ses personnages, habillés ou nus, isolés, en couple, en famille, parents et enfants, aïeuls, parfois rejoints par un petit animal de compagnie.
Hadad peint la peau des choses, et des êtres. Il nous les rend sensibles, palpables et discernables.
Là est son expression, directement identifiable, garante de son langage. 
Lorsqu’il ne peint pas, il laisse errer la ligne, souple, ductile comme une liane, mais incongrue dans son parcours fantasque pour raconter des histoires qu’il nous propose de poursuivre. Son aventure graphique menée à l’encre de Chine appartient au même ordre harmonique que sa peinture.
La nécessité d’inventer des formes, de repenser le corps humain est pour lui un impératif absolu.
Le dessin ne permet pas de tricher. Ses personnages sont là, surgis en quelques traits. Avant de dessiner, Hadad guette l’élan qui précède, aussi imprévisible que préparé par la levée du geste. La ligne est écrite, comme au sens d’une langue écrite. Rapide, aiguë, souple, cursive, elle est tracée avec un évident plaisir de désirer. »

Lydia Harambourg
Historienne, critique d’art
Membre correspondant de l’Académie des Beaux-Arts


Collections publiques
Fonds National d’Art contemporain
Paris, musée d’art moderne de la ville de Paris
Paris, Bibliothèque nationale de France
Fonds départemental d’Art contemporain de Seine-Saint-Denis
Musée de Dunkerque
Jérusalem, musée d’Israël
Tel-Aviv, musée de Tel-Aviv
Haïfa, musée d’Haïfa
Taïwan, Taïwan Museum of Art
Prague, Galerie nationale
Tokyo, Machida City Museum of Graphic Arts
Très nombreuses participations à des expositions particulières ou collectives en France et à l'étranger.

Voir les commentaires

Exposition de juillet : Catherine Addor Confino

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Exposition

du 4 au 31 juillet

"Himalaya

le temps des filles"

Catherine Addor-Confino

vernissage

vendredi 7 juillet 18h

entrée libre

 

Himalaya. Le temps des filles par Catherine Addor-Confino

C'est un film, un livre, une exposition. Collection OPUS.

Le film nous l'avions projeté dans le cadre du Festival Femmes du Monde en 2016. Le livre accompagné du DVD du film est en vente depuis au Chant de la terre.

C'est donc l'exposition qui vous est proposée en juillet. Une série d’estampes numériques qui reproduisent les oeuvres du livre. 

« Depuis 17 ans, je côtoie des femmes du Kumaon, cette région indienne de l’Himalaya, où l’Inde, le Népal et le Tibet se rejoignent. Dans l’immensité de leurs cultures en terrasse, dans la modestie des ateliers artisanaux, dans l’intimité des cuisines de terre rouge, j’ai tourné un documentaire. Ce livre offre les portraits de trente-deux femmes ou jeunes filles qui vivent sur ces terres où j’ai filmé durant cinq années. J’ai écouté leurs confidences. J’ai noté leurs paroles les plus singulières. J’ai peint ou dessiné leurs visages. J’ai imaginé quel pouvait être leur paysage intérieur au moment où elles me parlaient. Ces instants de vie entrent en résonance avec ceux de ma vie de femme occidentale. Malgré l’éloignement, ils m’apparaissent universels. La sagesse des aînées me guide, la pugnacité des plus jeunes me rappelle nos combats féminins du siècle dernier. J’ai soixante et onze ans : à quelques décennies d’intervalle, nos histoires se rejoignent. Ces dernières années, la prise de conscience féminine himalayenne s’est accélérée. Demain ne sera plus pareil. »

L’auteure

Née dans le Jura Suisse, Catherine Addor-Confino est architecte et scénographe. Elle a vécu et travaillé à Zurich, New-York et Paris. Depuis 1998, elle partage sa vie entre Lussan dans le Gard et Kausani dans l’Himalaya.

 

Himalaya le temps des filles - Catherine Addor-Confino
Himalaya le temps des filles - Catherine Addor-Confino
Himalaya le temps des filles - Catherine Addor-Confino
Himalaya le temps des filles - Catherine Addor-Confino

Himalaya le temps des filles - Catherine Addor-Confino

Voir les commentaires

Juin : exposition Annick Audierne

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Du 1er au 30 juin

Exposition

Annick Audierne

vernissage

vendredi 2 juin à 18h

entrée libre

 

 

 

 

 

 

Que nous dit-elle de son travail ?

" La façon de traiter l’aquarelle, de façon non conventionnelle en y ajoutant le brou de noix, essaie de traduire la trace de lumière, ou d’ombre qui peut donner l’atmosphère, ou le sentiment recherché.

Les repentirs, ne sont pas de mises en travaillant ces médiums sur petits formats, mais le jeu de l’eau et de la couleur procurent une réelle jubilation malgré la difficulté de cette pratique.
Les personnages des saynètes ont leur histoire mais la vie leur est donnée par le regard du spectateur.
Voilà pourquoi je ne donne pas, ou peu de titre.
Le spectateur entre dans le lieu et l’atmosphère évoqués, s’il le souhaite, et y faire son chemin et sa propre interprétation.
Un professeur des Ateliers des Beaux arts de Paris nous demandait de "peindre du sentiment”.
J’espère continuer longtemps cette recherche, c’est un plaisir que j’aime partager avec le regard des spectateurs. "
 
Annick Audierne vit et travaille en région parisienne et dans le Gard.
Une vie professionnelle riche, et variée lui fait parcourir le monde et développer son imaginaire.
 
La passion du dessin, s’est révélée très tôt et le besoin de fréquenter des Ateliers des Beaux de Paris s’impose. Elle travaille pendant plusieurs années dans différents ateliers.
Elle est membre de l’A.I.A.P. UNESCO Association Internationale des Arts Plastiques auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science, et la culture UNESCO.
 
Sa formation :
ABA Ateliers des beaux arts de la ville de Paris de 2008 à 2015.
Atelier Rémi Aron, Catherine Cocatrix, Mada.
Etude du dessin, peinture, et gravure.
Suivi d’autres ateliers formateurs :
Aquarelle à l’ADAC de Paris.
Peinture chinoise au CAPA et centre Calligraphis, atelier Inès Igelnick à Paris.
Actuellement :
Etude du modèle vivant à Caderousse, chez le peintre Ross Heward, en compagnie d’autres peintres de la région gardoise.
Monotypes chez Michelle Boucard, graveuse à Paris.
Peinture atelier Bruno Gadenne au Capa.
 
Par ailleurs Annick Audierne a participé durant quelques années, à l’animation de l’atelier de dessin d’un centre psychothérapique de la Fondation des Etudiants de France à Paris.
 
Expositions Personnelles :
2017 : Aquarelles. Petite Galerie, rue de seine 75006 Paris
2017 : Dessins. Petite Galerie, rue de seine 75006 Paris
2015 : Aquarelles. Galerie Peinture Fraîche, rue de bourgogne 75007 Paris
2015 : Petite Galerie, rue de seine 75006 Paris
2014 : Librairie du Chant de la terre Pont St Esprit, Gard.
2014 : Petite Galerie, rue de seine, 75006 Paris
2013 : Château de Gaujac, Gard.
1990 : Aquarelles au Château du Gazon. Orne
1987 : Galerie Telford, 75017 Paris.
 
Expositions Collectives :
2016 : Galerie Peinture Fraîche, Petits Formats.75007 Paris.
2016 : Galerie Lehalle, « 60 artistes 60 ans » 75007 Paris.
2016 : « Les mordus du dessin ». Bagnols sur Cèze Gard.
2016 : Salon de l’Aquarelle, Mejannes le Clap, Gard.
2015 : Ca’Zanardi, Venise. Italie.
2015 : Galerie Peinture Fraîche, Petits Formats.75007 Paris
2014 : Exposition Cent titre, Petite Galerie, 75006 Paris.
2014 : Festival d’art contemporain, Tresques. Gard
2011 : Marché de peintres à l’Isle sur Sorgues. Vaucluse.
1995 : Exposition familiale « autour du peintre Charles Audierne » St Emilion, Gironde.
1989 : Exposition « l’Eventail à tous vents » au Louvre des antiquaires à Paris.
1990 : Exposition d’aquarelles au Château du Gazon, Orne.
1989 : Exposition au Château Fayan, Gironde.
1988 : Salon de peinture de Deauville. Calvados.
1988 : Galerie Marie Louise et Passe Partout à 75016 Paris.
1989 : Galerie Millot à Caen.
 
Autres :
2013 : Illustrations du texte « TGV aller - retour » de Jean-Paul Persigout.

Voir les commentaires

Finissage d'exposition avec Jean-Noël Criton samedi !!

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Samedi 29 avril se termine la très belle exposition "Curiosités de papier" : Jean-Noël Criton sera à la librairie à partir de 10h pour un décrochage vers 16h. Profitez de sa présence pour venir à sa rencontre, faire un dernier tour de l'exposition avec lui, lui poser mille questions, connaître ses projets… Il vous attend !!

 

Voir les commentaires

Exposition du mois de mai : Renée Bossaert

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Exposition

du 2 au 31 mai

Renée Bossaert 

Collages

vernissage

vendredi 5 mai

à 18h

entrée libre

 

 

 

 

On ne pourra bien dessiner le simple qu'après une étude approfondie du complexe : Le nouvel esprit scientifique - G. Bachelard

"Renée Bossaert commence la sculpture en 1967, aux Beaux-Arts de Lille. Elle a alors vingt ans et offre une place particulière aux collages et assemblages de toutes sortes.

C'est l'union entre deux, cinq ou dix éléments et la naissance d'un volume le plus étrange, le plus affreux possible qui intéresse (et qui amuse) l'artiste ! Nous sommes alors en 68...

Très vite, la recherche du volume l'amène à la mise en espace de la sculpture. Ce n'est plus le bonheur "simple" de réaliser un volume qui existe pour lui-même mais celui de le faire exister dans un autre volume plus grand et tout aussi complexe : l'architecture. C'est l'époque des bas-reliefs monumentaux et des projets 1%. Renée Bossaert entretiendra toujours ce lien puissant entre l’œuvre et son espace.

Les années 80-90 marquent la recherche d'une extension. Celui du point d'assemblage entre les différents plans ; ils s'encastrent, se confondent, se répondent, s'exhibent (ou "s'annulent") et se prêtent vie l'un pour l'autre. Un point d'union qui pourrait presque symboliser ce moment particulier où tout s'emboite... cet instant où le désordre plonge dans l'univers merveilleux du juste et de l'équilibre… C'est alors pour Renée Bossaert une période marquée par des escaliers en bas-reliefs, des ponts etc, bref ces volumes qui font lien entre deux espaces séparés, comme celui de réunir deux berges, deux mondes qui coexistent et s'ignorent.

La grande force de l'artiste est peut-être là : réunir des pôles qui s'ignorent

Été 2013, dans la fraicheur de son atelier, dans le coton lourd et paresseux des étés trop chauds, un déclic s'est produit. L'artiste alors en retrait, dont on s'habituait petit à petit à une présence discrète, a fait éclore, ex abrupto, le début d'une longue série. Le lion veillait et n'était point mort.

La technique est on ne peut plus simple : "je découpe, je compose, j'ajuste, j'équilibre, je fixe et une proposition d'espace, sorte de bas-relief sur papier, demeure..."

Effet coup de poing pour certains, papillon pour d'autres (les jaunes, les roses), qu'importe ! L'œuvre existe, puissante et maîtrisée.

La librairie Le chant de la Terre à Pont Saint-Esprit présente du 2 mai au 31 mai un ensemble unique de collages de l'artiste.

Renée Bossaert a enseigné à l'ENSAD Paris pendant plus de trente ans. Sans cesse, elle a renouvelé son enseignement, passant par à peu près toutes les pratiques de la sculpture. Demeurée quelques années comme plongée dans une observation silencieuse, gardée, digérée, avalée, elle nous offre 40 année d'un œil exercé, affuté, libéré."

Corneille de Lyon.

 

Voir les commentaires

Exposition Jean-Noël Criton en avril

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Exposition Jean-Noël Criton en avril

Exposition du 4 au 28 avril

Curiosités en papier

Jean-Noël Criton

Jean-Noël Criton illustrateur et réalisateur de courts métrages en animation papier présente une exposition de dioramas en papier ( décors miniatures ) et de livres objets. Sur le thème de la musique, du cabaret, et des grands maîtres de la peinture.

Dessin noir et blanc sur papier recyclé, découpé minutieusement et éclairé par des leds.


 

Exposition Jean-Noël Criton en avril

Voir les commentaires

Jeudi 16 mars 20h30 : une rencontre et un vernissage

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Rencontre-lecture avec Joël Bastard puis vernissage de l'exposition Patrick Devreux.

en savoir plus : ici

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>