Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #expositions tag

Octobre : Exposition Michel Montigné

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Octobre : Exposition Michel Montigné

Exposition du 1er au 31 octobre

 

Michel Montigné

"Sur les traces de…"

Peintures

Vernissage vendredi 2 octobre à 18h

Entrée libre - rens. 04 66 50 27 44

 

Michel Montigné autodidacte s’est perfectionné dans de multiples stages et rencontres avec plusieurs peintres de talent. Principalement aquarelliste et auteur de nombreux carnets de voyage, réputé dans ces deux spécialités, il est présent dans divers musées français et étrangers et bien sûr dans des collections privées et publiques dans plus de vingt pays à travers le monde. Il a d’ailleurs joué un rôle important dans la création et la présidence de plusieurs sociétés d’artistes : Antenne France de l’Institut Européen de l’Aquarelle, Société Française de l’Aquarelle et Association des Peintres de l’Armée. Il a été, à de nombreuses reprises, l’aquarelliste français invité des congrès européens d’aquarelle en Italie, Espagne et Irlande. De nombreuses revues d’art ont fait connaître son travail. Sa peinture est aussi le témoignage et l’approfondissement d’une vie d’homme au parcours original qui l’a amené des études scientifiques d’Ingénieur des Ponts et Chaussées, à l’Armée où il a exercé d’importantes responsabilités, puis à la profession de peintre. Son gout pour la recherche, la remise en cause perpétuelle et les prises de risque s’épanouit de façon particulièrement féconde dans l’aquarelle.

C'est sur les traces de Cézanne autour de la Sainte Victoire et sur celles de Stevenson, entre le Puy en Velay et Saint-Jean-du-Gard qu'il vous invite…

Le site de Michel Montigné http://www.michelmontigne.fr/

Octobre : Exposition Michel Montigné
Octobre : Exposition Michel Montigné
Octobre : Exposition Michel Montigné

Voir les commentaires

Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet

Du 2 au 30 septembre 2015

Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet

"Crouk en Vrac"

peintures et monotypes

Vernissage vendredi 4 septembre à 18h

Entrée libre.

 

"Lors de cette exposition chez André Zaradzki, vous pourrez découvrir un choix de mes productions récentes : peintures sur toiles, bois et papiers, dont quelques monotypes acryliques.

L’univers auquel je donne vie est toujours plus ou moins peuplé de personnages, parfois même d’animaux, et ce, bien malgré moi, car mon goût personnel, lorsque je vais admirer le travail des autres, me porte plutôt vers des compositions abstraites.

Mais depuis ces dernières années, je me suis accoutumée à ce paradoxe, et laisse émerger ce joyeux bazar en toute liberté, sans états d’âme.

En permanence au four et au moulin, jonglant entre mes activités musique, pédagogie, confitures, écriture de textes courts, tricotage de chapeaux bizarres, et théâtre de rue, Je suis ainsi, multiple, gourmande et éparpillée, pathologie chronique assumée et revendiquée et l’âge ne fait rien à l’affaire !

Mon double imaginaire, Croukougnouche, m’est d’un grand secours pour organiser ce fouillis permanent, ce dont je la remercie profondément. Bienvenue donc dans ma collection d’images en couleurs et en noir et blanc.

Je suis persuadée que vous saurez y trouver votre bonheur, car l’enfant en chacun de nous n’est jamais très loin…"

Agnès Balaÿ-Mottelet

St Montan, 23/08/2015

Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet
Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet
Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet
Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet
Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet
Septembre : Exposition Agnès Balaÿ-Mottelet

Voir les commentaires

En août à la librairie : Exposition SIMBLISS

Publié le par Les amis du Chant de la terre

En août à la librairie : Exposition SIMBLISS

Exposition du 1er au 31 août - SimBLiSs

Vernissage vendredi 7 août à partir de 18h

Entrée libre - rens. 04 66 50 27 44

 

 « La peinture est une forme d’abandon ; un moment unique de méditation, peut-être parfois même une pompeuse démonstration de l’égo du peintre. 

Peindre est pour moi un besoin vital, un mode d’expression. Là où me manquent les mots, la peinture les remplace. Devant la feuille blanche je dépose mes fardeaux. Le pinceau à la main, je reprends mon bâton de pèlerin et la route pour un nouveau voyage au coeur des profondeurs abyssales de mon « moi ». Ce « moi » qui évolue au grès des tempêtes de mon coeur. Ainsi dans le chaos de mon âme, je cherche à extirper les souffrances qui me hantent – aussi minimes peuvent-elles paraître aux yeux du commun des mortels. J’essaie de vomir ce mal-être qui me ronge. Face à la feuille blanche, les démons qui rodent n’ont qu’à bien se tenir… » SimBliSs 

 

 AUX ORIGINES…

« Née à Bagnols sur Cèze en 1985, j’ai eu la chance dès mon plus jeune âge d’être initiée à l’art du dessin. C’est ainsi que j’ai couvert des feuilles et des feuilles de reproduction de mes héros de bande dessinée. Ainsi sous mon crayon, pendant toute mon enfance, je m’amusais à faire renaître Tintin, Astérix et son ami Obélix, Gaston Lagaff’, ou encore Lucky Luke… Ces personnages n’appartenaient plus alors à leurs auteurs mais sous ma mine devenaient ma possession, mon graal. Autant dire que, je me voyais déjà remplacer au pied levé MM UDERZO ou FRANQUIN, et ce pour conquérir le monde avec de nouvelles aventures. 

Ce qu’on ne sait pas à cet âge – où tous les rêves sont encore permis – c’est que les choses ne se passent pas toujours comme nous le voudrions. Et les crayons sont restés figés sur le coin d’une table pendant quelques années durant, ne sortant qu’à l’occasion pour participer à crobarder une petite idée venue chatouiller mon esprit endormi… Mais si l’art du dessin s’est éloigné un temps, les rêves eux sont restés intacts ! 

C’est ainsi qu’après avoir traversé le désert créatif, après avoir délaissé mon compagnon d’enfance, le dessin, au profit de mes études scientifiques, j’ai dans les années 2000 repris le chemin du graphite, ou plutôt de la création graphique, assistée d’un nouveau jouet – une tablette graphique – et de mon ordinateur. 

Sous le pseudonyme de SimBliSs, pseudonyme que je dois, bien entendu, aux humeurs de mon cœur, j’ai ouvert un blog d’illustration et ai ainsi pu moquer les détracteurs du mariage pour tous en 2012. J’eus ainsi l’honneur de publier un de mes dessins dans le Midi Libre et de participer un temps à l’aventure parisienne du célèbre blog Paris ZigZag (Blog du Paris insolite). Grâce à cette aventure, j’eus l’immense surprise de voir un de mes dessins trôner derrière Ali Baddou dans « la nouvelle édition de Canal ». 

C’est cependant vers 2013, en pleine crise professionnelle et, une fois n’est pas coutume, en plein ouragan sentimental, que j’ai affirmé mon style artistique, en rencontrant et participant aux ateliers du maître Luciano Sbaïz. En observant son travail et sa technique, est née en moi une nouvelle volonté, celle du détail, du symbole, de l’illustration à l’anglaise façon Arthur Rackham ou encore Aubrey Beardsley. J’ai fait la connaissance avec la technique aquarelle, nous nous sommes apprivoisées mutuellement. Moi qui croyais ne pas être une bonne coloriste, et pensant devoir me contenter de mes crayons, et elle qui me prouve chaque jour un peu plus que je suis capable de voir non plus seulement en noir et blanc mais en couleurs. Elle qui me chuchote, à chaque fois, que la vie est ce que je me refuse de voir. Qu’une souffrance, ou un désastre, que le chaos lui-même est une explosion de couleur, vers l’attente d’un mieux et du positif. Toujours dans cette évolution Je suis allée à la rencontre de grands tel que Klimt, Gustave Moreau-ce fut la plus belle des révélations pour moi-le Pérugin et tant d’autres… » 

L’EXPOSITION 

Aujourd’hui, je vous propose cette exposition, après que mon coeur est affronté une nouvelle mousson, et que mon esprit se soit « peuplé d’une armée d’infâmes araignées »- comme le dit si bien mon poète favori Baudelaire. 

C’est ainsi que pour cette exposition, j’ai décidé de quitter les sentiers de l’illustration et de rejoindre ceux de l’abstraction, non sans difficulté. De recherches en recherches, d’études en études, j’ai fait d’autres fabuleuses rencontres comme celle avec Kandinsky. Mais comme on ne peut chasser ses premiers désirs et ses premiers amours, je n’ai pu m’empêcher d’associer l’abstraction à l’illustration, et mes créations à mon coeur blessé. Je dédie donc, en toute logique cette exposition aux fossoyeurs de coeur sans qui le chaos créateur bouillonnant au fond de moi ne saurait-être possible. 

Vous l’aurez compris, cette exposition reste encore un voyage initiatique au plus profond de mon être torturé, marqué par le sceau de mon coeur mis à nu et trop souvent piétiné. » 

En août à la librairie : Exposition SIMBLISS
En août à la librairie : Exposition SIMBLISS
En août à la librairie : Exposition SIMBLISS
En août à la librairie : Exposition SIMBLISS
En août à la librairie : Exposition SIMBLISS
En août à la librairie : Exposition SIMBLISS

Voir les commentaires

Exposition Annick Audierne en juillet

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Exposition Annick Audierne en juillet

Exposition du 1er au 31 juillet

Annick Audierne   " Couleurs et Eau "

Vernissage vendredi 3 juillet à partir de 18h

Entrée libre - rens. 04 66 50 27 44

 

Présentation

Il n’est meilleure manière d’entrer au cœur d’une œuvre d’artiste que d’avoir le privilège de passer quelques heures en son atelier. Celui d’Annick Audierne, dans le Gard, ressemble à un cabinet d’estampes, minuscule et regorgeant de croquis et d’aquarelles, de cartons à dessin entrebâillés, de cadres en attente, de carnets de croquis et de livres. C’est l’antre estival d’une boulimique de travail, d’une passionnée explorant tous azimuts le riche univers des techniques graphiques.

Une fréquentation soutenue des ateliers de modèle vivant a d’évidence contribué à ce qu’elle affiche de maîtrise dans la spontanéité. Parce que l’exercise de résoudre, dans un temps limité, des difficultés telles que composition, volumes, lumière, sa pratique lui confère une justesse et une liberté dans les travaux aux antipodes de la discipline.  Martine Bergé (2014)

Biographie

Une vie professionnelle riche et variée lui fait parcourir le monde et développer son imaginaire. La passion du dessin s’est révélée très tôt et le besoin de fréquenter les ateliers des beaux arts de Paris s’impose. Elle fréquente les ateliers de Rémi Aron, de Didier Piketty pendant de nombreuses années. Son expression artistique s’enrichit de nombreuses techniques: aquarelle, peinture à l’huile, gravure, monotype.

Elle partage sa vie entre la région parisienne et le Gard.

Est membre de l’AIAP  UNESCO, association internationale des arts plastiques auprès de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science, et la culture.

Expositions personnelles :

2015    Petite Galerie rue de Seine.  75006 Paris.

2014    Librairie « le chant de la terre » Pont-St-Esprit. Gard.

2013    Château de Gaujac. Gard.

1990    Château du Gazon. Orne.

1989    Galerie Millot.  Caen Calvados.

1989    Galerie Marie Louise et passe partout. 75016 Paris.

1989    Galerie Telford. 75017 Paris.

1989    Château Fayan. Gironde

1988    Galerie Telford. 75017  Paris.

1987    Galerie Telford. 75017 Paris.

Expositions collectives :

2015  Ca’ Zanardi 30121 Venezia

2015  « 12 artistes et leurs dessins » Petite Galerie 75006 Paris

2014   « cent titre » Petite Galerie 75006 Paris

2014    Festival Tresques Contemporain. Gard.

2011     Isle sur Orgues. Vaucluse

2009    Isle sur Orgues. Vaucluse

1995    Exposition familiale « autour du peintre Charles Audierne »
st-Emilion Gironde

1989    « L’éventail à tous vents » Louvre des antiquaires. Paris

1988     Salon de peinture de Deauville. Calvados

 
Annick Audierne
Annick Audierne
Annick Audierne
Annick Audierne
Annick Audierne

Annick Audierne

Voir les commentaires

Les livres d'artiste de Patrick Devreux

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Estampe de Patrick Devreux
Estampe de Patrick Devreux

RAPPEL : soirée du 13 février à 20h30 :

Patrick Devreux propose de faire une présentation de ses livres d’artiste aussi bien du point de vue des techniques de l’estampe, lithographie, gravure, héliogravure (mais aussi livres peints), que du point de vue de la relation qui peut exister entre artiste/auteur/éditeur.

Comment se conçoit un livre d’artiste, sa place dans l’art contemporain et dans l’édition en général ?

La différence qu’on peut faire entre : livres d’artistes et livres illustrés.

(Entrée libre)

Voir les commentaires

LES EXPOSITIONS DE L'ETE

Publié le par Les amis du Chant de la terre

GHOUAR en juillet et ORCAJADA en août.  Toutes les expositions sont en entrée libre aux jours et heures d'ouverture de la librairie   9h - 12h / 14h30 - 19h - (fermeture dimanche, lundi et jours fériés)GHOUAR en juillet et ORCAJADA en août.  Toutes les expositions sont en entrée libre aux jours et heures d'ouverture de la librairie   9h - 12h / 14h30 - 19h - (fermeture dimanche, lundi et jours fériés)

GHOUAR en juillet et ORCAJADA en août. Toutes les expositions sont en entrée libre aux jours et heures d'ouverture de la librairie 9h - 12h / 14h30 - 19h - (fermeture dimanche, lundi et jours fériés)

LES EXPOSITIONS DE L'ETE

DU 1er AU 30 JUILLET : GHOUAR

VERNISSAGE VENDREDI 4 JUILLET A 18 H

Né en 1967 à Guelma en Algérie, Ghouar a fait ses études aux beaux arts de Constantine où il a obtenu son diplôme ( option peinture) en 1991. Dans le même temps il obtient son certificat national d'enseignement artistique.

Après une quinzaine d'années consacrées à l'enseignement en Algérie et 3 ans de praticien en art thérapie en France, tout cela en parallèle avec ses recherches picturales, Ghouar prend conscience de la nécessité de consacrer la totalité de son temps à la création.
C'est dans cet état d'esprit qu'il aborde le futur, avec une soif nouvelle de liberté et d'espace.

Après une période figurative, puis un passage marqué par des constructions géométriques, la peinture de Ghani Ghouar semble trouver son plein épanouissement dans une abstraction libre. En effet, Ghouar utilise volontiers une trame calligraphique, à peine ébauchée, pour tracer sur ses toiles, des signes insensés, symboles de force et de liberté. La palette est changeante, les plans se superposent, et, bien que chaque détail soit porteur d'une totale liberté apparente, la composition d'ensemble se caractérise toujours par un souci rigoureux de l'harmonie et de l'équilibre.

Oui certainement, Ghouar inscrit son travail dans la lignée des grands peintres de l'abstraction lyrique.

Il est réconfortant de savoir qu'il n'y a pas nécessité, pour un artiste arabe, de rompre avec ses racines culturelles ni de se plier aux dictats d'une culture internationale dominante pour exister pleinement.

Merci à Ghouar, et à tant d'autres artistes aussi, de continuer à faire vivre leur culture, en la faisant évoluer sans jamais la renier......

Texte de Renaud VINCENT . 2013

Voir son site : http://www.ghouar.com/index.htm

LES EXPOSITIONS DE L'ETE

DU 1er AU 31 AOÛT : ORCAJADA - " Telluriques"

VERNISSAGE JEUDI 31 JUILLET A 18 H

Benjamin Orcajada, depuis longtemps, s'adonne à la philosophie et aux arts : Peinture et Sculpture.

De nombreuses galeries ont exposé ses œuvres, dans le Sud de la France mais aussi à Lyon, Paris…

Ses sources d'inspirations picturales sont diverses. Elles convergent toutes vers un thème récurrent qu'il nomme « Les Telluriques ».

Ses paysages s'enracinent dans les états d'une matière géologique originelle d'où émergent formes, structures et couleurs. Elles constituent le spectacle d'une dramaturgie silencieuse où des forces se conjuguent avec des énergies créatrices. Il trouve sa résonance dans la création de tableaux. Par eux, nous accédons à une nouvelle dimension « Espace-Temps » qui leur est spécifique.

Au-delà des lectures figuratives de la peinture c'est à la pure matérialité lumineuse et affective du « pictural » que nous sommes conviés.

Voir les commentaires

Le Printemps des Poètes du 8 au 24 mars

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Le Printemps des Poètes du 8 au 24 mars

« Au cœur des arts »

« Si la poésie a toujours eu un lien étroit et naturel avec les arts premiers que sont le chant, la danse et le théâtre, elle est aussi souvent l'arrière-pays, le moteur secret ou le point d'appui de la création dans les arts plastiques, la photographie, la composition musicale, le court-métrage cinématographique, la vidéo, voire le cirque... Nous souhaitons mettre en avant, à la faveur du 16e Printemps des Poètes, le dialogue constant et fertile entre les poètes et leurs « alliés substantiels ». Ni au-dessus ni à côté, la poésie est au cœur de toute aventure artistique.

Ce 16e Printemps des Poètes sera aussi l'occasion de saluer Max Jacob, dont on célèbrera le 70e anniversaire de la disparition au camp de Drancy. Poète précurseur du dadaïsme et du surréalisme, Max Jacob était aussi peintre et ami des peintres : Modigliani, Matisse, Braque, Juan Gris... Il était le filleul de Pablo Picasso. »

Jean-Pierre Siméon, directeur artistique du Printemps des Poètes

Programme résumé à télécharger ci-dessus et programme détaillé ci-dessous. A diffuser largement !

  • Vendredi 7 mars à 18h : Vernissage de l’exposition «Au cœur des arts»

André Zaradzki accueille pour la 1ère fois des élèves de l’Ecole Supérieure d’Art d’Avignon. Ils sont 7 jeunes artistes qui présenteront leurs œuvres - dont certaines réalisées en commun - sur le thème du Printemps des Poètes : Derhé Margaux, Cortèse Mélissa, Jaffro Sophie, Roche Dorian, Lapeyre Kévin, Delecroix Alexandre, Santi Laurent. Ils travaillent à partir de différentes matières, photos, dessins, et même vidéo… Du 7 au 29 mars. Entrée libre.

Un film de Gabriel Aghion avec Jean-Claude Brialy (son dernier grand rôle) et avec Dominique Blanc, Guillaume Gallienne, Féodor Atkine, Jean-Claude Dreyfus, entre autres… (Durée 86 mn) - Gratuit. Réservation conseillée à la librairie au 04 66 50 27 44.

  • Samedi 8 mars à 9h30 : Petit-déjeuner poétique à la librairie

"L'art est un jeu. Tant pis pour celui qui s'en fait un devoir." Max Jacob.

Lectures de poèmes de Max Jacob et ses amis, accompagnées d'un café, d'un thé et de viennoiseries. Petit moment convivial en toute simplicité. Gratuit.

  • Mercredi 12 mars à 20h à la librairie : «Monsieur Max»

Un film de Gabriel Aghion avec Jean-Claude Brialy (son dernier grand rôle) et avec Dominique Blanc, Guillaume Gallienne, Féodor Atkine, Jean-Claude Dreyfus, entre autres… (Durée 86 mn) - Gratuit. Réservation conseillée à la librairie au 04 66 50 27 44.

Février 1944. Réfugié dans l'abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, le poète Max Jacob y mène une vie quasi monastique. Un jour, la Gestapo pénètre dans le couvent et l'arrête. Quelques jours après, il est conduit au camp d'internement de Drancy. Des milliers de prisonniers y attendent leur déportation vers l'Allemagne. Ami de longue date de Pablo Picasso, et ancien du Bateau-Lavoir, Max Jacob est lié aux grandes fi gures du Paris de l'époque : Jean Cocteau, Jean Marais, Sacha Guitry... Mais tous ces artistes tardent à se mobiliser. Une jeune femme, Alice, que le poète a pris sous son aile lorsqu'elle était enfant, va tenter l'impossible pour le sauver...

Courte biographie de Max Jacob (1876-1944)

Il est une figure marquante du XXe siècle. Sa production ne se borne pas à la poésie mais elle comprend aussi une oeuvre graphique et musicale ainsi que l’une des plus riches correspondances de son temps. Ses amitiés précoces avec les peintres, avec Picasso en particulier qu’il rencontre en 1901, et ses liens privilégiés avec Apollinaire ou Reverdy le placent au coeur des débats esthétiques de l’Esprit nouveau et à l’origine de la poésie moderne.

Dès 1940, la législation antisémite bouleverse sa vie : il subit toutes les mesures de persécution édictées par Vichy et l’occupant contre les Juifs. En juin 1940, la Gestapo traque le « cicérone juif » de la basilique ; en octobre, il est recensé : sa carte de la Légion d’honneur porte, à sa demande, le tampon « JUIF ». En 1941, « Monsieur Max » est interdit de publication : il est spolié de ses droits d’auteur. En 1942, il porte l’étoile jaune. Pendant l’Occupation, il assiste impuissant aux malheurs des siens : spoliation des biens, arrestations, déportations. Retiré à Saint-Benoît-sur-Loire (Loiret) de 1921 à 1928 puis de 1936 à 1944, c’est dans ce village qu’il sera arrêté le 24 février 1944 par la police allemande. Conduit à la prison d’Orléans, transféré le 28 février à Drancy, il meurt d’une congestion pulmonaire le 5 mars 1944 au camp d’internement. En 1960, Max Jacob a été élevé, à titre civil, au rang de « poète mort pour la France. »

(Notice biographique réalisée par L'Association des Amis de Max Jacob)

  • Samedi 15 mars à 20h30 à la librairie : « Le masque du rituel au théâtre », conférence-diaporama de Claude Roche.

(Libre participation au chapeau)

"Le masque n’est pas un phénomène exclusif du théâtre ou du carnaval il remonte aux cérémonies rituelles les plus anciennes. Comment déchiffrer ces vestiges énigmatiques protéiformes. Je me suis basé sur l’observation de la fonction des masques et j’ai remarqué que : - le masque engendrait toujours une certaine peur, - qu’il métamorphosait littéralement celui qui le portait - et qu’il dissimulait parfaitement l'identité de son porteur.

A partir de ces trois constatations j’ai pu comprendre la place du masque dans l’histoire des hommes et son évolution à travers les âges.

Je travaille le masque en tant que sculpteur et praticien du théâtre masqué depuis 1967. Je n'ai trouvé à ce jour aucun ouvrage qui me donnerai une explication globale sur l'utilisation des masques dans le monde. Or c'est l'objet le plus répandu géographiquement et historiquement. Il est le plus souvent abordé sous l'angle ethnologique, esthétique, géographique, ou théâtrale jamais dans une vue d’ensemble. J'ai voulu répondre aux questions de : Pourquoi dans toutes les parties du monde les hommes ont fabriquer des masques ? A quelles fins ? Et qu’en est-il aujourd’hui ?"

Claude Roche, est créateur, facteur de masque et metteur en scène, il pratique le masque depuis 1967. Après un année passée au coté de Peter Schumann au Bread and puppets ( USA) - 1970 - il a fondé et dirigé pendant 20 ans le THEATRE DU BLE NOIR exclusivement dédié au masque, il a ainsi créé plus de 35 spectacles. Le dernier en 2011 à Pékin dans le festival Croisement Franco-chinois. Depuis quelques années il se consacre essentiellement à la formation des comédiens et œuvre partout où il peut au renouveau du masque au théâtre, notamment en Chine depuis 2008.

  • Vendredi 21 mars à 20h : Soirée Quizz musical et poétique au Café des Fleurs - allées Frédéric Mistral à Pont-Saint-Esprit

Pierre Touron organise régulièrement le vendredi des soirées à thème ou des quizz musicaux (où les bonnes réponses sont récompensées par des roses…). Il a, sans hésiter, accepté notre proposition d'un quizz poétique à l'occasion du Printemps des Poètes. Menu unique à 22 € entrée, plat, dessert - sur réservation au Café des Fleurs tél. 04 66 33 85 32.

  • Samedi 22 mars à 17h à la librairie : Carte blanche à un éditeur de poésie, « Les éditions du Petit pois » en présence de leurs auteurs : Nathalie Riera, Stéphan Causse, Arnaud Savoye et Vincent Calvet pour des lectures croisées.

Les Éditions du Petit Pois publient de la poésie contemporaine. Ils mettent l'accent sur la forme singulière de chaque ouvrage qui s'élabore dans une relation aussi étroite que possible avec son auteur. Elles réunissent régulièrement plasticien, photographe, et poète.

« Ce chemin est poursuivi depuis l'origine, avec soin, rigueur et attention, plus artisans que professionnels. Ainsi, pas d'économie du profit, mais l'idée qu'une publication est une expérience humaine ouvrant sur l'avenir, et que chaque livre travaille pour le suivant. Chaque oeuvre est de cette manière unique, élaborée avec patience, pour le plaisir du lecteur - comme du nôtre. »

Les éditions du Petit Pois sont dirigées par Véronique et David Zorzi. Ils les ont créées en 2009 et ne publient que 4 ou 5 recueils de poésies par an. Elles comptent parmi leurs auteurs, Angèle Paoli, Stéphan Causse, Amandine Marembert, Vincent Calvet, Rodica Draghincescu, Nathalie Riera, Arnaud Savoye, et ils travaillent avec Laurent Azelvandre (compositeur et guitariste), Marc Granier (peintre, graveur, typographe), Laurent Aït Benalla (photographe)…

Nous avons donné carte blanche à cet éditeur pour fêter avec eux le Printemps des Poètes, et ils nous font le très beau cadeau d'avoir convié à leurs côtés, pour des lectures croisées, quelques-uns de leurs auteurs : Nathalie Riera, Arnaud Savoye, Stéphan Causse et Vincent Calvet.

Ils nous présenteront également l'ensemble de leurs publications ainsi que des originaux d'illustrations.

  • Un moment exceptionnel à ne pas manquer qui se terminera autour d'un apéritif pour clôturer cette 16e édition du Printemps des Poètes… RDV pour la 17e !

*********

A noter également une exposition proposée par la Bibliothèque Municipale du 8 au 23 mars :

« Coups de théâtre » : « Mais qu'est-ce donc que le théâtre ? Trente siècles de théâtre en occident… » : cette exposition nous permet de retrouver les grandes étapes de cet art de la scène et développe les thématiques de la création contemporaine. Entrée libre.

 

Exposition Au coeur des Arts avec l'Ecole Supérieure d'Art d'Avignon.

Exposition Au coeur des Arts avec l'Ecole Supérieure d'Art d'Avignon.

Max Jacob

Max Jacob

Les masques de Claude RocheLes masques de Claude RocheLes masques de Claude Roche

Les masques de Claude Roche

Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.
Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.
Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.
Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.

Arnaud Savoye - Stéphan Causse - Nathalie Riéra, Vincent Calvet, auteurs aux Editions du Petit Pois.

Voir les commentaires

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN FEVRIER

Publié le par Les amis du Chant de la terre

AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN FEVRIER

Exposition du 6 au 28 février :

"La collection du libraire, dessins et gravures"

rétrospective de plusieurs années d'expositions au Chant de la terre.

Depuis de nombreuses années, André Zaradzki accueille des artistes pour des expositions mensuelles sur les murs de sa librairie, Le Chant de la terre. Dans des genres très variés, dessins, gravures, huiles, collages… elles sont devenues des rendez-vous réguliers et attendus par un public toujours plus nombreux. Créatrices d'étonnements, d'émotions, d'enthousiasmes, d'admirations, parfois d'interrogations, ces expositions nous ont permis de découvrir de nombreux artistes.

Au fil des ans, nombre d'entre eux ont offert une œuvre à leur ami libraire pour le remercier de son accueil, et en ce mois de février, André a choisi de nous présenter plus particulièrement, parmi cette importante collection, les dessins et les gravures, dont certains n'avaient pas été exposés, en quelque sorte des "inédits" ! (1)

Vous retrouverez : Thibeaux, Marie-Noëlle Gonthier, Linda Lemaire, Sophie Ginoux, Hannel, Agathe Avène, Haddad, Esther Marlot, Ghouar, Jacques Diézi, Matild Gros, Clothilde Staës, Evelyn Gerbaud, Touil…

Une jolie façon de faire un retour sur ces dernières années avant de poursuivre le programme de l'année 2014 qui s'annonce lui aussi très prometteur…

Il présentera également 5 ou 6 œuvres d'une artiste qu'il exposera au mois d'octobre, Silvia Cabezas Pizarro. Il s'agit de magnifiques dessins à l'encre dont vous pouvez voir un extrait sur la photo ci-dessus ou mieux, sur son site : http://cabezaspizarro.wix.com/silviacabezaspizarro

(1) - Il est bien évident que s'agissant d'une collection privée, aucune des œuvres exposées n'est à la vente.

Dimanche 23 février à 18 h : Concert Julia Korning, alto, et Alexis Thibaut, piano

Auditorium du Centre Pépin à Pont-Saint-Esprit

Sur une invitation d'André Zaradzki, soutenu par les Amis du Chant de la terre et en collaboration avec le Conservatoire de l'Agglomération du Gard Rhodanien.
Entrées : libre participation au chapeau.

Julia Korning devient une fidèle de Pont-Saint-Esprit où elle s'est déjà produite en plusieurs occasions dans différentes formations, à chaque fois devant un public nombreux et enchanté (concerts à l'auditorium, sur la place de la Borne, à la librairie, mais aussi à la Chapelle de Vénéjan, à Bagnols/Cèze…).

Une nouvelle fois elle nous propose un concert avec un autre musicien, un pianiste qui vient de Belgique, Alexis Thibaut, rencontré au Conservatoire et avec lequel elle se produit en musique de chambre depuis déjà quatre ans. Au programme une première partie avec l’Élégie pour alto & piano op.44 d'Alexandre Glazounov et la Sonate pour alto & piano de Rebecca Clarke. Puis en deuxième partie la Suite pour alto & piano d'Ernest Bloch. Un programme axé sur la fin XIXe début XXe dans 3 pays différents…

Julia Korning et Alexis ThibautJulia Korning et Alexis Thibaut

Julia Korning et Alexis Thibaut

Vendredi 28 février à 20h30, "La Traversée", spectacle musical sur des textes de Tim Broadbent

"La famine et l'exode de l'Irlande au 19e siècle à travers la vie de BRIDGET BRODY"

Narration : Anaëlle Mancino
Musique : CROSSWIND
Christian Fromentin : violon
Tim Broadbent : chant, guitare
Cela se passe à la librairie - réservation conseillée au 04 66 50 27 44 - libre participation au chapeau
AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN FEVRIER
AU PROGRAMME DE LA LIBRAIRIE EN FEVRIER

Voir les commentaires

Programme de janvier à la librairie

Publié le par Les amis du Chant de la terre

Programme de janvier à la librairie

Exposition Chopeur d'images

© Vincent Balaÿ

du 2 au 31 janvier 2014

Vernissage vendredi 10 janvier
à partir de 18 h - entrée libre

Vincent Balaÿ, issu des Beaux-Arts de Saint-Étienne, a une production insérée dans de nombreuses formes artistiques. Après une quarantaine d’années consacrées à son métier de professeur d’arts plastiques, il a peu à peu orienté son œuvre personnelle vers un travail photographique revisité par sa sensibilité de peintre. Il réside à Saint-Montan.

Sa démarche nous montre “la trace multiforme “ que nous laisse notre mémoire au quotidien. Le papier photographique comme support, allié à l’outil numérique, Vincent nous ouvre toutes sortes de possible par le plus anodin des regards. La lumière, la forme, la texture, liées aux champs du réel, invitent notre mémoire à résonner. De ces trois éléments nous gardons les poussières sensibles qui fabriquent notre image. Ces papiers ne sont plus de simples photos mais deviennent de véritables tableaux poétiques qui explorent les champs du possible, traces de souvenirs inconscients, où tout se combine pour créer une image qui nous échappe.

Par son travail il est devenu “Chopeur d’images” © Vincent Balaÿ. Vincent a toujours montré sa production plastique localement et dans l’hexagone... En Mai 2008 il exposait ces “Éphémérides” chez André Zaradzki “ Le chant de la terre”. Il a travaillé sur des textes d’Andrée Chedid et “Palomar” d’Italo Calvino.

Exposition Chopeur d'images © Vincent Balaÿ
Exposition Chopeur d'images © Vincent Balaÿ
Exposition Chopeur d'images © Vincent Balaÿ

Exposition Chopeur d'images © Vincent Balaÿ

Vendredi 17 janvier à 20h30

soirée musicale avec le DUO BØCAL UP

entrée par libre participation au chapeau

Derrière une voix, une clarinette basse et les sons d'une machine à boucle se cache le duo Bøcal up.

Leur répertoire d'une vingtaine de compositions se revendique de la chanson poétique et de la chanson engagée, du jazz et du rock, de l'électro et des musiques traditionnelles, sans vraiment être rien de cela.

Bøcal up propose un univers sans appartenance, sincère et engagé, et la cinquantaine de concerts joués depuis deux ans a montré que tous les publics, de 5 à 81 ans, y trouvent leur compte.

Le Duo Bocal UpLe Duo Bocal Up

Le Duo Bocal Up

Programme de janvier à la librairie

Mercredi 29 janvier à 20 h "La littérature engagée" en partenariat avec ATTAC Gard Rhodanien

entrée libre
Rencontres « littérature engagée »

ATTAC Gard rhodanien avec la librairie « Le chant de la terre » de Pont Saint Esprit, propose une série de rencontres « littérature engagée », à tous ceux qui souhaitent échanger sur le « monde tel qu’il va. » Offrir à chacun la possibilité de croiser des points de vue, d’ouvrir et d’enrichir une réflexion commune pour reconstruire et régénérer une pensée politique dans l’impasse.

Car nous croyons que cette impulsion nouvelle viendra de la base et de la profondeur de notre pays.

Jean Claude Michéa

Nous avons choisi d’ouvrir cette première rencontre avec le dernier essai de Jean Claude Michéa : « Les mystères de la gauche ». Michéa est un philosophe dont la réflexion est très écoutée et comme philosophe il a cette distance et ce temps nécessaire pour l’analyse et la compréhension de notre monde.

Dans cet essai il pose crûment la question de savoir ce que « signifie aujourd’hui ce vieux clivage droite- gauche ? » … « Il me semble que c’est avant tout le refus de remettre cette question en chantier – et de tirer ainsi les leçons de l’histoire de notre temps – qui explique en grande partie l’impasse dramatique dans laquelle se trouvent à présent tous ceux qui se reconnaissent encore dans le projet d’une société à la fois libre, égalitaire et conviviale. »

Programme de janvier à la librairie

Vendredi 31 janvier à 20h30 - Soirée lecture théâtralisée avec l'Atelier-Théâtre de Bollène

Claudine Kimmerlé et Marcel Moratal

lisent "Marécages" un texte de Marcel Moratal

entrée par libre participation au chapeau
L'auteur

Né à Fès en 1954, Marcel Moratal quitte le Maroc très jeune avec ses parents. La famille s'installe d'abord dans le Nord de la France durant cinq ans puis ensuite dans le sud où il y passera presque toute son enfance et son adolescence.

Après dix années en tant qu'ouvrier dans le bâtiment il monte à Paris suivre des études cinématographiques et commence à écrire pour le théâtre. Six pièces verront le jour, presque toutes montées par lui-même à Paris, au Festival d'Avignon et autres villes de province. L'une d'entre elles sera mise en ondes sur France-Culture et la Radio Suisse Romande.

Installé aujourd'hui dans les Baronnies provençales il fonde et dirige depuis 1992 dans la maison familiale un petit théâtre rural et « résistant », Le Canard en Bois. Il anime d'autre part des ateliers d'écritures

Marcel Moratal a publié deux textes de théâtres : " Petit et Petit b " et " Est-ce que répandre du bleu c'est faire la mer ? "au Éditions de L'Harmattan. Deux textes dans le cadre d'un collectif d'auteurs de théâtre ( EAT * ) un sur la Méditerranée et un second sur Marilyn Monroe au Éditions Les Cahiers de L'Egaré. Un texte pour jeune public "Minus " aux Éditions du Lampion. * EAT : Les Écrivains Associés du Théâtre

"Marécages"

Un vieux couple se déchire après le départ du fils pour New-York.

Ce fils ( dont on ne prononce jamais le prénom ) sera omniprésent, une balle qu'on se renvoie et qui, par l'évocation qu'en font l'un et l'autre personnage symbolisera toutes les frustrations, les non-dits, les griefs accumulés de part et d'autre durant toute une vie et qui vont peu à peu s'extraire des " marécages " dans lesquels le couple patauge.

Ce qu'en dit la critique :

"...Marcel Moratal veut nous faire entrer très vite dans une cérémonie dérisoire : après le départ pour New York de leur rejeton unique qui y terminera ses études d'architecte, dans la tour d'une cité bien de chez nous, le couple parental, des " p'tits vieux " vont avoir tout loisir de récapituler leurs mesquineries réciproques, de démontrer leur somptueuse incompréhension. Ils tricotent le tout avec des réminiscences respectables, presque innocentes, immédiatement gommées par une nouvelle râlerie du père ou des réflexions anodines, laborieusement pétries d'intentions louables de la mère..." Marie Ordinis pour Théâtre et Toiles.

..." Le texte de cruelle ironie - chant ultime du désespoir - de mots justes et forts, bouscule, atteint l'intime de chacun : nous sommes tous un jour ou l'autre en plein " Marécages "... Noire, la pièce de Marcel Moratal dit l'ordinaire. Sans pétiller d'optimisme, elle dit aussi, à la manière de Desproges - un autre auteur amer - " Il y a toujours la vie à aimer ". Chantal Spirli . Le Dauphiné Libéré.

Voir les commentaires

EN DECEMBRE A LA LIBRAIRIE

Publié le par Les amis du Chant de la terre

EN DECEMBRE A LA LIBRAIRIE

" TERRES INDIENNES " - Exposition PIERRE CAYOL

du 3 au 31 décembre

Vernissage vendredi 6 décembre à 18h30

en présence du poète JOSEPH PACINI

" Dans cette exposition seront présentés quelques-uns des travaux réalisés lors de mon dernier séjour en Arizona, Nouveau-Mexique et Sud Dakota, du 9 juillet au 30 octobre 2013. Il s’agit de dessins au crayon, d’aquarelles et de peintures à l’acrylique. Les dessins, pour la plupart, représentent les aspects rocheux du territoire des Navajos, situé dans le Nord-est de l’Arizona et les reliefs des collines appelés Badlands dans le Sud Dakota, qui sont les terres sacrées des Lakotas. Pareillement pour les aquarelles. Quant aux peintures à l’acrylique, elles peuvent être en relation directe avec les cultures amérindiennes du Sud-Ouest comme avec d’autres sources, mais réalisées là-bas sur les Terres indiennes.

 

Pierre Cayol a invité son ami poète Joseph Pacini à l'occasion du vernissage de son exposition, afin de vous présenter un ouvrage qu'ils sont en train de réaliser ensemble et qui doit prochainement paraître. Le peintre vous fera découvrir quelques-unes des planches illustrant les textes que le poète lira pour vous. Le vernissage commencera par ce moment partagé à 18h30.

 

Pierre Cayol

Pierre Cayol est né à Salon-de-Provence le 14 août 1939. Il a suivi l'École nationale des Arts Décoratifs de Grenoble, puis l'Académie Jullian à Paris. Quand son choix de devenir peintre s'est affirmé, il a travaillé sous les conseils de Marcel Féguide, peintre installé à Eygalières, qu'il considère comme son maître. Depuis 1968, il œuvre dans son atelier à Tavel dans le Gard.

Sa première exposition personnelle était à Arles en 1965. Depuis, de nombreuses autres ont suivi en France et à l'étranger. En juin 2012, au Musée d'art Sacré de Pont-Saint-Esprit dans le Gard. En 2013, en Belgique, à la Maison Culturelle de Quaregnon, puis à Liège dans le cadre du festival Cointe Montmartre ; en septembre à la Maison des Parcs Nationaux à Tucson – Arizona.

Si la peinture est sa technique dominante, en parallèle il a toujours beaucoup dessiné et travaillé en collaboration avec des poètes et des écrivains pour réaliser des livres d'artiste. Les œuvres sur papier – dessins, gravures à l'eau-forte, linogravures – constituent une part importante de son œuvre.

Grand passionné par les Indiens d’Amérique du Nord, Pierre Cayol séjourne régulièrement en Arizona et au Nouveau-Mexique, chez les Navajos, les Apaches, les Hopis et les Pueblos. Depuis trente ans, grâce à ses amis il s'est imprégné de la pensée amérindienne. La mythologie, les symboles et la philosophie de ces populations ont un impact de plus en plus fort sur son travail d'aujourd'hui.

Il est en permanence dans la Galerie Orenda, 54 Rue de Verneuil à Paris, Galerie Perrier à Avignon, Le Passage de la Cadène à Saint-Emilion et dans les Galeries en ligne, Michèle Champetier et Catherine Borghèse.

 

Joseph Pacini

Joseph Pacini est né le 8 janvier 1942 dans un village de Toscane, Pontebuggianese. Entre les marécages de la plaine et les collines toscanes il passe une petite enfance agricole et paysanne. En 1947 sa famille émigre et s’installe en Provence et il emporte avec lui les graines laissées par ses deux grands pères : la poésie de la nature, des paysages et des hommes… La poésie des paysages humains vécus, travaillés et rêvés…

Le rêve cette autre réalité de la vie que nous devons apprendre à construire ensemble…
Joseph Pacini a été fonctionnaire du Ministère de l’Agriculture jusqu’en 2001. Il a collaboré avec divers organismes nationaux et internationaux pour le développement et tout particulièrement pour le développement culturel des territoires ruraux.
Il a arpenté le milieu rural français, italien et européen, en quête d’énergies à mettre en œuvre et les convertir en projets…
Ecrire a été sa manière de lancer des ponts entre les hommes de différentes nationalités et de différentes cultures… Ses mots sont trempés de terre, de pierres, d’arbres et de fleurs. Ils vivent au rythme des saisons et recèlent parfois le feu du volcan.

 

Exposition entrée libre aux heures d'ouverture de la librairie. 

 

Pierre Cayol dessinant à Navajo Mountain…

Pierre Cayol dessinant à Navajo Mountain…

EN DECEMBRE A LA LIBRAIRIE

VENDREDI 13 DECEMBRE à 20H30 : " LE PLAISIR ESTHETIQUE"

Conférence philosophique de Benjamin Orcajada. Entrée libre.
Les philosophes de l’Antiquité s’interrogeaient déjà sur la place accordée aux plaisirs dans la recherche d’une vie de sagesse heureuse. Ce qu’il est convenu d’appeler la Modernité dans l’Art nous a habitué à concevoir que toute œuvre d’art était un objet essentiellement fabriqué pour notre plaisir, le plaisir des sens. C’est sur cette expérience intime que nous formulons nos jugements de goût.
Pour bien marquer qu’ils sont nôtres nous allons même jusqu’à dire « qu’ils ne se discutent pas »…
Pourtant les problèmes et les contradictions ne manquent pas ; d’abord les plaisirs se conjuguent au pluriel et leur diversité égale leur singularité. Ont-ils tous même valeur ? Nous n’hésitons pas à porter quelquefois de sévères jugements sur des « fautes de goût » révélatrices d’un manque de qualité humaine.
De plus, l’évolution des arts et des pratiques culturelles a entraîné une histoire du plaisir esthétique.
Tous ces thèmes de réflexion seront évoqués par Benjamin Orcajada, professeur émérite de philosophie et peintre.
 
Benjamin ORCAJADA assura pendant une quarantaine d’années un enseignement de philosophie à Orange et donna des cours du soir pour adultes à l’Université populaire.
Parallèlement il fit de nombreuses conférences et mena une activité picturale continue. Beaucoup de galeries exposèrent ses oeuvres.
Il réalisa pour « RCF » en Avignon plus de 200 émissions hebdomadaires de philosophie.
Retiré désormais dans son atelier d’Uchaux (Vaucluse) il poursuit ses recherches philosophiques et picturales.
 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>